meditationfrance


DA VINCI CODE

par Emmanuel Moulin

Pourquoi le Da Vinci Code entretient une telle polémique ? Quelle vision de la spiritualité véhicule-t-il ? Des explications que vous ne trouverez nulle part ailleurs !

Après l’énorme succès du roman historique de Dan Brown (44 millions de livres vendus !), le film DA VINCI CODE est sorti au 59ème festival de Cannes. Au delà du côté commercial, nous nous sommes demandés pourquoi ce livre a eu à un tel engouement auprès du public ? Comment expliquer que le film fasse autant parler de lui ? Pourquoi Da Vinci Code entretient une telle polémique ? Quelle vision de la spiritualité transporte-t-il ?

La remise en cause de la thèse officielle sur Jésus

Le Da Vinci Code reste un roman et est par définition une fiction. Il a tout de même le mérite de faire travailler notre esprit critique et de donner la base à une version de Jésus très différente de celle donnée par le christianisme officiel. Le livre est rempli de détails historiques concernant l’Eglise catholique.

Dan Brown affirme que les premiers chrétiens voyaient Jésus comme un « maître mortel » et que ce n’est qu’au concile de Nicée en 325, sous la pression de l’empereur Constantin que la croyance en Jésus comme « fils de Dieu » est devenue l’enseignement chrétien officiel.

Penser que Jésus est le Fils unique de Dieu, n’est-ce pas un peu puéril ? La Nature toute entière vient de l’énergie primordiale, nous sommes tous des « fils de Dieu ».

Dan Brown écrit qu’il y avait de » nombreux textes sur l’humanité de Jésus dont au moins 80 évangiles donnant une autre version de la vie de Jésus. Il fait référence aux gnostiques qui écrivirent des évangiles apocryphes (cachés) comme l’évangile de St Thomas, de Philippe ou de Marie par exemple. Ces écrits sur les enseignements de Jésus seraient devenus rapidement une menace très sérieuse pour les thèses officielles du christianisme. Selon lui, la volonté de puissance de l’Eglise l’a amené à faire disparaître certains textes gênants liés aux enseignements du maître de Galilée.

Les dates sont difficiles à vérifier mais une chose est tout de même évidente, l’histoire montre que la spiritualité est toujours remplacée tôt ou tard par une religion organisée qui occulte le message authentique du maître. Dit autrement, les disciples tournés vers l’ésotérique, la méditation, sont évincés au profit de disciples exotériques, ceux pour qui le pouvoir, la reconnaissance sociale, la réussite sont plus importants que la recherche de la vérité ou l’alchimie de la transformation.

C’est la thèse de Dan Brown qui explique peut-être le succès mondial du livre : les religions exotériques ne seraient que les vestiges d’une sagesse ésotérique enfouie, qu’il faudrait enfin libérer !

Dan Brown fait surtout référence au Gnosticisme. C’est un mouvement spirituel ésotérique qui se développa au cours des IIe et IIIe siècles apr. J.-C. Le gnosticisme mélangeait des éléments empruntés aux enseignements de Jésus avec des croyances mythologiques orientales et grecques. Les gnostiques revendiquaient l'étiquette de "chrétiens", car ils disaient promulguer le "vrai" enseignement du Christ.

Le gnosticisme vise une connaissance secrète du royaume divin, du transcendant (le terme de gnosticisme vient du grec gnosis qui signifie "connaissance révélée"). Ils recommandaient de rechercher Dieu en soi par la connaissance intérieure. Pour eux, les dogmes de l’église étaient moins importants que la capacité d’aimer et de vivre la spiritualité au quotidien. Le gnosticisme fonctionnait par l’ initiation et les pratiques étaient gardées secrètes.
Les gnostiques considèrent l’homme comme un être purement spirituel qui a été injustement précipité dans un monde matériel dominé par le mal (dualisme). Et pour eux, seule la connaissance intérieure peut lui permettre peu à peu de se libérer.
Cette approche est assez proche de la spiritualité contemporaine qui considère que le monde actuel a un besoin de spiritualité authentique, pas de croyances religieuses.

Selon le professeur québécois Pietro Boglioni, spécialiste de l’histoire du catholicisme, « la persistance, de la part de l’église catholique à maintenir une interprétation unique présentée comme la seule vérité est l’un des éléments qui font le succès de Da Vinci Code. La société est prête pour le doute religieux », dit-il. « Les gens remettent en question les visions simplistes et comprennent que les choses ne se sont pas nécessairement passés comme on nous les présente ».

Dan Brown raconte que Jésus s'est marié avec Marie-Madeleine, a eu une descendance et que selon lui l’Eglise ( l’Opus Dei) tenterait depuis des siècles par tous les moyens de cacher la vérité.

S’il n’était question que des détails sur la vie de Jésus, franchement ce ne serait pas si grave. Jésus est mort il y a plus de 2000 ans et il me semble que le monde a d’autres préoccupations plus importantes. Mais derrière ce débat, il y a aussi une certaine vision de l’homme et de la spiritualité et du monde que nous voulons construire.

L’approche de Dan Brown est originale, il pense que pour combler le besoin actuel de spiritualité des sociétés occidentales, il faut se détacher des dogmes religieux, des croyances et privilégier au contraire l’ésotérique, l’expérience intérieure.

Dan Brown évoque même du passage de l’ère du Poisson à celle du Verseau comme symbole de la naissance d’un nouveau monde tourné vers le spirituel.

Il a déclaré à la radio (voir son site officiel) : « Quelque soit nos croyances, nous avons tous eu ces moments intimes où on se sent comme au paradis et alors se dit : « wow, je ne sais pas ce que c’est mais c’est plus grand que ma compréhension ! » Et dans ces moments, nous voyons Dieu. »

Il dit aussi « Notre besoin pour Dieu n’a pas diminué, il a simplement évolué. La science ne répond pas à toutes les questions : Pourquoi sommes-nous ici ? Que se passe- t-il à notre mort ? »

Dans le roman, Dan Brown décrit une société secrète ésotérique fondée en 1099 par Godefroy de Bouillon (Prieuré de Sion ) dont auraient fait partie des personnes comme Newton, Boticelli, Léonardo da Vinci ou Victor Hugo par exemple. Cette société secrète protégerait un secret millénaire, lié au gnosticisme et aux enseignements de Jésus.
Et selon le livre de Dan Brown, les tableaux de Léonard de léonard de vinci cacheraient une partie du secret. C’est la trame du Da Vinci Code...

La question de la sexualité et de la femme dans l’enseignement de Jésus

Dan Brown s’appuie sur certains textes gnostiques qui parleraient d’une relation sexuelle entre Jésus et Marie Magdeleine et même de mariage.

Dan Brown va implicitement même plus loin, il défend l’idée que la libération peut être atteint à travers la sexualité. Il écrit : « Par la communion avec la femme, l’homme peut atteindre un point culminant durant lequel son mental disparaît complètement et dans cet instant là, il peut voir Dieu à l’intérieur de lui-même. » passage traduit directement de la version anglaise du Da Vinci Code Doubleday, New York, 2003, pp. 308-9

Sa thèse ne se réfère pas au kama Sutra, ni au bouddhisme, ni au paganisme mais bien à la vie de Jésus lui-même. Selon les gnostiques chrétiens, la complémentarité entre la femme et l'homme était de même nature que celle qui unit l'être humain à Dieu.

Les Evangiles canoniques (Matthieu, Marc, Luc et Jean) évoquent de fait, à plusieurs reprises, la figure de Marie Madeleine, aux côtés de Jésus. Mais ils ne font état d'aucune liaison entre eux ni de pratique sexuelle.

L'hypothèse faisant de Marie-Madeleine la femme de Jésus a pris de l’ampleur depuis la découverte en 1945, près de Nag Hammadi, en Égypte, de 46 documents remontant au IIème et IIIème siècles. Parmi eux, figurent des portions d'écrits connus jusque-là seulement par quelques érudits en sciences religieuses : les évangiles de Philippe et de Marie.

Dans l’ évangile selon Philippe, il est fait référence à Myriam de Magdala (Marie Madeleine) et elle est présentée comme la compagne de Jésus.
Il dit d'abord (sentence 32) : "Trois marchaient toujours avec le Seigneur : Marie, sa mère, et la soeur de celle-ci, et Myriam de Magdala que l'on nomme sa compagne, car Myriam est sa mère , sa soeur et sa compagne". Et quelques pages plus bas (sentence 63), cet Evangile précise : « Et la compagne du sauveur est Marie Madeleine. Christ l'aimait plus que tous les autres disciples et l'embrassait souvent sur sa bouche. Les autres disciples en étaient offusqués et ont exprimé leur désapprobation. Ils lui ont dit : “Pourquoi l'aimes-tu plus que nous?” »

Un autre texte gnostique semble aussi faire état d'une relation sexuelle de Jésus avec une femme Salomé qui peut être selon les historiens identifiée à Marie Madeleine. C'est l'Evangile de Thomas (sentence 65). « Deux se reposeront sur un lit : l'un mourra, l'autre vivra. Salomé dit "Qui es-tu homme ? Est-ce en tant qu'issu de l'Un que tu es monté sur mon lit et que tu as mangé à ma table ?". Et Jésus répond : "Je suis celui qui vient de Celui qui m'est égal. Quand le disciple est désert, il sera rempli de lumière ; mais quand il est partagé, il sera rempli de ténèbres" ».

Pour Dan Brown, ceci est la preuve que Jésus avait une femme et qu’il aurait eu une relation sexuelle. Jésus aurait même eu dans son enseignement la pratique d’une « sexualité sacré ».

Dan Brown condamne l’histoire biblique de Adam et Eve dans le jardin d’Eden et la culpabilité qui va avec et il propose au contraire de goûter de nouveau à la pomme (connaissance) pour réaliser l’union avec le divin par la sexualité.
Nous rentrons là dans le mystère de ce que l'Evangile de Philippe appelle "la chambre nuptiale", et pour le comprendre, il faut remonter à Adam et Eve.
Pour les gnostiques, le premier homme (Adam) était androgyne (à la fois homme et femme) ou plutôt il était "ante sexuel" (antérieur à la division de l'humanité en deux sexes. Et lors de la chute, la différenciation sexuelle entre Adam (masculin) et Eve (féminin) est apparue. Il y a eu une différenciation sexuelle entre les deux "côtés" de l'Homme, le côté masculin (Adam) et le côté féminin (Eve).

Pour le gnosticisme, le salut pour les hommes et les femmes d'ici-bas est de devenir (ou de redevenir) l'Homme androgyne (masculin – féminin). L'Evangile de Philippe utilise l'image de la "chambre nuptiale" comme métaphore de l'union entre l'homme et la femme permettant la réinstauration de l'Anthropos.

Toujours dans l'Evangile de Philippe, Marie Madeleine est présentée comme étant à la fois "la mère, la soeur et la compagne de Jésus". Ces paroles ressemblent étrangement à la vision du tantra qui dit que la femme est pour l’homme à la fois une mère, une amante et une amie.
Il est intéressant de citer dans ce contexte le "logion" 114 de l'Evangile de Thomas. Il est dit "Toute femme qui se fera Homme (Anthropos) entrera dans le Royaume" ce qui est encore une fois très proche de la voie tantrique.
Selon le tantra, dans le cadre de la sexualité, la rencontre entre l’homme et la femme, entre le masculin et la féminin permet la transcendance. Le sexe n’est pas opposé à la spiritualité, il est au contre un moyen d’accéder à l’union avec le divin. Pour l’homme qui est avec une femme, la question, la clé est : « Révèle-moi la Femme ». Pour la femme, c’est « Révèle-moi l’homme ».
De ce que je comprends, le tantra ne divise pas le sexe et la spiritualité. Il voit au contraire les hommes comme des Dieux et les femmes comme des Déesses. Pour le tantra, nous n’avons pas besoin de religions, de prêtres, de gourous, il suffit de se réapproprier notre pouvoir, notre dignité. Et la vie sexuelle en fait partie. Un homme qui sait jouir est incontrôlable par les religions. Et la femme a donc dans le tantra une place essentielle car la femme est de par sa nature un être de plaisir, de jouissance, tournée vers le corps.

Est-ce que Jésus aurait donc transmis certains enseignements à la seule Marie-Madeleine qui l'aurait retransmis à son tour en cachette à certains initiés (les gnostiques) ? Da Vinci Code pose directement la question de la femme et du sexe dans le christianisme. Pourquoi l'Eglise a-t-elle évacué à ce point le féminin ? Pourquoi s'est-elle autant crispée sur la sexualité ?
Dire que Jésus n’avait pas de femme et qu’il n’a jamais eu de rapport sexuel comme l’affirme le christianisme, leur a permis de justifier la condamnation du sexe. Cette version de Jésus permet ainsi à l’église de justifier la pratique de la chasteté chez les prêtres ou les moines depuis des siècles. L’église a peur de la femme et de son pouvoir car la femme représente la porte vers la sexualité, vers une vie naturelle, ce qui signifie la fin de la religion répressive.

C’est pourquoi je pense que l’orthodoxie chrétienne a voulu écarté la femme de la spiritualité pour ne pas lui donner autant d’importance qu’à l’homme. Le professeur québécois Pietro Boglioni dit pourtant que « le rôle des femmes était peut-être plus grand que ce qu’en dit l’église catholique. Tout montre qu’il y avait un groupe de femmes qui suivaient Jésus. ».

Nous ne saurons certainement jamais la vérité. Une chose semble en tout cas acceptée par les historiens de la religion : les gnostiques intégraient effectivement des rituels sexuels. Les gnostiques ont une attitude ambivalente par rapport à la sexualité. D’un coté, ils considèrent que le sexe est un bas niveau de conscience et que seul l’élévation spirituelle peut sauver l’homme. Mais de l’autre, ils pensent que les relations sexuelles sont recommandées dans le but d'épuiser les désirs physiques et par là même d'en être libéré. Cela semble encore une fois très proche du tantra qui dit : « ne réprimez pas vos énergies, simplement transformez les. »

Au delà de l’histoire romanesque, un des grands apports du Da Vinci Code est donc je pense le retour du principe féminin et de la sexualité sacrée au coeur de la spiritualité.

Le philosophe indien Mangalwadi pense lui que le film DA VINCI CODE peut devenir un véritable « tsunami » spirituel, ouvrant les yeux de millions de gens sur la sexualité sacrée.

Personnellement, je ne suis pas sûr que beaucoup aient compris les implications du DA VINCI CODE car l’histoire n’est pas forcément facile à décrypter et Dan Brown, tel un mystique tantrique dit volontairement les choses à demi mots pour que seuls les initiés et ceux qui sont prêts à comprendre puissent entendre le message.

Cela étant, il semble vrai que de plus en plus de gens aient soif d’une spiritualité nouvelle et naturelle. Espérons que le succès du DA VINCI CODE soit un des signes de ce changement !

Emmanuel Moulin

Emmanuel Moulin


Sources :
- L'évangile de Marie-Madeleine selon le Livre du temps" de Daniel Meurois-Givaudan
- "Evangile selon Jean" de Bernard Pautrat
- "L'évangile de Thomas" de Osho
- "L'évangile de Marie" de Jean-Yves Leloup
- The Da Vinci Code: Reviving Religious Sex? Par Dr. Vishal Mangalwadi
- Le tantra, horizon sacré de l’horizon de Marisa Ortolan et Jacques Lucas
- La célébration sexuelle de Ma Premo et M. Geet Ethier
- Sexualité tantrique : Un guide pratique à la joie du tantrisme de Geho et Sarita Newman
tous ces livres sur notre site
- Analyses sur Jésus dans nos archives
- Site de Dan Brown en anglais (articles, interviews)
- Site du film
- Article du Figaro sur le Da Vinci Code:
- Article de Pietro Boglioni dans le magazine québécois FORUM : L’ouvrage Da Vinci Code soulève de vraies questions


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour