meditationfrance


La vie est-elle souffrance ?

par Osho

Cela dépend de vous. La vie en soi est une toile blanche ; elle devient ce que vous y peignez. Vous pouvez y peindre la souffrance comme vous pouvez y peindre le bonheur.

Cette liberté est votre gloire.

Vous pouvez utiliser cette liberté de telle sorte que votre vie entière devienne un enfer ou une bénédiction, une joie, une chose belle et céleste. Tout cela dépend de vous ; l'homme a toute latitude.
C'est pourquoi il y a tant de douleur, parce que les gens sont insensés et ne savent pas quoi peindre sur la toile. Cela vous appartient : c'est la gloire de l'homme. C'est l'un des plus beaux cadeaux que la vie vous ait fait. Aucun autre animal n'a reçu la liberté - ceux-ci reçoivent un programme fixé d'avance. Tous les animaux sont programmés, sauf l'homme. Un chien est tenu d'être un chien, pour toujours ; il n'y a aucune autre possibilité, il n'a aucune liberté. Il est programmé, tout est intégré. Le schéma directeur est là et il le suivra, tout simplement : C'est une entité totalement définie.
Tout est programmé, excepté l'homme. La rose doit être une rose, le lotus, un lotus ; l'oiseau aura des ailes, un autre animal marchera à quatre pattes.

L 'homme est totalement libre. C'est la beauté, la gloire de l'homme.

La liberté, c'est le cadeau infini de la vie. Vous n'êtes pas programmé, vous n'avez pas de plan directeur. Vous devez vous créer vous-même, vous devez être auto-créateur. Donc, tout dépend de vous. Vous pouvez devenir un Bouddha, un Bahaudin ou un Adolf Hitler, un Benito Mussolini. Vous pouvez devenir un meurtrier ou un méditant. Vous pouvez vous permettre de devenir une conscience en plein épanouissement ou un robot. Mais n'oubliez pas, vous êtes responsable ; Vous seul et personne d'autre. L'optimiste est un homme qui ouvre sa fenêtre chaque matin et dit " ahhh, une nouvelle journée! "

Le pessimiste est celui qui regarde par la fenêtre et dit " Mon Dieu…déjà le jour? "

Cela dépend de vous. Il s'agit du même jour, peut-être de la même fenêtre ; le pessimiste et l'optimiste se trouvent peut-être dans la même pièce, mais il y a une différence entre dire " ahhh, une nouvelle journée! "et " Mon Dieu…déjà le jour ? "

Voici une ancienne parabole soufie :
Deux disciples d'un grand maître marchaient dans le jardin de sa maison. Ils avaient la permission de s'y promener chaque jour, matin et soir. La marche représentait une forme de méditation, une méditation comme les font les adeptes du Zen. On ne peut rester assis pendant 24 heures : les jambes ont besoin d'un peu d'exercice et le sang de circuler aussi. Dans le zen, ainsi que dans le soufisme, on médite pendant quelques heures, puis on médite en marchant. La méditation se poursuit ; que ce soit en position assise ou en marchant, le courant intérieur reste le même.
Ils étaient fumeurs tous les deux, et tous les deux voulaient obtenir du maître la permission de fumer. Aussi décidèrent-ils ensemble : " Demain nous lui demanderons. Au pire, il refusera. Fumer dans le jardin ne représente pas un si grand sacrilège ; nous ne fumerons pas dans sa maison. "
Le lendemain, ils se retrouvèrent dans le jardin. Le premier était furieux parce que l'autre fumait. Il lui dit : " Que s'est-il passé ? J'ai demandé au maître, moi aussi, mais il a carrément refusé ; il a dit non. Et tu es en train de fumer ? Tu ne respectes donc pas ses ordres ? "
- Mais il m'a dit oui.
Cela paraissait très injuste.
- Je vais lui demander immédiatement pourquoi il m'a dit non à moi alors qu'il t' a dit oui à toi.
- Attends une minute. Dis-moi, s'il te plaît, ce que tu lui as demandé.
- Ce que je lui ai demandé ? J'ai simplement demandé " Puis-je fumer en méditant ? " Il a répondu " Non ! " et avait l'air très en colère.
L'autre se mit à rire :
- Je sais à présent où est le problème. Moi je lui ai demandé : " Puis-je méditer en fumant ? " Il a répondu : " Oui ".
Tout cela dépend. Une toute petite différence peut rendre la vie tout autre. Dans ce cas-ci, la différence est importante : demander " Puis-je fumer en méditant ? " est tout simplement inacceptable, mais demander " Puis-je méditer en fumant ? " c'est parfaitement acceptable. Parfait ! Cela signifie qu'au moins vous méditerez.

La vie n'est ni souffrance ni bonheur. La vie est une toile blanche qu'il faut aborder comme le ferait un artiste.

Un vagabond frappa un jour à la porte d'une auberge baptisée " Georges et le Dragon ".
-Pourriez-vous donner quelque chose à manger à un pauvre homme ? demanda-t-il à la femme qui vint ouvrir.
- Non ! cria-t-elle en claquant la porte.
- Quelques secondes plus tard, le clochard frappa de nouveau. La même femme lui répondit.
- Pourrai-je avoir quelque chose à manger ? dit le vagabond
- Va-t-en, espèce de bon à rien ! Lui dit la femme, et ne reviens pas !
Au bout de quelques minutes, le vagabond frappa encore. La femme vint à la porte :
- Pardonnez-moi, dit le clochard, mais pourrais-je parler à Georges, cette fois ?
L'auberge Georges et le Dragon, c'est la vie. Vous aussi vous pouvez demander Georges.

Extrait de La vie, l'amour, le rire (Osho) éditions de Mortagne

retour


> Accueil meditationfrance


Pour trouver un stage, une journée, une soirée une conférence, consultez le calendrier.

Vous proposez des activités liées à la spiritualité ? Découvrez nos formules publicitaires.

GRATUIT - Abonnez-vous à notre lettre mensuelle d'informations et soyez ainsi toujours informé de ce qui se passe sur meditationfrance.