meditationfrance


Tout sur la méditation Vipassana

Savez-vous qu’en observant votre respiration pendant quarante huit minutes, vous pourriez être illuminé !

La voie de Bouddha était vipassana, vipassana signifie être le témoin.

Bouddha a trouvé la plus grande technique jamais découverte, celle d’observer sa respiration. Vous n’avez besoin que d’observer votre respiration. La respiration est un phénomène simple et naturel et en plus elle est présente vingt quatre heures sur vingt quatre. Vous n’avez aucun effort à faire. Pour répéter un mantra, vous devez faire un effort, vous devez vous forcer. Pour dire continuellement « Ram, Ram », vous allez devoir dépenser beaucoup d’énergie et vous allez forcément oublier de nombreuses fois. En plus, le mot Ram est encore quelque chose qui appartient au mental et ce qui appartient au mental ne peut jamais vous amener au delà du mental.

Bouddha aborde la chose sous un angle totalement nouveau. Il vous faut juste observer votre respiration, les inspirations et les expirations. Quatre points doivent être observés.

bouddha

Asseyez-vous silencieusement et commencez par observer la respiration, par sentir la respiration. L’inspiration est le premier point. Puis, quand l’air est à l’intérieur, la respiration s’arrête juste un instant. Cela ne dure qu’une fraction de seconde mais il y a une pause. C’est le second point à observer. Ensuite, il y a l’expiration, c’est le troisième point à regarder. Et de nouveau, une fois que l’air est complètement sorti, pendant une fraction de seconde, la respiration s’arrête. C’est le quatrième point à observer. Puis, une nouvelle inspiration se produit… la respiration part pour un nouveau cycle. Si vous pouvez observer ces quatre moments de la respiration, vous serez surpris voir par le miracle d’un tel processus dans lequel le mental ne joue aucun rôle.

L’observation n’est pas une qualité du mental, c’est une qualité de l’âme, de la conscience du soi. L’observation n’est absolument pas un processus mental. Quand vous observez, le mental s’arrête, il cesse d’être. Oui, au départ, vous oublierez de nombreuses fois, le mental interférera et jouera encore ses vieux jeux. Mais, quand vous vous rappelez que vous avez oublié, il n’y a aucun besoin de vous sentir coupable ou fautif. Revenez simplement à l’observation, observez de nouveau votre respiration. Petit à petit, le mental interférera de moins en moins.

Et quand vous pouvez observer votre respiration pendant quarante huit minutes sans arrêt, vous serez illuminé.

Vous vous dites, « Seulement quarante huit minutes ? » Vous pensez que ce n’est pas si difficile...ce n’est que quarante huit minutes ! Mais en fait, c’est très difficile. Rien qu’en quarante huit secondes, vous êtes déjà emporté par le mental de nombreuses fois ! Essayez ce petit exercice avec une montre devant vous.

Au début, vous ne pouvez pas être observateur plus de soixante secondes. En une minute, vous oublierez d’être témoin de nombreuses fois. Vous en oublierez la montre et l’exercice ! Certaines idées vous emporteront loin, bien loin. Puis, soudainement, vous réaliserez…vous regarderez la montre et dix secondes seront passées. Pendant dix secondes, vous n’avez pas observé.
Mais, petit à petit cela viendra, c’est un truc à prendre. Ce n’est pas une pratique, c’est un truc à saisir. Progressivement, vous l’intégrerez en vous. Et une fois que vous avez goûté à ces merveilleux moments de bien-être, de joie, vous souhaiterez les retrouver de nouveau ; pas pour un quelconque objectif…simplement pour la seule joie d’être dans cet espace, pour être présent à la respiration.

Rappelez-vous, ce n’est pas le même processus que celui qui est pratiqué dans le Yoga. Dans le yoga, le processus s’appelle pranayam, c’est tout à fait autre chose et même le contraire de ce que Bouddha appelle vipassana. Dans Pranayam, vous prenez des respirations profondes, vous remplissez vos poumons d’un maximum d’air et d’oxygène. Puis, vous les videz au maximum du dioxyde de carbonne. C’est un exercice physique qui est bénéfique pour le corps mais il n’a rien à voir avec vipassana.
Dans vipassana, vous n’avez pas à changer le rythme de votre respiration naturelle. Vous n’avez pas à prendre des respirations longues et profondes, vous expirez normalement. Laissez la respiration être absolument normale et naturelle. Toute votre conscience doit être dirigée sur un seul point, l’observation.
Et si vous pouvez observer votre respiration, vous pourrez alors observer d’autres choses aussi. En marchant, vous pouvez observer que vous êtes en train de marcher. En mangeant, vous pouvez observer que vous êtes en train de manger. Et finalement, à un moment vous pourrez aussi observer que vous êtes en train de dormir. Le jour où vous pouvez observer que vous êtes en train de dormir, vous êtes transporté dans un autre monde.

Le corps est en train de dormir et à l’intérieur une lumière brûle avec intensité. Votre capacité d’observation n’est désormais plus perturbé par quoi que ce soit. Elle est là, jour et nuit. Vous continuez à faire des choses dans votre vie…pour le monde extérieur, rien n’a changé, mais pour vous, tout a changé.

Un maître zen prenait de l’eau dans un puits quand un visiteur qui avait fait un long voyage lui demanda, « Où puis-je trouver le maître de ce monastère ? » Il pensait que cet homme qui prenait de l’eau au puits n’était qu’un serviteur, un bouddha ne ferait pas cela, un bouddha ne nettoie pas le parquet !
Le maître éclata de rire et dit, « Je suis la personne que vous cherchez. »
L’admirateur ne pouvait pas y croire. « J’ai beaucoup entendu parler de vous, mais je ne peux pas concevoir que c’est vous qui allez chercher l’eau au puits. »
Le maître répondit, « Mais, c’est ce que je faisais avant l’illumination. Transporter l’eau, couper du bois, c’est ce que j’ai toujours fait et c’est pourquoi je continue. Je sais bien faire ce travail. Venez avec moi, je vais aller maintenant couper du bois, venez me regarder ! »
« Quelle est alors la différence ? Avant l’illumination, vous faisiez ces deux tâches, après l’illumination, vous faites encore les deux mêmes choses. Qu’est-ce qui a changé ?
Le maître riait. « La différence est à l’intérieur. Avant, je faisais les choses dans un état de sommeil. Maintenant, je les fais avec conscience, c’est la seule différence. Les activités sont les mêmes mais je ne suis pas le même. Le monde est le même, mais je ne suis pas le même. Et parce que je ne suis plus le même, pour moi, le monde aussi n’est plus le même. »

La transformation se passe à l’intérieur. C’est la seule vraie renonciation : le vieux monde a disparu car l’ancienne personnalité a disparu.

Extrait du livre d’Osho: Etre en pleine conscience (Ed. Jouvence)


Qui est 0sho ?

Osho est reconnu comme l’un des maîtres spirituels du 20ème siècle et l’Inde, son pays de naissance, lui accorde maintenant une grande considération. N’appartenant à aucune tradition, il est considéré par beaucoup comme un véritable maître tantrique. Ses enseignements sont d’ailleurs étudiés dans certaines écoles bouddhistes et le Dalaï Lama lui-même a déjà exprimé la grande estime qu’il avait pour l’oeuvre d’Osho.


Haut de la page

retour