meditationfrance


La spiritualité :
Croyance en un Dieu
ou pratique de la méditation?

Pourquoi les religions monothéistes (Judaïsme, Christianisme et Islam) n’enseignent-elles pas la méditation ? Et pourquoi au contraire les religions de l’Inde (Bouddhisme, Jainisme et Hindouisme) mettent-elles la méditation au centre de leurs enseignements ?

Par Emmanuel Moulin

Il est intéressant de constater que les trois religions importantes nées hors de l‘Inde : Judaïsme, Christianisme et Islam sont liées les unes aux autres que ce soit au plan historique ou dans la vision même de la religion.

Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sont toutes les trois monothéistes avec la croyance en un en un dieu créateur et maître de l'univers et juge souverain des hommes. L’essentiel de la pratique pour les adeptes (pour ce que j'en comprends vu de l'extérieur) se trouve dans la prière, dans la foi et dans le respect des croyances religieuses.

Mais, il y a aussi une autre chose commune à ces trois religions: c'est qu'elles ont été crées par des personnes aux origines très simples ou qui s'adressaient principalement à des gens très simples, de conditions modestes. Moïse s'adressait aux juifs qui, à l’époque, étaient des esclaves du Pharaon. Jésus était le fils d'un charpentier qui habitait dans le petit village de Bethléem et Mohammed a grandi dans une tribu bédouine (ses parents sont morts très tôt) et il était illettré.

En Inde, c’est tout le contraire…les principales religions ont été créées par des princes, des rois ou des empereurs : Krishna*, Shiva*, Bouddha*, Mahâvîra* par exemple étaient tous des personnes issues de la classe riche, voir très riche du pays.
Et cela a certainement influencé leurs enseignements qui pointent vers une même chose : la méditation, la liberté intérieure.

Krishna et Shiva sont des avatars selon la tradition hindoue. Krishna aurait été le fils du prince Vasudeva et de Devakî. Et Shiva un prince indien, du clan des Sâkhya. Bouddha était le fils du roi Suddhodana, chef de la tribu des Cakyas et membre de la caste des kshatriya (noble). Mahâvîra était le fils du roi de Bénarès, Asvasena.

Bouddha a crée la méditation Vipassana, Shiva a transmis à Shakti des méditations tantriques et Mahâvîra a enseigné la vigilance et la maîtrise du mental.

Bien sûr depuis cette époque de l’age d’or, les religions indiennes se sont aussi alourdies de choses inutiles et même parfois répressives mais tout de même le message de la méditation reste disponible. Et c’est peut-être pour cela que les chercheurs du monde entier finissent souvent par visiter l’Inde…

Si les religions en Inde ont été fondées par des enseignants spirituels qui avaient des origines royales, il faut savoir que les disciples eux aussi étaient souvent riches et aisés – Au temps de Bouddha par exemple, c’était l’intelligentsia, les brahmans, les princes, les riches propriétaires qui venaient écouter ses enseignements. Et les gens venaient écouter Bouddha pour apprendre à méditer – pas pour croire en un nouveau Dieu ou en un nouveau sauveur extérieur.

A l’opposé de Bouddha, Jésus parle de sauveur et de royaume des cieux, il dit : « Repentez-vous car le royaume des cieux est proche ».

L’explication de cette différence est peut-être que devant des gens pauvres, le mot « royaume » est un symbole qui peut être très porteur (dans le sens positif du terme) et sans doute que l'on a besoin, au moins souvent au début d'une démarche spirituelle, de quelque chose qui nous attire pour nous "faire bouger". Les symboles, les paraboles sont en partie faits pour ça. Si les maîtres nous disaient d'emblée et uniquement qu'il "faut mourir", je ne sais pas si les disciples seraient nombreux et en plus ce n'est pas sûr qu'ils sauraient le comprendre… Et bien sûr, ce mot « royaume » n'est pas porteur pour des princes ou des rois qui eux connaissent "la situation" (à savoir que ce qu'on appelle un royaume n’est en fait qu’une prison de plus…même si on en est le roi) et donc ne sont pas du tout attirés par aller retrouver un autre royaume.

Souvent et c’est mon expérience à MEDITATION FRANCE, une personne aisée vient plus facilement à la méditation qu’une personne qui est dans la difficulté matérielle.

Et c’est peut-être pour cela que beaucoup d’enseignants spirituels contemporains disent aujourd’hui que l’occident est prêt pour une évolution spirituelle. La sécurité matérielle a été atteinte dans nos sociétés capitalistes et cela même si la distribution reste encore largement inégale.

Beaucoup de gens cherchent dorénavant autre chose que des buts matériels. Ils ne cherchent plus non plus un nouveau système de croyances mais simplement à découvrir la vérité de leur propre conscience. Ils cherchent une spiritualité tolérante, ouverte et non sérieuse qui puisse les aider à sortir de la souffrance quotidienne.

Et rappelez-vous la souffrance ne vient pas du capitalisme ou de la mondialisation sinon le communisme aurait déjà été la solution. La souffrance est créée par l’homme lui-même. Nous la créons nous-mêmes : c’est notre identification au mental, notre inconscience qui créent nos souffrances. Et c’est pourquoi la méditation me semble si utile car elle permet par la simple observation des pensées et des émotions de se désidentifier du mental et de se reconnecter à notre être profond, là où le calme et le bonheur n’ont jamais cessé d’exister.

Bonne méditation,
Emmanuel Moulin

Si vous voulez me contacter au sujet de cet article : redaction@meditationfrance.com


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour