meditationfrance


INTERVIEW EXCLUSIVE
avec Paule Salomon

Paule Salomon

Philosophe et thérapeute, PAULE SALOMON, enseigne le développement personnel et propose une voie du coeur, un art de l'être et un art d'aimer, enracinés dans la sagesse du corps.

1ère question:
Vous avez écrit il y a maintenant presque 20 ans le livre « La femme solaire » où vous proposiez une étude approfondie de l’évolution de la femme et où vous expliquiez comment se réorganisait notre époque du point de vue de l’homme et de la femme.
Vous y écrivez : "La femme soumise était le portique d'une civilisation du sacrifice, la femme solaire ouvre une civilisation évoluée."
En 1997, vous publiez La Sainte Folie du couple qui a été éditée depuis plusieurs fois et qui donne une carte approfondie des comportements inconscients et des difficultés des couples aujourd’hui.
Plus récemment, en 2008, vous avez écrit La gourmande sérénité qui est me semble t-il une invitation à la spiritualité, à une vie heureuse. Vous suggérez non pas une spiritualité répressive ou sérieuse... mais une spiritualité ancrée dans le corps et dans l’amour. Vous reprenez d’ailleurs l’archétype de Zorba le Bouddha qu’avait lancé le maître tantrique Osho.
Pouvez-vous commenter un peu cette évolution dans votre travail ? Quelle est votre vision de la femme et de l’homme aujourd’hui ? Qu'est-ce qui a changé ? Comment peuvent-ils vivre en paix avec eux-mêmes et en harmonie ensemble ?

Vous avez raison de souligner cette évolution bien que je ressente aussi que le livre Femme Solaire contenait tout dans sa graine. Mon travail sur le terrain avec quelques milliers d’hommes et de femmes a permis que naisse un dessin, une roue de la transformation qui apporte une vision synthétique de la croissance à l’oeuvre. Il est intéressant de noter que cette roue est née de ma collaboration avec un homme qui m’a accompagné dix ans dans l’animation. Maintenant que je connais mieux le tantrisme je m’aperçois qu’il est basé aussi sur une roue de la connaissance. Mais ce que je propose n’a pas d’équivalent pour retraduire les étapes de l’individuation. Cette roue raconte les étapes historiques, psychologiques, psychiques et spirituelles qui nous cherchent et nous retiennent.

Chacun de nous, homme ou femme rejoue les étapes d’humanité en tenant compte de ses particularités familiales, affectives et physiologiques, de son héritage génétique et émotionnel. Quelques grandes lignes peuvent être évoquées. La relation addictive ou non au fusionnel, la souplesse dans les rôles de victime et de bourreau, de dominant et de dominé, la capacité à pouvoir endosser le costume de celui ou de celle qui a tort, la compréhension éclairée de ces handicaps de comportement, le réglage des rôles masculin, féminin à l’intérieur de soi comme à l’extérieur, la créativité de l’androgyne. Faute de pouvoir tourner de manière positive dans ces comportements, personne ne peut prétendre à la paix intérieur et extérieure.

Mais il est essentiel de savoir à quel point chacun trouve ses ressources au cœur de son être dans un contact avec le Soi. Plus les années passent et plus j’augmente le travail central. Chacun des archétypes est relié à la perfection du Soi, donne accès à la plénitude immédiate et chacun donne naissance à l’étape suivante selon une loi d’accomplissement qui repasse par le pire et le meilleur. Tout est déjà là et tout évolue.

Vivre en conscience consiste à lâcher-prise sur le réactif et à vivre chaque comportement de manière centrée proche du Soi. Même dans les processus thérapeutiques je ne cesse de renforcer l’accés aux ressources du centrage, au rayonnement du Soi, à la vertu du silence méditatif. A chaque instant tout est en devenir et tout est déjà là. Les résultats sont puissants.
Il ne s’agit plus d’améliorer une erreur mais de faire une conversion.

2ème Question : Est-ce que cette conversion dont vous parlez est ce que le Zen appelle « passer du mental au non mental » ou encore ce que le Tantra appelle « passer de la dualité à l’Union » ?

Vous avez parfaitement capté le sens de ma réponse. Tant que je reste dans la dualité je ne sors pas du manège qu'il soit enchanté ou désenchanté. Tant que le mental mène la danse, je récolte de la monnaie de singe. Tant que j'ai besoin de l'extérieur pour exister, tant que ma joie dépend d'un objet ou d'une personne, un voile recouvre mon regard et paralyse mes membres. La splendeur de la lumière consciente me cherche à tout instant, disponible à la révélation. Pourtant je m'éloigne, j'oublie et tout se voile. C'est par une attention consciente que la couche d'opacité s'amenuise.

L'homme et la femme ne partent pas du même endroit, l'épée pour l'homme, la coupe pour la femme ; mais l'un et l'autre sur la roue de la transformation trouvent la voie de l'individu, la voie de l'énergie puis la voie divine. Il est facile de comprendre que plus la voie de l'individu se précise plus les egos sont en lutte et le couple vit dans la tension de la différence. Avec la voie de l'énergie les rôles s'interfèrent, s'interpénètrent, le féminin s'adjoint du masculin et vice versa, avec la tentation de l'autonomie autarcique. L'union et l'amour sont les fruits d'une évolution même si la rencontre contenait tout en germe. Ils existent les hommes voluptueux et passionnés, sensibles et ouverts, elles existent les femmes initiatrices , généreuses et magiques qui cultivent une joyeuse tension intérieure, une luminosité qui transcende la vie quotidienne horizontale. Le plaisir sensuel devient la lumière consciente.

3ème question : Que préconisez-vous pour développer « l’attention consciente » ? Et comment savoir lorsque notre attention est consciente ou inconsciente surtout dans nos relations par exemple ? Comment est-ce que le plaisir sensuel devient la lumière consciente ?

L'attention consciente se décline en couches successives.
La plus centrale part du désir du Soi, un amour absolu pour la luminosité de la conscience, une détermination sans faille, une confiance de fond malgré les doutes de surface, le choix de son camp jusqu'au niveau cellulaire. Puis les niveaux de pratique s'engendrent les uns les autres. Qu'est-ce que se centrer? Quelle partie du corps sera mon point de référence? Les sept chakras traditionnels peuvent servir de support à des centrages différents selon les circonstances et selon ses caractéristiques. Le centrage au coeur est souvent celui qui permet le mieux d'harmoniser l'ensemble notamment dans une relation. Mais dans des moments d'échange vigoureux le hara apportera sa force et sa rectitude et sur une ligne d'inspiration le troisième oeil sera visionnaire. Deux personnes centrées ont la possibilité de se donner des conditions d'un échange de qualité mais il suffit parfois que l'un des deux soit centré pour que, par contagion, l'autre s'aligne.

C'est un plaisir constant que de garder cette vigilance intérieure du témoin centré qui devient alors comme une deuxième nature. Il semble exister comme un cinquante pour cent à partir duquel la sexualité répond à un désir de luminosité plus qu’à une recherche de plaisir, la respiration devient une alliée de choix dans l’exploration de ce nouveau parcours.

Paule Salomon propose de nombreux séminaires toute l’année. Visitez son site web : www.paulesalomon.org


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour