meditationfrance


Interview

Interview du rédacteur en chef de Meditationfrance sur les enjeux des élections présidentielles en France et sur la relation entre politique et spiritualité.

Etienne Duval (Journal Namasté) : Emmanuel, vous êtes responsable de la publication du portail web www.meditationfrance.com, que pensez-vous de la campagne présidentielle en France ? En attendez-vous de grands changements au niveau de la société française ?

E.M : Si le monde a évolué ces trente dernières années, la politique, elle, a très peu évolué. Les mêmes promesses politiques, les mêmes discours démagogiques. Les mêmes jeux d’intérêt. Les mêmes incompétences.

J’ai étudié cette question en profondeur lors de mes recherches en « théories et politiques économiques » et ma conclusion c’est que le système démocratique reste un système politique et rien de plus et qu’aucun système politique ne pourra résoudre l’inconscience de l’Homme. Le problème est d’abord individuel. L’homme doit évoluer si il veut une société différente.

Question : Mais, ne peut-on pas changer certaines injustices grâce à la politique ?

E.M : Je considère que c’est une illusion. C’est un rêve... et il est vrai que les français particulièrement aiment à penser que la solution peut venir du haut. Pour moi, la révolution aujourd’hui est individuelle et non plus politique ou sociale. C’est à chacun de nous de trouver sa liberté intérieure...

Question : Mais, est-ce que la démocratie ne permet pas au moins de choisir librement celui qui aura la charge de diriger le pays ?

Imaginez que vous deviez élire votre docteur ou le professeur de vos enfants tous les 5 ans ? Que se passerait-il ?

A l’arrivée, vous auriez des professeurs ou des docteurs qui seraient plus habiles que les autres ; Ce sera ceux qui savent parler, faire des promesses, trouver des financements. Mais, ce ne sera pas forcément ceux qui sont de bons docteurs ou de bons professeurs.

Eh bien, en politique, c’est la même chose. On fait face à la même contradiction.

La démocratie est peut-être le moins mauvais des systèmes politiques mais il ne peut pas résoudre le problème de l’inconscience de l’Homme. Je sais cela peut choquer mais il faut bien comprendre qu’on ne peut pas changer le monde avec des systèmes. Les inégalités, la pauvreté, le chômage ne sont pas que des problèmes sociaux, c’est aussi le résultat de l’inconscience de l’homme. La peur, le désir de contrôle, l’ambition, la jalousie... c’est l’inconscience. L’ego existe dans cette inconscience individuelle et collective.

J’ai rencontré, écouté ou lu de nombreux maîtres spirituels contemporains. Et, ils disent tous la même chose : Le mal être et la tristesse correspondent à un état d’inconscience. Nous sommes tristes car nous n’avons pas conscience de ce que nous faisons, de ce que nous pensons et de ce que nous ressentons. Nous ne sommes pas « maître de nous-même », nous sommes dominés par les pensées et les émotions. Et nous sommes donc divisés intérieurement et cette absence d’intégration ou d’unité est la source de notre souffrance.

C’est je crois la vérité que tous les sages essayent et ont essayé de transmettre à l’homme. Alors, que voulez-vous que les hommes politiques puissent faire face à cet état de fait ?

Et puis, eux-mêmes bien sûr participent à l’inconscience et je dirais même qu’ils entretiennent l’idée que la politique peut résoudre le problème des gens. C’est à mon avis utopique même si c’est une idée bien ancrée dans le mental français.

D’autant qu’aujourd’hui les problèmes politiques sont à l’échelle mondiale. Et les solutions aussi. Pour l’environnement, la paix ou pour lutter contre les aspects négatifs de la mondialisation libérale, il faudrait un monde uni, un gouvernement mondial. Or, cela nécessite une « évolution des consciences », car une telle vision demande une certaine intelligence, une certaine maturité.
Cela va sûrement arriver par la force des choses... mais cela n’est pas encore prêt...

Question : Est-ce que vous mettez tous les hommes politiques dans le même sac ? Que pensez-vous de Le Pen ?

Non, je ne dis pas que tout le monde fait de la politique politicienne mais en tout cas c’est quand même ce que je constate en général. Et en France, les deux grands partis de droite comme de gauche continuent de jouer à un jeu dangereux. En faisant des fausses promesses, en se caricaturant les uns et les autres, cela fait certainement le jeu de Le Pen. Il semble qu’en politique l’immaturité soit encore plus élevée qu’ailleurs ! Imaginez-vous que Le Pen pourrait être président de la France en 2007 !

Ce n’est pas complètement impossible... car s'il passait in extremis au 1er tour et s'il se retrouvait contre Royal... alors tout deviendrait possible pour Le Pen car la droite s’unirait cette fois-ci peut-être plus à Le Pen qu’à un projet socialiste qui va à l’encontre des tendances actuelles de la mondialisation. Et Le Pen a été crée par les politiciens qui ont voulu faire croire qu’on peut changer le monde par la politique. A un certain niveau on peut faire évoluer les choses, mais cela a ses limites. Le bonheur et la joie de vivre ne viennent pas de la politique, ni des conditions sociales d’ailleurs. Il faut arrêter de se raconter des histoires...

Quand je vois l’énergie qui est dépensée dans la campagne présidentielle... cette énergie pourrait être mis dans des choses plus créatives, plus transformatrices...

Question : Que proposez-vous alors ?

EM : Je ne propose rien au niveau politique. Le portail www.meditationfrance.com est un site pour tous ceux qui veulent changer intérieurement. C’est seulement à ce niveau que nous pouvons être maître de la situation et agir dans la pleine conscience.

Je pense qu’il est dangereux d’attendre trop de choses de la politique. J. Krishnamurti que j’aime beaucoup disait : « Messieurs les hommes politiques, vous qui voulez transformer le monde, vous qui voulez transformer les autres, commencez par vous transformer vous-mêmes ! »

C’est alors seulement que politique politicienne" deviendra une "politique de la conscience". Mais cela est possible que si les électeurs aussi développement une certaine conscience.

On en revient toujours au même point : une société harmonieuse ne sera possible que lorsque l’homme sera suffisamment évolué pour cela.
J. Krishnamurti aimait aussi nous rappeler que « la véritable paix intérieure ne dépend ni de l'homme politique ni de l'homme d'Eglise pas plus que de l'avocat ou du policier. La paix est un état d'esprit indissolublement lié à l'amour. »
Peut-être pensez-vous que cette solution est bien trop facile ? Comment la pleine conscience pourrait-elle aider quand rien d’autre n’a pu le faire pour changer la société ?

Je donnerais la réponse d’un maître zen qui disait : « Les petites clés peuvent ouvrir de grandes serrures. »

Question : Comment arriver à cette pleine conscience ? Comment sortir de ces rêves ?

EM : Je ne peux que reprendre ce que ceux qui se sont éveillés ne cessent de nous dire : « Soyez ici et maintenant. Réveillez-vous ! Amenez de la conscience dans votre vie. »
Toutes les méditations, les ateliers de tantra, les stages de thérapie, le travail corporel peuvent nous aider à cristalliser cette vigilance en soi.

Car la vie est merveilleuse. Le paradis est ici et maintenant...c’est à nous de le réaliser...

Question : Est-ce que la philosophie de la non violence peut nous aider ?

EM : Je me méfie de cette expression « la non violence ». Les maîtres spirituels ne disent pas : « Ne soyez pas violent ». Leur message n’est pas philosophique ni même moral. Ils disent : Soyez vigilants. Soyez conscient ! Vivez dans un esprit méditatif. Mais, ne vous forcez pas à être non violent ou pacifique car cela amène la répression et non la pleine conscience.

Question : Comment savoir si on avance sur la bonne voie ?

EM : Les signes que vous êtes sur la bonne voie sont très simples : le stress, l’anxiété quotidienne commencent à disparaître. Vous êtes de plus en plus relaxe, de plus en plus tranquille et vous trouvez de la beauté là vous ne l’auriez pas imaginé. Vous ne percevez plus la vie comme un problème mais comme un cadeau, comme une grande chance.


Haut de la page

retour