meditationfrance


septembre 2005

La non-violence est la plus grande force que l’humanité a à sa disposition. Elle est plus puissante que l’arme la plus destructrice inventée par l’homme. Mahatma Gandhi

Cet été, je suis parti une nouvelle fois avec des amis à la rencontre de l’Inde, cette terre de spiritualité. A notre arrivée à Bombay un taxi nous attendait et grâce à la nouvelle « autoroute » entre Bombay et Pune notre voyage fut facile.

Dès le lendemain, nous nous inscrivons au centre d’accueil du Club Méditation Osho. Je suis venu déjà plusieurs fois dans ce centre mais cette fois-ci c’est différent : le lieu a radicalement changé. Ce n’est plus la commune d’Osho que je connaissais. C’est un club med-itation luxueux et moderne (surtout pour l’Inde)

Une nouvelle pyramide gigantesque a été construite pour pratiquer la méditation. Idéal pour goûter au silence. La méditation du soir en robes blanches sur le marbre noir est magnifique.

La plupart des visiteurs sont des personnes qui viennent pour la première fois (1 ou 2 semaines) découvrir la méditation et la vision d’Osho.  J’y ai rencontré des personnes bien insérées dans le monde : médecins, avocats, psychologues, hommes d’affaires... etc. Le prix relativement cher pour l’Inde (mais pas pour l’Europe) et le côté high-class du lieu expliquent sûrement la venue de gens aisés et non celle des routards et légendaires hippies de l’Inde. Le club Méditation, ce n’est pas l’Inde mais c’est pour moi encore aujourd’hui un des meilleurs lieux pour méditer.  Tout y est fait pour favoriser le voyage intérieur. Un parc tropical entoure le centre. Tous les services nécessaires sont disponibles (poste, Internet, dispensaire, boutiques...). La nourriture excellente est végétarienne et bio. Et c’est pour moi très enrichissant de rencontrer tant de belles personnes qui s’ouvrent à la spiritualité y compris parmi les gens influents dans le monde !

Mon regret : énergétiquement, le lieu est un peu froid  (luxe = froid), les gens sont plus distants que dans le passé, c’est peut-être un peu trop « à l’américaine » parfois. Et puis, la pollution et la circulation sont terribles dès qu’on sort du centre. Notez que bien que l’anglais soit la langue la plus parlée, la plupart des brochures importantes sont aussi disponibles en français.

Après 3 semaines, nous nous envolons pour Delhi ; nous n’y restons qu’une journée. Il est très difficile d’y trouver une chambre agréable et pas trop chère. Pour dormir et manger, une bonne adresse :  l’Hôtel Metropolis, il est dans le quartier de  Paharganj où la plupart des touristes séjournent. Le bazar vaut le coup si vous voulez faire du shopping mais ce n’est pas de tout repos !

Nous prenons le nouveau bus de nuit ( bus Volvo de qualité : 800 Rs) pour Manali, petit village touristique situé à 2000 m d’altitude dans les montagnes de l’Himalaya. Idéal pour les treks, ballades ou pour simplement passer des vacances en montagne. Il y a plein de petits cafés et restos. Plusieurs personnes m’avaient parlé d’un éveillé indien Samdarshi qui a une petite commune spirituelle depuis plus de 15 ans à une dizaine de km de Manali (en pleine nature !). Avec l’aide de mon ami Philippe qui a une maison dans la région, nous avons pu facilement trouver la commune.

manali

Il y a de nombreuses chambres sympas à des prix très raisonnables (il n’y a jamais plus de 40 à 50 personnes, des occidentaux pour la plupart), on y trouve une salle de méditation où Samdarshi s’assoit en silence avec les visiteurs et parfois il répond aux questions. Il semble vraiment dans un espace d’éveil (comment être sûr quand on est pas éveillé comme moi ?... mais j’ai eu une très belle méditation en sa présence !). J’ai senti une profonde douceur...serait-ce le parfum de l’éveil, de l’amour inconditionnel ?

J’ai beaucoup aimé ce qu’il a dit sur l’amour : « L’amour est votre nature. Vous êtes né avec et vous n’ avez jamais été sans amour. Le partage est la voie pour atteindre votre nature et lorsque vous découvrez votre nature, soudainement, alors vous réalisez que vous êtes plein d’amour et en le partageant, vous atteignez votre nature. »

La meilleure saison pour venir est d’avril à juillet. On peut y faire des méditations actives, des thérapies méditatives et puis bien sûr expérimenter la présence de Samdarshi. Mais, attention,  il faut savoir qu’il n’est pas facile de venir juste pour quelques jours à cause de certaines conditions. Le centre n’est ouvert aux non résidents que deux matins par semaine. Il est préférable d’appeler avant pour vérifier le programme et les conditions d’entrée.  Le site : www.samdarshi.com

Après une semaine de repos,  nous prenons un autre bus de nuit (celui-ci soit disant de luxe ! ) pour la région de Dharamshala (proche du Pakistan et de la Chine !). C’est une tout autre atmosphère...la ville de Mc Leod Ganj (à quelques kms de Dharamshala) est la ville du Dalai Lama et des tibétains en exil, elle se nomme la « petite Lhassa ».

dalai lamalhassatibetains

On peut y voir et rencontrer de nombreux moines bouddhistes.

J’ai trouvé les tibétains très touchants, ils sont très gentils et très vrais. J’ai été marqué par leur espace de méditation qui semble être si naturel.  La plupart ont beaucoup souffert (prison, tortures, long voyage dans la neige) pour venir en Inde pratiquer librement le bouddhisme. Il y a de nombreux temples et musées à visiter. Je recommande l’institut Norbunlingka dirigé par un groupe de français qui est le plus grand centre de préservation de la culture tibétaine. Le Tibet est certainement le seul pays au monde à avoir mis la méditation au centre de la culture. C’est ce qui en fait le grand intérêt.

Malheureusement, encore aujourd’hui, la plupart des tibétains en exil n’ont aucun statut de réfugiés et ils sont simplement « tolérés » par le gouvernement indien. Il faut savoir aussi que le Chine a détruit plus de 650 monastères au Tibet et torturé des dizaines de milliers de tibétains. Et pourtant, aucun pays ne condamne directement la Chine, tous trop inquiets par la perte de certains marchés. Si de nombreuses personnalités soutiennent amicalement l’action du Dalai Lama, très peu d’argent arrive réellement à destination.  Malgré cela, les tibétains restent très sereins et heureux : quelle leçon d’humilité !

Et comme le dit le Dalai Lama, cela a au moins eu pour point positif de faire connaître le bouddhisme et la méditation au monde entier !  Si vous venez pour plusieurs jours, je vous recommande le centre Tuchita pour expérimenter les enseignements bouddhistes. Le centre est près de Dharamkot dans la forêt. Il est assez vétuste (ils cherchent des architectes bénévoles) mais il a beaucoup de charme et des grands lamas continuent de partager leur silence intérieur. Chaque jour, il y a des méditations et des enseignements pour débutants et avancés. A côté de Tuchita, il y a aussi un centre Vipassana (Goenka) pour ceux qui veulent des retraites intensives.  Et à quelques kilomètres, près d’une rivière, au milieu des champs, un nouvel ashram lié à Osho est en construction. Il devrait être fini dans 6 mois (comptez 1 an !).  C’est Ma Yoga Neelam une disciple indienne d’Osho très connue en Inde qui en est à l’origine. Les constructions semblent très prometteuses...à suivre.

La vie à Mc Leod Ganj est très agréable, on rencontre de nombreux touristes français et occidentaux ouverts au bouddhisme, il y a une énergie très chaleureuse.

Il y a plusieurs guest houses confortables. Le meilleur rapport qualité – prix est à mon avis la Guest House Pema Thang (il est préférable de réserver à l’avance).

Sinon, la mousson n’est pas si terrible en août, il ne fait pas froid et puis il y a toujours quelques heures de soleil par jour. La meilleure saison est quand même avril- mai- juin.

Petites critiques : le centre ville de Mc Leod Ganj n’est pas très propre mais heureusement qu’il y a de belles montagnes tout autour. Et puis sinon, je trouve qu’il y a peu de lieux pour vraiment méditer dans de bonnes conditions, on est en fait plus touché par l’histoire et la culture tibétaine.

Notre retour se fait en taxi privé. Pas moins de 14 heures de Dharamshala à New Delhi, la capitale !  De là, nous nous envolons de nouveau, fatigués par le voyage et les conditions de l’Inde mais remplis d’expériences et de ce quelque chose de plus, invisible mais très tangible. L’âme et le coeur ont été mystérieusement nourris par ce voyage en Inde.  30 août 2005 : nous rentrons heureux de vivre et de revenir au travail pour finir le numéro de septembre.

Plein d’amour à tous, Emmanuel.

Emmanuel


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour