meditationfrance


Prier avec le coeur : éclaircissements sur le mode perdu de la prière

Par Gregg Braden

Aujourd’hui, plus qu’à toute autre époque de notre histoire, les choix que nous faisons auront potentiellement de sérieuses conséquences planétaires pour les générations à venir. Malgré l’intensification des tensions planétaires, des études récentes offrent un nouvel espoir et ravivent les convictions de ceux qui croient qu’on peut « intervenir » contre le cycle séculaire de la violence dans l’espoir d’un avenir meilleur.
Lorsque nous prions « pour » quelque chose, nous utilisons un processus mental de logique. Par exemple, bien que la prière mentale pour la paix en Iraq peut être bien intentionnée et sembler créer une paix temporaire ou une guérison en un endroit donné à un moment donné, elle peut involontairement créer précisément l’opposé de la paix souhaitée, en un autre endroit à un autre moment.

Ce que signifie prier avec le coeur :

Par contre, notre coeur n’est pas polarisé. Dans les traditions amérindiennes, le mot « Shante Ista » (l’unique oeil du coeur) décrit l’objectivité non-polarisée du coeur; le coeur voit «ce qui est » plutôt que « ce qui devrait être ». Lorsque nous choisissons la paix ou la guérison à partir du coeur, aucune polarité n’est créée pour équilibrer notre choix puisqu’il n’y a pas de coeur gauche ni de coeur droit.
Venant du coeur, le sentiment est la prière ! Des études ont démontré que cette qualité de gratitude et d’appréciation pour la paix déjà existante crée un champ magnétique en présence de la paix et que tout ce qu’elle produit est aussi de la paix.

Éclaircissements

Pour être très clair, cette forme de prière n’est PAS dirigée vers un endroit, une personne, une organisation, un pays, une ville ou un événement. Ce mode de prière ne tente PAS de « transformer » les choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Les Anciens comprenaient qu’une telle utilisation de la prière est une « abomination » contre notre don de communier avec le monde. Imposer notre idée de ce qui devrait ou ne devrait pas être n’importe où dans le monde ou pour une personne est une forme de manipulation et un mauvais usage de notre don de la prière.
Au lieu de prier pour que quelqu’un «gagne » ou «perde », «souffre » ou «guérisse », nous devons plutôt ressentir de la reconnaissance et de la gratitude pour la paix et la guérison qui existent déjà. Le pouvoir de ce genre de prière transcende les notions de gains et pertes mesquines en nous invitant à élever les conditions de notre monde à un niveau bien au-delà de la médiocrité. De cette manière, nous ouvrons la porte à un principe subtil mais très puissant qui permet que la paix et la guérison soient présentes sans imposer notre volonté qu’il en soit ainsi.

Le mode perdu de la prière

Aujourd’hui, les chercheurs contemporains identifient quatre modes de prières utilisés en Occident. Existe-t-il un mode additionnel de prière ? Y a-t-il un cinquième mode de prière qui nous permet de collaborer aux résultats des événements à l’intérieur de notre corps ainsi que dans le monde qui nous entoure ? Les découvertes récentes dans des temples éloignés où ces traditions subsistent aujourd’hui, combinées aux nouvelles recherches dans certaines traditions parmi les plus sacrées et les plus ésotériques du passé, m’amènent à croire que la réponse est «oui » !
L’essentiel de nos conditionnements par les traditions occidentales des derniers 1 500 ans nous a invités à « demander » que les circonstances de notre monde changent par l’intervention divine; que nos prières soient exaucées. Cependant, malgré nos demandes bien intentionnées, nous pouvons renforcer, sans le vouloir, les conditions mêmes pour lesquelles nous prions.

Par exemple, lorsque nous demandons « Cher Créateur, faites que la paix vienne dans le monde», vous admettez en fait que la paix n’existe pas dans le présent. Les traditions anciennes nous rappellent que les prières-requêtes sont une forme de prière, parmi d’autres, qui nous donnent le pouvoir de trouver la paix dans notre monde par la qualité des pensées, des sentiments et des émotions que nous créons dans notre corps. Une fois que nous créons les qualités de paix dans notre esprit et alimentons nos prières avec nos sentiments de paix dans notre corps, le cinquième mode de prière affirme que le résultat a déjà eu lieu.

Aujourd’hui, la science quantique pousse cette idée une étape plus loin en stipulant que la création réagit précisément à de telles conditions de sentiments en mariant le sentiment (la prière) de notre monde intérieur avec les conditions similaires du monde extérieur. Bien que le résultat de notre prière puisse ne pas encore être évident dans le monde, nous sommes invités à reconnaître notre communion avec la création et vivre comme si notre prière était déjà exaucée.

Avec leurs formules d’une époque à présent révolue, les anciens nous invitent à considérer notre mode perdu de la prière comme une conscience en devenir plutôt qu’une forme prescrite d’action en certaines occasions. En un langage simple et élégant, ils évoquent le fait d’être «imprégnés » de la réponse à une prière et «immergés » dans la condition de vie choisie.
En langage moderne, cette description suggère que pour induire un changement dans notre monde, nous devons d’abord sentir le changement comme s’il s’était déjà accompli.

Tout comme la science moderne tend à démontrer la relation entre nos pensées, nos sentiments et nos rêves avec le monde qui nous entoure, il devient de plus en plus possible qu’un pont oublié relie nos prières avec notre expérience. La beauté d’une telle technologie intérieure est qu’elle est basée sur les qualités humaines que nous possédons déjà. Les prophètes d’antan qui nous ont vus dans leurs visions, nous rappellent qu’en honorant toute vie, nous assurons la survie de notre espèce et l’avenir du seul habitat que nous connaissons.

Comparer les modes de prières

Avec l’exemple de la paix planétaire, la prière basée sur la logique : Demander une intervention

La prière basée sur les sentiments : Savoir que notre prière est déjà exaucée
- Nous nous concentrons sur les situations présentes où nous estimons que la paix n’existe pas.

- Nous sommes témoins de tous les événements: ceux qui démontrent que la paix existe comme ceux où la paix n’existe pas, comme étant des possibilités sans jugement de valeur : pour ou contre, bien ou mal.

- 1Nous nous sentons vulnérables, impuissants ou en colère face aux événements et aux situations dont nous sommes témoins.

- Nous suspendons notre jugement de la situation en bénissant les conditions qui nous font souffrir. La bénédiction ne condamne ni ne consent à l’événement ou condition. Elle reconnaît plutôt que l’événement fait partie d’une source unique de tout ce qui est. (Consultez, le livre Marcher entre les mondes pour plus de détails).

- Nous utilisons nos prières-requêtes pour inviter l’intervention d’un pouvoir supérieur à amener la paix sur les individus, les situations, les endroits où nous croyons que la paix est absente.

- En ressentant notre prière comme étant déjà exaucée, nous communions à l’ancien principe quantique voulant que les conditions de la paix à l’intérieur de notre corps soient reflétées dans le monde au-delà de notre corps.

- Par notre quête, nous consolidons, sans le savoir, les conditions mêmes que nous désirons le moins. Par exemple, lorsque nous disons « S’il vous plaît, que la paix soit faite », nous déclarons que la paix n’est pas présente dans une situation particulière. Ce faisant, nous renforçons les conditions que nous avons choisies de changer.

- Nous reconnaissons le pouvoir de notre prière et savons (sentons) que notre prière est déjà exaucée.

- Nous persistons à formuler notre requête jusqu’à ce que nous constations effectivement ce changement sur terre.

Notre prière consiste maintenant à :
- Reconnaître que la paix est déjà présente dans le monde sachant que les changements sont déjà accomplis.
- Renforcer notre prière en remerciant l’occasion qui nous a été fournie de choisir la paix au lieu de la souffrance.

Sommaire
Si ces clarifications apparaissent trop fastidieuses, je m’en excuse sincèrement. Le principe est simple : En présence de la paix, tout ce qui peut en découler est la paix. Mille mercis pour votre bonne volonté de créer un meilleur monde. Soyez bénis d’une paix véritable et durable.

Gregg Braden est un auteur et conférencier de renommée mondiale qui a été un pionnier dans les recherches visant à relier la science et la spiritualité. Il a été dans le passé un professionnel de l’Internet, il a notamment été à partir de 1991 manager des opérations techniques pour Cisco Systems qui est à la base du développement d’Internet dans le monde. A la fin des années 90, il décida de quitter le monde de l’Internet pour se consacrer au développement humain et à la paix dans le monde.



Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour