meditationfrance


Qu’est-ce que la spiritualité ?

spiritualitéAu fondement de la spiritualité, on trouve la notion de conscience. Et pour proposer une définition rapide de la spiritualité, il est possible de dire qu’il s’agit de la démarche qui vise à l’élévation du niveau de conscience. L’homme a devant lui de nombreuses possibilités de développement. Par exemple, il peut œuvrer pour augmenter ses possessions matérielles, ou pour affiner ses attributs physiques, ou encore pour accroître ses compétences intellectuelles. Il n’est pas faux de souligner que la spiritualité constitue l’une des possibilités de développement des potentialités humaines. Mais, contrairement aux autres possibilités, la spiritualité semble concerner directement ce qu’il y a de plus essentiel en l’homme, c’est-à-dire la conscience.

Qu’est-ce que la conscience ? Il est possible de proposer la réponse suivante : la conscience c’est cette force subtile que nous sommes, au-delà de notre corps, de notre cerveau, et de nos attributs corporels et cérébraux. Les caractéristiques comme la capacité de vouloir et de désirer, la capacité de comprendre et de concevoir, la capacité de ressentir et de percevoir… trouvent leurs racines ultimes dans la conscience, bien qu’elles s’expriment à travers le relais cérébral et corporel. Mais on peut aussi décrire la conscience comme cette force qui, en nous, constitue l’essence de la paix et de la volonté. Et dans cette acceptation, élever le niveau de conscience signifie simultanément : accroître la qualité de la paix intérieure, et augmenter le pouvoir de la volonté.

Qu’est-ce qu’on entend par paix intérieure et par pouvoir de la volonté ? La paix intérieure dont il est question, est une manière de synthétiser tout ce qu’on peut comprendre en termes de joie, d’amour, de bienveillance, de compassion, de sérénité, d’équanimité, etc. Autant dire qu’il s’agit d’une expression générique pour désigner cette énergie unique qui se manifeste par mille nuances lumineuses. On n’aurait pas tort de dire que c’est une chose indescriptible. Mais comme toujours dans ce genre de cas, il est possible d’évoquer, d’esquisser, d’approcher… Il appartient ensuite à chacun de faire un bond intuitif au-delà des mots, pour saisir le véritable sens.

Et qu’en est-il du pouvoir de la volonté ? Il est beaucoup moins aisé à esquisser, que la paix intérieure. La conscience a un certain pouvoir sur la réalité en général, et sur la matière-énergie en particulier, et ce pouvoir est ce qu’on peut appeler la volonté. Plus le niveau de conscience est élevé, plus le pouvoir de la volonté est grand. Et c’est exactement la même chose du point de vue de la paix intérieure : plus la conscience est développée, plus la paix intérieure est profonde. La paix intérieure et le pouvoir de la volonté sont deux aspects de la conscience. Il n’est pas possible de développer un aspect, sans induire le développement de l’autre. Et d’ailleurs, il ne s’agit pas de développer un aspect ou un autre, il s’agit de développer la conscience.

Il faut éviter de confondre la conscience, et d’autres potentialités humaines. D’un point de vue matériel, un être humain c’est : un corps et un cerveau. Et d’un point de vue que l’on pourrait qualifier d’énergétique, bien que le terme soit très approximatif dans cet usage, un être humain se compose : du substrat émotionnel, du substrat mental, du substrat neuro-énergétique, et de la conscience. On peut définir brièvement ces différents substrats. Le substrat émotionnel est l’aspect du cerveau qui est responsable des émotions, des sentiments et des désirs. Le substrat mental est l’aspect du cerveau qui est responsable des pensées, des idées et des représentations. Et le substrat neuro-énergétique est l’aspect du cerveau qui est responsable des capacités dites paranormales.

Du point de vue de la spiritualité, la conscience est une réalité énergétique en soi, qui ne peut se réduire en rien à quelque aspect du cerveau et du corps. Il n’est donc pas possible de désigner comme spiritualité, une démarche qui viserait principalement le développement des aptitudes corporelles, cérébrales, émotionnelles, mentales ou paranormales. Néanmoins, la spiritualité tient compte des différents aspects de l’être humain. Il faut simplement préciser qu’elle se fonde essentiellement sur le développement de la conscience, et tout autre aspect de l’être humain est envisagé, dans cette optique, selon ce qu’il est possible d’en tirer de valable pour l’élévation de la conscience.

Dire que la conscience est une réalité énergétique, c’est en même temps préciser qu’il ne s’agit pas d’une notion brumeuse ou non-substantielle. Bien que la conscience soit nécessairement quelque chose de fluide, elle n’est pas dénuée de centres. En effet, c’est au pluriel qu’il faut dire centres lorsqu’il s’agit de la conscience. Du moins si l’on désire intégrer plusieurs types de spiritualité, c’est-à-dire plusieurs types de démarches partageant le même dessein : le développement de la conscience. La conscience est donc un champ énergétique comprenant plusieurs foyers. Mais le nombre de ces foyers n’est pas illimité, bien que le champ énergétique général puisse se définir comme étant sans limites. Les foyers sont limités et localisés, pour ainsi dire, tandis que le champ s’étendrait à l’infini.

Mais avant d’évoquer plus précisément cette notion de « centres de conscience », il est nécessaire de revenir sur la paix intérieure. Quand le niveau de conscience dépasse un certain degré de développement, la paix intérieure se transforme en paix inconditionnelle. Il n’est pas besoin de savoir ce qu’il en est, à ce moment-là, du pouvoir de la volonté. La paix inconditionnelle signifie évidemment : joie inconditionnelle, amour inconditionnel, compassion totale… En d’autres termes : bonheur inconditionnel. Le seuil à partir duquel on réalise la paix inconditionnelle, est ce qui est appelé l’Eveil, dans le sens magistral et spirituel du terme. La conscience peut naturellement être encore développée bien au-delà de ce seuil. Ce qui signifie qu’il existe des niveaux supérieurs d’Eveil.

Le but de la spiritualité est l’Eveil. Mais, on l’aura compris, l’Eveil est lui-même un seuil, et non un plafond. C’est le niveau de conscience à partir duquel la paix intérieure devient constante, et la joie intérieure permanente. C’est le niveau de conscience à partir duquel le bonheur inconditionnel est réalisé. Mais l’Eveil n’annihile pas le mental et l’émotionnel. L’Eveil signifie surtout que l’on demeure dans une paix intérieure stable et profonde, quoi qu’il se passe pour le corps et le cerveau, et pour le mental et l’émotionnel. Pour le dire rapidement, l’Eveil représente un certain niveau de développement de la conscience. L’Eveil n’est pas la joie inconditionnelle, ou la vision directe du réel, ou la libération par rapport à l’ego. L’Eveil n’est réductible à rien de tout ça. L’Eveil est à proprement parler la réalisation énergétique qui caractérise la conscience éveillée, et chacune des choses mentionnées est un attribut de la conscience éveillée.

Il est plus correct de décrire l’Eveil en termes de réalisation énergétique de la conscience, plutôt que sous l’angle des aptitudes qui émergent naturellement d’une conscience éveillée. Tout comme le soleil n’est pas la somme des rayons de soleil, de même la conscience éveillée n’est pas la somme de ses aptitudes. L’Eveil a des implications spécifiques en termes de capacités de compréhension, de perception, etc. Il serait cependant mal indiqué d’occulter la base énergétique de l’Eveil, pour mettre l’accent sur ces implications, comme si ces implications étaient ce qui a permis et déterminé l’Eveil. Pour reprendre l’image ci-dessus, ce ne sont pas les rayons du soleil qui génèrent le soleil.

Comment la notion d’Eveil s’articule-t-elle avec la notion de centres de conscience ? L’articulation se trouve précisément dans l’équivalence suivante : l’Eveil c’est lorsque l’un au moins des centres de conscience a été activé. Et l’on parle d’une activation énergétique définitive et significative, et non d’une expérience transitoire de stimulation énergétique. La chose est d’autant plus difficile à imaginer, qu’il n’existe aucun phénomène naturel qui puisse correctement servir d’illustration. Donc, l’Eveil se produit lorsqu’un centre de conscience s’active. On parle de conscience éveillée, quelque soit le centre de conscience spécifique qui ait été activé. Et l’Eveillé est la personne qui a réalisé l’Eveil. On peut dire qu’il y a autant de types d’Eveil, qu’il y a de centres de conscience. On peut parler d’Eveil au singulier pour la raison que toutes les formes d’Eveil impliquent la paix inconditionnelle. Mais le singulier s’arrête là.

Quels sont les différents types d’Eveil ? Il est possible d’en distinguer au moins trois types. Il faut préciser ici que les expériences énergétiques transitoires sont autre chose que la réalisation d’une forme ou d’une autre d’Eveil. Comme cela a déjà été souligné, l’Eveil est une réalisation énergétique définitive, qui implique l’établissement de la conscience dans la paix inconditionnelle. La notion de paix inconditionnelle étant elle-même extrêmement riche en nuances internes. Une expérience énergétique transitoire n’est pas la réalisation de l’Eveil, y compris lorsque cette expérience induit des transformations psychologiques positives et significatives. Il existe un malentendu à ce niveau dans certains milieux, car le bénéficiaire d’une expérience forte, peut croire qu’il a réalisé l’Eveil, alors même que sa conscience ne se trouve pas encore établie dans la paix inconditionnelle.

Quels sont les trois types d’Eveil qui sont distingués ici ? Il s’agit de l’Eveil extatique, de l’Eveil haral, et de l’Eveil solaire. Les termes paraîtront probablement nouveaux, mais les réalités énergétiques qu’ils désignent sont connues depuis des millénaires au sein de différentes traditions spirituelles. L’Eveil extatique concerne le centre de conscience situé au sommet de la tête. L’Eveil haral concerne le centre de conscience situé dans la région du ventre et connu sous le nom de hara. Et l’Eveil solaire concerne le centre de conscience situé dans la région de la poitrine et connu sous le nom de sacré-cœur… Ces centres de conscience relèvent de la seule réalité énergétique de la conscience, et leur localisation par rapport au corps ne doit pas laisser penser qu’il s’agit d’organes subtils du corps. Il serait également malencontreux de chercher à les identifier comme des chakras, car ce n’en est pas. Certains de ces centres partagent la même localisation générale que certains chakras, mais au niveau des réalités subtiles, deux choses distinctes peuvent très bien occuper le même espace.

Tous les Eveillés se ressemblent, en ceci qu’il est possible de décrire leur condition par deux caractéristiques au moins : d’une part ils sont installés dans la paix inconditionnelle, et cette condition peut être perçue par un observateur relativement calme, c’est-à-dire non-engagé dans quelque forme de réaction émotionnelle ou mentale susceptible de troubler l’observation ; et d’autre part ils sont capables, par quelque forme de transmission énergétique directe, de susciter une expérience énergétique forte chez une personne. Ces deux caractéristiques ont servi de matière à des milliers de témoignages impliquant des gens ayant côtoyé des Eveillés.

L’Eveil, c’est le bonheur inconditionnel, pour l’exprimer en termes qualitatifs. Un Eveillé est donc quelqu’un qui a réalisé le bonheur inconditionnel. Et l’Eveillé est capable, en suscitant chez une personne une expérience énergétique significative de paix ou d’extase, de donner à cette personne un aperçu saisissant du bonheur inconditionnel. Un Eveillé peut évoquer l’Eveil, sous l’angle de ce que cela implique dans la compréhension du monde, dans la représentation de l’univers, dans la perception de l’individualité, dans la vision du réel, dans le rapport à la structure sociale, dans la relation à autrui, dans la structure psychologique, etc. Aussi intéressante que soit cette manière d’expliciter l’Eveil, elle ne saurait constituer une réponse à la question « Comment réaliser l’Eveil ? ». Elle n’est même pas une réponse à la question « Qu’est-ce que l’Eveil ? ».
L’Eveil n’accorde pas des compétences spéciales du point de vue intellectuel. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’une personne est éveillée, qu’elle va acquérir de ce fait de hautes connaissances dans un domaine qu’elle n’a jamais étudié. Par exemple l’Eveillé qui n’a pas étudié la biologie à un niveau avancé, en sait moins en ce domaine qu’un docteur en biologie. Si donc quelqu’un veut apprendre la biologie, il vaut mieux pour cette personne s’adresser à un docteur en biologie, plutôt qu’à un Eveillé. Néanmoins, on peut certainement supposer que l’Eveil augmente significativement le pouvoir de l’intuition ainsi que la capacité d’acquérir des connaissances. Mais cela n’a rien à voir avec quelque chose comme la science infuse ou l’omniscience. Tout comme l’Eveil ne transforme pas une personne en expert en biologie, de même il ne transforme pas la personne en expert de science énergétique. Etant entendu que l’on désigne ici par science énergétique, la science du substrat énergétique de l’être humain, ce qui inclut la conscience puisqu’elle est fondamentalement une réalité énergétique. Donc, afin d’acquérir une connaissance approfondie du substrat énergétique humain, l’Eveillé doit passer par un processus d’apprentissage et d’étude.

Tout cela permet de comprendre pourquoi un Eveillé n’est pas nécessairement capable d’expliquer clairement les bases énergétiques qui sous-tendent la conscience ainsi que les autres aspects de l’être humain. Et ceci permet également d’expliquer pourquoi un Eveillé ne comprend pas forcément en quoi consiste énergétiquement son propre Eveil. Il arrive souvent que l’on ait un Eveillé dont la réalisation est parfaitement authentique, mais dont le discours à propos du développement spirituel manque cruellement de précision et de pragmatisme. Ces Eveillés ne prennent simplement pas le temps indispensable, et ne consacrent pas l’effort nécessaire pour étudier minutieusement les fondements énergétiques de la conscience. Les raisons à cette négligence sont probablement multiples, mais elles ne peuvent être évoquées ici.
Même si l’Eveillé n’est pas d’emblée un expert en science énergétique, son pouvoir de transmission énergétique peut lui permettre de stimuler le développement spirituel des autres. Cette stimulation est parfaitement capable de suppléer les insuffisances nées d’une connaissance intellectuelle faible et erronée du substrat énergétique. Et c’est précisément pour cette raison que les Eveillés qui occupent la fonction d’enseignant spirituel, ne ressentent pas la nécessité de rectifier et d’approfondir leurs connaissances intellectuelles à propos de la conscience. L’exigence d’une connaissance approfondie de la science énergétique, ne concerne par les Eveillés œuvrant comme enseignants spirituels. Elle concerne principalement les chercheurs spirituels avancés qui endossent un peu tôt la fonction d’enseignant spirituel. Car, ne disposant pas d’un pouvoir de transmission énergétique très important, ils doivent palier à leur insuffisance énergétique par une parfaite compétence intellectuelle. Cependant, un Eveillé qui aurait une parfaite connaissance de la science énergétique, ferait un enseignant spirituel nettement plus pertinent.

On aura compris implicitement que l’enseignant spirituel est celui dont la fonction consiste à aider les chercheurs spirituels à cheminer vers l’Eveil. Et un chercheur spirituel est la personne qui aspire à réaliser l’Eveil, et qui travaille concrètement en ce sens. Peut-être est-il besoin d’indiquer une différence entre le chercheur spirituel, et le spiritualiste. Le spiritualiste ne recherche pas l’Eveil, bien qu’il puisse être intellectuellement intéressé par le concept d’Eveil. Le spiritualiste est la personne qui accepte, plus ou moins clairement, certaines notions non-matérialistes. Un spiritualiste peut être très érudit, ou au contraire disposer de très peu de connaissances non-matérialistes. Et il peut arriver souvent que de simples spiritualistes aient nettement plus de connaissances non-matérialistes que des chercheurs spirituels. En effet, le chercheur spirituel est engagé dans un travail intérieur visant l’Eveil, il n’est pas nécessairement investi dans une accumulation ou une assimilation de connaissances non-matérialistes.

La réalisation de l’Eveil se produit comme le résultat d’une pratique énergétique. L’Eveil ne se produit pas seul, il découle toujours de la pratique régulière d’une forme ou d’une autre de méditation ou de prière. Même lorsqu’un Eveillé dit s’être éveillé sans rien faire, ce rien signifie généralement que la pratique n’était pas formalisée, à moins qu’il ne signifie que l’Eveillé n’a pas compris intellectuellement comment il est parvenu à l’Eveil. Mais il y a toujours une certaine ascèse intérieure dont la culture a permis la réalisation de l’Eveil. Cela, il faut le souligner. Et on ne peut pas se considérer comme un chercheur spirituel sérieux, si on n’est pas investi dans une pratique énergétique spécifique. A ce propos, il serait judicieux de noter un fait qui est remarqué de tous, mais qui est rarement regardé en face. Il s’agit du très faible taux de réussite parmi les chercheurs spirituels. Sur dix mille chercheurs spirituels, il ne s’en trouvera que deux ou trois qui réaliseront l’Eveil au bout d’une trentaine d’années de quête spirituelle, et l’écrasante majorité mourra certainement sans avoir réalisé l’Eveil. Ce très faible taux de réussite tient à deux facteurs : une compréhension brumeuse et erronée de ce qu’est l’Eveil ; et une pratique énergétique trop diluée, lorsqu’elle n’est pas carrément fondée sur une technique ayant un niveau insuffisant de pertinence. On peut même résumer le problème dans la dilution ou la non-pertinence de la pratique énergétique. Car l’on réalise naturellement l’Eveil avec une pratique disciplinée et pertinente, avec ou sans une compréhension correcte de ce qu’est l’Eveil.

On peut proposer à présent une meilleure définition de la spiritualité. Il s’agit tout simplement d’une démarche visant la réalisation de l’Eveil. La spiritualité consiste concrètement dans la pratique d’une technique énergétique, car l’Eveil est le résultat d’une bonne pratique énergétique. Il existe des techniques énergétiques dont le niveau de pertinence n’est pas trop bas. Il n’est pas question de citer des noms de techniques en particulier. Il suffit de souligner qu’il s’agit de différentes formes de méditation et de prière, où l’accent est mis sur différents types de concentration et certains exercices respiratoires. Les termes prière et méditation sont génériques, et celui qui dit qu’il prie ou qu’il médite, peut désigner par là la pratique d’une technique énergétique sophistiquée, qui n’aurait qu’un lointain rapport avec l’idée générale que le tout public peut se faire de la méditation et de la prière. Il est à noter également qu’une technique d’Eveil n’est pas nécessairement destinée à susciter à court ou moyen termes de fortes expériences énergétiques. La plupart des techniques d’Eveil relativement pertinentes, font un travail énergétique en profondeur, qui n’est pas supposé susciter des manifestations dans les circuits énergétiques superficiels ou dans le substrat neuro-énergétique. Les chercheurs spirituels peuvent avoir tendance à incliner vers la recherche d’expériences énergétiques, et donc vers la pratique de techniques fournissant plus ou moins rapidement des expériences énergétiques. Cela contribue au très faible taux de réussite parmi les chercheurs spirituels, et la satisfaction émotionnelle d’avoir vécu une belle expérience énergétique peut faire oublier la nécessité de faire un travail plus profond, plus sobre et plus sérieux.

La majorité des chercheurs spirituels est en réalité incapable de cheminer vers l’Eveil sans l’aide d’une structure claire. Que donnerait le sport si les sportifs étaient livrés à eux-mêmes, dépourvus de clubs et d’entraîneurs ? Cela virerait rapidement à l’amateurisme le plus flasque, et l’on n’aurait pas de réels champions. On peut faire le même constat à propos de la science, si les universités et les professeurs disparaissaient : on n’aurait plus de véritables experts, seulement une foule de gens qui en sauraient un peu sur tel détail, mais qui n’auraient pas une compétence poussée en une discipline. Seuls quelques rares individus, quelque soit le domaine, sont capables de progresser significativement sans l’aide d’une structure claire. Les autres ont besoin d’une aide structurée. La spiritualité, pour en parler en termes sociaux, manque de structure, et c’est cela qui induit un si faible taux de réussite. De quoi parle-t-on exactement ? Les organisations spirituelles foisonnent, mais en général elles ont plus à voir avec des groupes idéologiques, plutôt qu’avec des lieux de pratique. Et c’est précisément cela qui fait défaut : des centres de méditation, pour utiliser une expression générale. Des centres sérieux, où les gens pourront apprendre une technique suffisamment pertinente, recevoir l’apport énergétique d’un Eveillé ou les conseils techniques d’un chercheur avancé, et pratiquer quotidiennement environ deux heures. Si des centres de méditation pertinents existaient, plus de trente pour cent des chercheurs spirituels qui y seraient, réaliseraient probablement l’Eveil en moins d’une quinzaine d’années de pratique.

Mais, compte tenu du contexte occidental actuel, notamment en ce qui concerne l’attitude des autorités publiques et des grands médias par rapport aux organisations non-matérialistes, il vaut mieux inviter les chercheurs spirituels à redoubler de sérieux dans leur pratique personnelle, plutôt que de suggérer la création de centres de méditation sobres et sérieux. Car ces centres et ceux qui voudront aller y méditer, pourraient faire l’objet de la même stigmatisation politique et médiatique. Que les chercheurs spirituels concentrent mieux leurs efforts sur la pratique énergétique, qu’ils s’assurent que la technique de méditation ou de prière de leur choix est relativement pertinente, et qu’ils fassent preuve de discrétion, de sobriété et surtout de discipline. Sans une pratique sérieuse fondée sur une technique énergétique pertinente, l’on ne peut réaliser l’Eveil.

Plus il y aura de chercheurs spirituels engagés dans une pratique sérieuse et pertinente, plus il y aura des Eveillés authentiques. Plus vous aurez une pratique sérieuse et pertinente, plus vous aurez de chance de réaliser l’Eveil. Pour le dire autrement : ayez une pratique sérieuse et pertinente, et vous réaliserez l’Eveil.

Chris Iwen

A lire : Le don du prophète (aux éditions Altess : http://iwen.free.fr/


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour