meditationfrance, méditation, tantra, connaissance de soi
Les archives de Meditationfrance

La Femme complète – ou la grâce d’être ménopausée...

Femme complète

Par Christina Zelzner
Devenir une femme complète … Quel challenge, et quelle bénédiction !

Le rôle des lunes

Dans la vie de chaque femme, les Lunes jouent un rôle important, bien souvent plus important que ce dont on a conscience. Notre vie entière de femme est rythmée par cette danse de nos hormones changeantes qui mènent la ronde… Et nous mènent bien souvent par le bout du nez aussi.
Quelle femme n’a pas attendu désespérément ses règles ? Ou les a maudites ? Tampon, serviette jetable ou lavable, cup ou flux libre… Autant de possibles, autant de transmissions et des prises de conscience.
La relation de chaque femme à ses lunes est spéciale et spécifique.

Dans le sang de chaque femme réside son pouvoir magique.
Dans la nuit des temps, le sang des lunes servait aux sacrifices des prêtresses au service de la Grande Mère. Aujourd'hui, nous nourrissons nos plantes ou bien nous dessinons avec notre sang. Dans les anciens temps, la propriété fertilisante du sang menstruel était bien connue, et utilisée. Les recherches modernes ont démontré la richesse du sang menstruel en cellules souches et en éléments nutritifs.
Ce sang témoigne de notre vérité profonde : être source de vie.
Une femme est capable de donner la vie, de la faire grandir en elle, puis de la mettre au monde ; d’amener une âme de l’autre monde à ce monde ici-bas. Tel est le pouvoir des femmes. Et peu importe si nous usons de ce pouvoir ou pas, il réside en nous. Une femme est connectée à la source de toute vie.

Et que ce passe-t-il quand nous perdons ce pouvoir de fertilité, quand nos lunes deviennent irrégulières, puis cessent ?
Il s’agit d’une phase de transition profonde, qui touche chacune de nous.

La ménopause dans notre culture

Dans notre société occidentale, perdre sa fertilité équivaut à perdre sa valeur de femme.
Au sein d'un environnement où l’attractivité d’une femme repose sur sa capacité à séduire les hommes, puis à enfanter, une femme ménopausée n’a plus aucun intérêt. Elle devient une « vieille peau », avec tous les symptômes qui peuvent accompagner cette phase : l’irritabilité (et il y a de quoi !), la perte de désir, les bouffées de chaleur, la sècheresse vaginale, les prises de poids importantes, l’ostéoporose, etc. Chez nous, en occident, cette période de disparition de notre fertilité est vécue comme un processus de deuil de notre valeur de femme. Et tous ces symptômes témoignent de cette perte de valeur. C’est comme un point de non-retour : ce qui n’a pas été vécu jusqu’à présent, il ne sera plus jamais possible de le vivre.

Le Renouvellement

Ailleurs, dans d'autres cultures, cette période n’a pas du tout la même signification.
Au Japon, par exemple, elle est vécue comme un processus de transformation. Ménopause, en japonais, s’appelle « Konenki ». « Kon » signifie « renouvellement » ou « régénération », « nen » signifie « année » ou « années », et « ki » « saison » ou « énergie ». Ce qui pourrait se traduire comme « les années de la saison du renouvellement » ou « les années de l’énergie de régénération » ! Il n’est donc pas étonnant que les japonaises se plaignent très peu de symptômes de ménopause...

Les Pouvoirs shamaniques

Au sein des cultures indigènes, aux quatre coins de la planète, des Maori de Nouvelle Zélande jusqu’aux indiens iroquois, les femmes ménopausées changent de statut. De simples membres de la société, elles deviennent des guides de la communauté, des « Anciennes ».
Dans la plupart des cultures shamaniques traditionnelles, par exemple les Maya ou les Indiens Cree, une femme doit avoir traversé la frontière invisible de la ménopause pour avoir accès à ses dons de guérisseuse et de guide spirituel. Le sang menstruel a le pouvoir de créer la vie au sein de l’utérus. Si la femme atteint donc l’âge de retenir son sang créateur de vie, de le garder en elle, elle traverse ce seuil invisible et atteint le statut de « femme sage » ayant accès à sa magie intérieure. Prêtresse ou guérisseuse, elle devient un guide spirituel pour sa communauté.
D’un point de vue ethnologique, les Anciennes ont acquis ce statut car, le fait qu’à un certain âge les femmes cessent d’accoucher elles-mêmes et s’occupent des enfants de leurs enfants augmente les chances de survie de ceux-ci. Placer les grand-mères au centre de la communauté est donc un gage d'efficacité et de prospérité.

La femme complète selon Miranda Gray

Alors que la vie d’une femme menstruée est cyclique - de mois en mois, d’année en année - celle d'une femme ménopausée n’est plus soumise à ce cycle.
Durant la période de fertilité, nous traversons successivement, pendant chaque cycle, les énergies des quatre archétypes. Notre cycle s’ouvre, au cours de la phase pré-ovulatoire, sur l’énergie dynamique et entreprenante de « la Jeune fille », sure de ses projets. Puis, pendant l’ovulation, nous entrons dans les énergies soutenantes et altruistes de « la Mère », au service de la vie et de la communauté. Si l’ovule n’a pas été fécondée, l’énergie se tourne vers intérieur, et nous devenons des « Enchanteresses » dotées d'une créativité sauvage, et sachant exactement ce que nous ne voulons pas. Enfin, pendant nos lunes, nous entrons dans l’archétype de « la Sorcière », en lien avec nous-mêmes, au contact de notre vérité profonde.
Être une femme complète veut dire sortir de cette ronde dictée par les hormones en intégrant en nous toutes ces énergies et leur qualités spécifiques.

La pré-ménopause et la ménopause sont souvent vécues comme des périodes difficiles. Elles sont accompagnées d’irritabilité voire de dépression, et de nombre de symptômes invalidants qui témoignent, du point de vue du décodage biologique, de la perte de notre valeur de femme. La disparition de la libido et la sécheresse vaginale renvoient au fait que nous ne nous sentons plus désirables puisque nous ne sommes plus fertiles. Les bouffées de chaleur brulent l’énergie des ovaires dont nous ne savons plus quoi faire. L’ostéoporose attaque à travers notre structure notre valeur intrinsèque. L’anxiété et la dépression surgissent lorsque, perdant le contact avec nous-mêmes, nous refusons de ressentir notre vérité profonde.

La pré-ménopause est associée tout particulièrement à la phase de « l’Enchanteresse », et nous permet de profondément expérimenter cet archétype. C’est le moment de ressentir ce que nous ne voulons plus, ce que nous souhaitons changer. C’est l'opportunité de nous permettre d’exprimer notre créativité sauvage, celle qui n’a pas peur de sortir des conventions. C’est le temps d’apprendre à chevaucher nos émotions, à les mettre à notre service et au service de nos relations, au lieu de nous laisser dominer par elles. C’est le moment d’expérimenter notre magie sexuelle, d’attirer, de séduire, de nous affirmer, de créer à partir de notre désir profond.

La ménopause est une transition qui, lorsque nous sortons de la ronde cyclique, nous appelle à faire un bilan.
Quel a été mon vécu ? Comment je me suis permise d’expérimenter les quatre archétypes du cycle ? Me suis-je autorisée à suivre mes projets, à me mettre au centre de ma vie, telle une « Jeune Fille » ? A quoi ai-je donné vie ? Qu’est-ce que j’ai mis au monde, telle une « Mère » ? Qu’ai-je fait de ma créativité et de mon désir ? Comment ai-je utilisé ma magie sexuelle, celle de « l’Enchanteresse » ? Etais-je en lien avec ma vérité profonde, telle une « Sorcière » ? Me suis-je permis de l’exprimer ?
Se poser toutes ces questions peut être douloureux. Pourtant, être vraie avec soi-même est le seul vrai moyen de s’épanouir.

Suite à ce bilan, d’autres questions s’imposent.
Qu’ai-je encore envie de vivre ? Qu’est-ce que je voudrais encore mettre au monde ?
La bénédiction de la femme complète réside dans le fait que, libérée de la cyclicité, toutes les énergies des archétypes lui sont disponibles et accessibles, selon son souhait, ou selon ce qui a encore besoin d’être intégré.
Ainsi une femme ménopausée peut rester plusieurs mois, ou même des années, dans un des archétypes, ou à l'inverse utiliser les quatre pendant la même journée. C’est d’une immense liberté !...

La transmission et la place dans notre lignée

Avec cette intégration se pose la question de la transmission.
Qui suis-je ? Qu’est-ce qu’ai j’ai expérimenté ? Et qu’est-ce que je voudrais transmettre aux générations suivantes ? Embrasser le rôle de « L’Ancienne », celle qui a vécu, qui a mis au monde, qui a aimé et qui a haï, qui a échoué et qui a réussi, et qui a mis du sens sur sa vie, procure une immense satisfaction. Mettre son expérience intégrée au service des générations suivantes, qu’elles soient de notre chair ou pas, nous permet de nous rapprocher de notre sens profond, loin des clichés et des stéréotypes.
Dans nos ovaires, se trouvent environ 450.000 cellules souches. Au cours de la période de fertilité, environ 500 ovules parviennent à maturité, dont quelques-uns donnent, peut-être, un autre être humain. Or, tout le potentiel des autres est encore là, énergétiquement et biologiquement, en attente d’être utilisé.

Quelle grâce !...

Stages pour accompagner la transition vers la ménopause, apprendre à laisser circuler l’énergie des ovaires selon la tradition taoïste et prendre sa place dans le « Cercle des Anciennes » :
Voir les dates sur son site www.psycho-bio-therapeute-grenoble.com

Christina Zelzner est Psychobiothérapeute.
Au cours de son chemin de vie, elle a rencontré le Féminin Sacré qui lui sert de fil conducteur. Elle accompagne hommes et femmes sur leur voie d’épanouissement sexuel et personnel.
Ayant à l'origine une formation en psychologie et en décodage biologique, elle a ensuite élargie ses connaissances à l’art-thérapie puis aux constellations familiales. Son orientation progressive vers la sexualité s'est réalisée au travers de la Sexual Grounding Thérapie, du Tantra, du Tao et du chamanisme. Elle complète actuellement ce riche parcours par une formation en Somatic Experiencing spécifique au traitement des traumatismes.
www.psycho-bio-therapeute-grenoble.com