meditationfrance


L'homme et la mondialisation

dalai lamaDiscours prononcé à l'UNESCO par Sa Sainteté Tenzin GYATSO, Dalaï-Lama, Prix Nobel de la paix

J'ai été parfois attristé par certaines choses que j'ai entendues. Mais je me suis rendu compte du nombre important d'organisations et de personnes qui se consacraient aux droits de l'homme en dépit des nombreuses difficultés auxquelles elles sont confrontées. Lorsque des problèmes se présentent, la nature humaine offre deux possibilités : perdre tout espoir ou trouver de nouvelles solutions pour surmonter ces problèmes.

Avec les deux guerres mondiales, l'humanité a beaucoup appris. Au cours de ces dernières décennies, beaucoup d'événements positifs se sont produits. A la veille du XXIème siècle, si l'être humain garde confiance, nous aurons la capacité de faire progresser les droits de l'homme. Il faut garder une confiance qui ne soit pas basée sur une idéologie mais sur la conscience. Les hommes doivent rester optimistes et avoir confiance en l'avenir.

I. L'éducation, vecteur d'harmonie entre les peuples

fillesL'éducation est essentielle. Elle a atteint un très haut niveau dans le Nord industrialisé mais le niveau d'éducation demeure insuffisant dans les pays du Sud. Il faut encourager la diffusion des connaissances. D'ailleurs, même dans les pays du Nord, des problèmes subsistent. Je pense que l'attitude de ces pays vis-à-vis des plus défavorisés ou des nations pauvres est encore empreinte d'un sentiment colonial. Il existe une insuffisance de responsabilité morale des pays riches à l'égard des pays pauvres. Il faut développer une notion plus spirituelle pour répandre l'éducation. Le souci des autres, la spiritualité, permettrait de promouvoir les valeurs humaines et l'amour des uns pour les autres. Il faut renforcer la nature humaine et savoir partager. Un corps sain est le résultat d'un esprit plein de compassion et d'affection. Même si l'agression fait également partie de la nature humaine, ce n'est pas la force dominante de notre nature.
Une éthique séculière doit s'installer. Il faut développer des valeurs simples comme les valeurs familiales, le système d'éducation… Beaucoup d'efforts doivent être entrepris vers les enfants afin de leur offrir une vie future heureuse. La chose la plus importante est l'ouverture du cœur, le souci et l'amour des autres. Lorsqu'on pense à l'autre, son propre esprit s'élargit. En tant que praticien du bouddhisme, mes connaissances sont limitées. Mais l'élément fondamental de toute recherche est la motivation, lorsqu'elle est juste et sincère.

II. Plaidoyer pour une démilitarisation

Il faut réfléchir à la question militaire. Autrefois, les intérêts de chacun étaient différents. Les peuples ou les pays existaient indépendamment les uns des autres et avaient des idéologies divergentes. La guerre était alors un concept défendable. Aujourd'hui, cette situation n'existe plus. Tous les pas ont des intérêts convergents. Détruire son voisin est se détruire soi-même. Le concept de guerre n'a donc plus de raison d'être.
Il doit être possible de surmonter ce problème. On parle de démilitarisation au niveau mondial. Certains experts considèrent que cette action est empreinte de beaucoup d'idéalisme. Il faut espérer que la démilitarisation continue et s'accélère. La non-violence et la réconciliation ne sont pas uniquement des idéaux politiques. Il s'agit d'une réalité qui prodigue des signes d'espoir. Il est essentiel de promouvoir la paix dans le monde.

III. Conclusion

Le XXème siècle aura été le siècle des bains de sang. Il faut faire en sorte que le XXIème siècle soit celui du dialogue. Pour cela, il faut développer la motivation des hommes et promouvoir la non-violence.

www.unesco.org/opi2/reuniondeparis/gyatso.htm


Haut de la page

retour