meditationfrance


 


Ressentez, ne Pensez Pas !

osho

par Osho

Vous êtes assis dans le jardin, le trafic passe aux alentours et il y a beaucoup de bruits, beaucoup de sons. Fermez simplement vos yeux et essayez de trouver le son le plus subtil qu'il y a autour de vous. Une corneille croasse, concentrez-vous uniquement sur le son de cette corneille. Le bruit de tout le trafic qui passe est là. Le son [de la corneille] est tel, il est si subtil, que vous ne pouvez pas en être conscient à moins de concentrez votre vigilance vers lui. Mais si vous concentrez votre vigilance, le bruit de tout le trafic s'estompera et celui de la corneille deviendra le centre. Et vous l'entendrez, avec toutes les nuances, très subtil, mais vous serez capable de l'entendre.

Grandissez en sensibilité. Lorsque vous touchez, lorsque vous entendez, lorsque vous mangez, lorsque vous prenez un bain, permettez à vos sens d'être ouverts. Et ne pensez pas, sentez.
Vous êtes debout sous la douche, sentez la fraîcheur de l'eau tombant sur vous, n'y pensez pas, ne dites pas immédiatement: "c'est très frais, c'est froid, c'est bon." Ne dites rien, ne verbalisez pas, parce que dés l'instant où vous verbalisez, vous manquez le ressenti.

Dès l'instant où les mots se présentent, le mental a commencé à fonctionner. Ne verbalisez pas, sentez la fraîcheur et ne dites pas que c'est frais.

Nous continuons à dire les choses, sans même être conscient de ce que nous disons. Arrêtez de verbaliser; alors seulement vous pouvez approfondir votre ressenti. Si les sensations sont approfondies, alors cette technique fera des miracles pour vous.

sentez

Sentez: ma pensée.

Fermez vos yeux et sentez la pensée. Un flux continu de pensées est là, un continuum, un flux; une rivière de pensées s'écoule. Sentez ces pensées, sentez leur présence. Et plus vous vous sentez, plus il vous sera révélé, couches après couches, non seulement les pensées qui sont juste à la surface; mais derrière elles il y a encore plus de pensées et derrière elles, encore plus de pensées, des couches et des couches.

Et la technique dit: Sentez: ma pensée.

Et nous continuons à dire: "Ce sont mes pensées." Mais sentez: "sont-elles vraiment les vôtres ?" Pouvez-vous dire "mes" ? Plus vous sentez, moins il vous sera possible de dire qu'elles sont vôtres. Elles sont toutes empruntées, elles viennent toutes de l'extérieur, elles sont venues à vous mais elles ne sont pas les vôtres. Aucune pensée n'est la vôtre, simplement de la poussière recueillie. Même si vous ne pouvez pas reconnaître la source d'où cette pensée vous est venue, aucune pensé n'est la vôtre. Si vous essayez vraiment, vous pouvez trouver d'où cette pensée vous est venue.

Seul le silence intérieur est le vôtre. Personne ne vous l'a donné. Vous êtes né avec lui et vous mourrez avec lui.

méditation

On vous a donné des pensées; vous avez été conditionné par elles. Si vous êtes un Hindou, vous avez un type différent, un assortiment différent de pensées; si vous êtes un Musulman, bien sûr, un autre assortiment de pensées; si vous êtes un communiste, de nouveau un assortiment différent de pensées.

On vous les a données, ou vous pouvez les avoir prises volontairement, mais aucune pensée n'est la vôtre.

Si les pensées ne sont pas les miennes alors rien n'importe, parce que cela aussi est une pensée. La pensée que vous êtes ma femme ou celle que vous êtes mon mari,ce sont aussi des pensées et si essentiellement la pensé elle-même n'est pas la mienne, alors comment le mari peut-il être le mien ? Comment la femme peut-elle être la mienne ?

Avec les pensées déracinées, le monde entier est déraciné. Alors vous pouvez vivre dans le monde sans y être attaché.

Cette méditation est proposée par Osho dans le livre
The Book of Secrets (Le livre des secrets).

Pour en savoir plus sur Osho

osho


Suivez Meditationfrance.com sur facebook