meditationfrance, méditation, tantra, connaissance de soi
Les archives de Meditationfrance

Méditer chez le psy

Marie-Eve Brochu

par Marie-Eve Brochu

La méditation utilisée en développement personnel

On associe souvent la méditation à Bouddha ou aux moines tibétains. Et si cette pratique soutenait parfois une démarche plus psychologique que spirituelle ?

La société occidentale compte moins de bouddhistes admirant le sourire paisible de leur maître que d'individus cherchant la paix intérieure sans espérer rencontrer Bouddha. Les chemins des uns et des autres peuvent se croiser lorsqu'ils ferment les yeux...pour méditer.

Quand une psychothérapeute médite

Géraldyne Prévot, psychothérapeute et conseil en développement personnel, a découvert la méditation il y a plus de 15 ans. Elle a étudié la pratique en suivant la démarche des bouddhistes. Elle l'offre en atelier depuis 6 ans, sans référence spirituelle ou religieuse. Son but: favoriser une meilleure connaissance de soi.

La méditation, amie de la psychologie

« J'ai constaté que l'activité mentale était très intense pour plusieurs personnes », raconte Mme Prévot. Ceux et celles qui la consultaient en psychothérapie avaient parfois des difficultés à sortir de leur corps, de leur stress. Une solution s'offrait peut-être à eux: « J'ai testé la méditation et elle a été adoptée ».

Qu'on utilise la méditation en complément à la psychothérapie ou en tant que démarche unique, l'objectif demeure le développement personnel: « Les gens deviennent conscients de leur corps, de leurs pensées », soutient Géraldyne Prévot. « Le traitement en psychothérapie peut se faire plus rapidement. La méditation permet aussi l'accès au langage de l'inconscient ».

Méditer sans être moine

En méditation, hindous et bouddhistes procèdent à des appels aux mantras, évoquent l'amour inconditionnel, réfèrent aux divinités et aux karmas. Les ateliers de Géraldyne Prévot n'intègrent pas ces notions: « On reste axés sur la conscience de ce que l'on ressent, la conscience de sa respiration, de son corps ». Aucun recours à des formes d'énergies insaisissables?«Je travaille parfois les chakras, mais leur existence est maintenant prouvée scientifiquement».

L'arrivée du Mindfulness

Le Mindfulness (ou pleine conscience) est une approche américaine développée dans les années soixante-dix par le docteur Jon Kabat-Zinn. Elle intègre la méditation à la médecine pour réduire le stress et la douleur. Selon Géraldyne Prévot, cette pratique gagne tranquillement la France: « Les thérapeutes l'intègrent et de plus en plus de gens comprennent que méditer est un outil pour le bien-être ».

L'atelier de méditation

La pièce consacrée à la méditation est décorée de coussins colorés et de chaises placées en demi-cercle. Sur les murs, Bouddha est à peine suggéré. On le reconnaît au centre d'un montage de bouts de tissus multicolores. Une photo de moines tibétains traversant des cascades peut suggérer son esprit. Mais la présence de magazines et de livres de psychologie est plus marquée que les références au maître spirituel. Le programme de la soirée est lancé: deux heures de méditation et de discussions.

Une première méditation guidée par la voix de la psychothérapeute invite les participants à prendre conscience des sons ambiants, de leurs sensations corporelles et de leur respiration. Ils sont amenés à pratiquer une respiration abdominale et à laisser aller leurs pensées comme des nuages qui traversent le ciel. Mme Prévot leur suggère de visualiser un soleil entre leurs yeux. Une deuxième méditation, semblable à la première, intègre un concept suggéré par un participant, par exemple, l'amitié, l'amour ou la confiance en son chemin de vie. Chacun intègre ce thème selon sa propre démarche.

Les impressions

Après chaque méditation, les participants partagent ce qu'ils ont ressenti au cours de leur pratique. Certains ont eu de la difficulté à respirer, d'autres ont été envahis d'images mentales. On s'est senti tantôt frustré, tantôt surpris. Quelques moments de paix et de bonheur sont racontés. On rie beaucoup. Lorsque se termine cet atelier qui ne fait pas appel au divin, tous affichent des sourires semblables à celui de Bouddha.

Au sujet de l’auteur :

À 30 ans, je viens de m'installer en région parisienne parce que mon grand amour est Français. Je suis Marie-Eve Brochu, Québécoise, amoureuse, amie et fille unique. Je suis souriante, sympathique, confuse, lunatique, créative et à l'occasion, un peu bizarre. Au Québec, j'ai été journaliste enquêtrice pendant sept ans pour des productions télévisuelles (actualités, magazines, jeu télévisé), un travail divertissant et rigoureux qui m'a beaucoup appris. J'ai réalisé, entre autres, que je n'avais pas envie d'échanger ma place contre celle d'une star et de supporter toute la démesure qui vient avec.
Je suis sans cesse à la recherche, à la découverte, en quête (de moi, de l'autre, de réponses sur tout). Ça m'angoisse parfois mais la plupart du temps, ça me divertit aussi. Je veux partager tout ce que je réussirai à démystifier, faire découvrir des gens, des lieux, des idées, des loisirs, des sujets que j'apprendrai à connaître et d'autres qui me passionnent déjà.

Les droits de l'article Méditer chez le psy publié sur le site web Suite101.fr appartiennent à Marie-Eve Brochu. La permission de reproduire Méditer chez le psy dans la presse traditionnelle ou sur Internet doit être accordée par écrit par l'auteur lui-même.

Pour visiter le site de Géraldyne Prévot et voir son programme, allez sur www.geraldyneprevotgigant.com