meditationfrance


Interview exclusive avec Bruno Etchegoyhen sur l'ennéagramme

Question 1 : Vous travaillez avec l'ennéagramme. L’ennéagramme décrit 9 grandes familles de personnalité. Les quelles sont-elles ?

Réponse : Chaque grande famille de l'ennéagramme décrit une manière d'envisager son rapport au monde. C'est une grille de conduite inconsciente qui oriente notre manière de vivre, notre manière de rechercher le bonheur, ou encore détermine ce qui nous déplait.
Chaque base met l'accent sur une des dimensions nécessaires à la vie de toute personne. Cela veut dire que les problématiques de chaque base sont connues et vécues par tout le monde. Ce qui fait qu'une personne est asn telle ou telle base c'est l'importance du thème, et le fait que ce thème est (presque) toujours présent.

La vision de la vie des personnes en base 1
Tourne autour de l’appréciation de leurs propres capacités. Par rapport à un idéal. L’estime de soi, qui n’est ressenti comme possible que quand les choses sont telles qu’elles devraient être. Pour ces personnes la vie se fonde sur l’engagement.

Les personnes en base 2 envisagent leur rapport au monde à travers les liens qu’elles établissent avec les autres. Elles ont une stratégie de vie basée sur le partage : c’est en étant utile aux autres, que les autres vont en retour s’occuper de mes propres besoins.
C’est à travers les autres qu’elles recherchent leur propre identité.

Les personnes en base 3 cherchent à se sentir exister à travers le regard des autres sur le résultat de leurs actes. C’est la reconnaissance des personnes qui comptent sur ce qu’elles font qui leur donne le sentiment d’être reconnu, d’exister.

Les personnes en base 4 ont le
Sentiment d’être constituées de manière différente des autres. Elles aspirent à une vraie et authentique ou l’intensité de leurs émotions leur prouve que la vie vaut d’être vécue. Elles recherchent L’Autre qui saura comprendre leurs sentiments, qui sera leur semblable, tout en craignant le rejet et l’abandon.

Pour les personnes en base 5 la problématique inconsciente est la possibilité de se prémunir contre le risque d’envahissement du monde extérieur par la puissance de la compréhension du monde.
Il s’agit de maintenir au niveau conscient des pensées pour ne pas se sentir envahit par l’émotion. C’est la compréhension qui est le rempart contre le danger. Il est nécessaire de comprendre pour vivre.

Pour les personnes en base 6 le rapport au monde est perçu comme dangereux, et cela dans les deux sens : il peut être dangereux ou je peux être un danger pour le monde.
Ce qui est perçu comme dangereux est se montrer tel que l’on est vraiment. Les personnes en base 6 cherchent à augmenter la prévisibilité et la confiance dans les relations avec les gens pour sécuriser les échanges entre eux et le monde.

Les personnes en base 7 cherchent de manière inconsciente à se prémunir de la souffrance, et de la douleur. Pour cela elles se maintiennent constamment en mouvement, et fuient ce qui est désagréable et ralentissant. Leur illusion est de croire qu’il est possible de vivre sans ressentir des émotions désagréables, qu’il est possible d’être plus rapide que la souffrance, de croire que l’accès à l’amour n’est possible que si l’on ne souffre pas.

Pour les personnes en base 8 c’est la capacité à contrôler son impression de faiblesse, de ne pas avoir de valeur stable, qui est au centre de leur stratégie de vie.
Comme il leur manque le sentiment de leur propre valeur, ces personnes cherchent à se montrer fort, à contrôler, et à maîtriser leur environnement.
Les personnes en base 8 recherchent des personnes fortes qui vont leur donner de la valeur. Elles aiment le répondant dans les relations.

Pour les personnes en base 9, la vision du monde est basée sur l’harmonie avec le vivant. Elles ont une manière tout à fait amérindienne d’envisager la vie : tout est vivant et tout est à respecter. Cela constitue l’axe principal de leur vie : comment vivre en respectant l’ordre du vivant ?
Cette question entraîne une difficulté à trouver sa place de peur de déranger l’ordre des choses.
Les personnes en base 9 ont des difficultés à prendre position quand elles savent que cela va faire de la peine à une personne. Elles n’aiment pas les conflits et vont se mettre en retrait et ralentir pour évacuer leur colère en cas de problème.

Question 2 : Comment peut-on savoir en quelle base nous sommes ? Je trouve qu'il y a beaucoup de points communs entre la base 1 et la base 6, ou entre la base 2 et la base 9. Il me semble que plusieurs bases peuvent me correspondre. Comment savoir ?

Le principe pour se repérer :
Pour savoir dans quelle base l'on se trouve il faut comparer son propre vécu d'une expérience à celle d'une personne dans chacune des bases.
Pour cela il ne faut pas être dans l'analyse de son expérience car alors on se perd dans et "et si" et des "oui mais" et en général on aboutit à la conclusion que l'on est partout et nul part.

La stratégie adaptée est de raconter son expérience, d'en faire le récit comme si l'on y était, et de comparer le récit au récit d'une personne de chacune des bases dans les mêmes circonstances.

Le moyen le plus pratique

C'est pourquoi faire un stage est le moyen le plus pratique car
1) on dispose de personnes pour écouter le récit
2) on dispose d'un formateur qui donne des exemples concret d'expériences dans chacune des bases
3) on dispose surtout de vraies personnes avec leurs vraies expériences pour comparer.

Les livres sont bien pour confirmer et approfondir.
C'est le parcours qui est important, encore plus que de trouver sa base. Comme disait le renard au petit prince "c'est le temps que tu as consacré à ta rose qui rends ta rose si importante".

Et en plus il y a des points communs entre les bases !
Oui et c'est seulement en questionnant et en approfondissant certains points que l'on peut aller au delà de la ressemblance pour se déterminer.
Par exemple les personnes en base 2 et celles en base 9 sont très sensibles aux relations et ont leur attention tournée vers les autres.
La différence c'est que les personnes en base 2 vont se rendre utile pour l'autre, donc vont vers l'autre, alors que les personnes en base 9 font attention à la convivialité de l'ensemble du groupe, elles sont plus réceptives à l'ambiance.
Il me semble que plusieurs bases peuvent me correspondre :
Nous allons ajouter un éléments que nous n'avons pas encore pris en compte. Notre personnalité n'est pas monolithique : nous avons des facettes de personnalités différentes. Dans l'approche de l'ennéagramme on considère que nous avons 4 parties (certains auteurs disent 5, mais le principe reste le même).

Donc quand vous faites un travail pour identifier votre base, vous allez avoir chacunes de vos 4 parties qui vont se reconnaître dans tel ou tel point, et il est alors normal et même souhaitable que plusieurs points vous parlent.
Il y aura un des points qui vous parlera plus que les autres : c'est la base dans laquelle vous êtes. Bienvenu chez vous !


Haut de la page

retour