meditationfrance


Crise économique, politiques gouvernementales et mouvements sociaux

par Marc Auchon
(thérapeute énergétique)

Depuis plusieurs mois, le capitalisme semble être rentré encore un peu plus dans une crise profonde au point que l'économie mondiale dans son ensemble est aujourd'hui au bord de la déflation (rappel pour ceux qui sont déjà en profonde méditation, la déflation, c'est la baisse générale des prix qui entraîne aussi une tendance à la baisse des salaires et à une hausse du chômage). « On n'en est pas encore là », vous allez me dire ; oui certes et cela tient surtout au passage à l'Euro qui a fait plutôt monter les prix mais on s'en approche tout doucement !

La conséquence ?

Chaque gouvernement met en place des politiques de choc pour maintenir la compétitivité des entreprises et l'industrie du pays. En France par exemple, le gouvernement dirigé par Jean-Pierre Raffarin réalise ainsi des politiques de réduction budgétaire où il faut en gros « se serrer la ceinture » et bien sûr ceux qui se serrent la ceinture sont avant tout les salariés, et pas les hommes d'affaires ou les grandes Stars du show bizz.

Alors, ce qu'on coupe en premier c'est bien sûr l'Art, l'éducation, la santé, tout ce qui est social et populaire. Un gouvernement ne vas pas toucher à la structure même de la société et à ses inégalités criantes ! Depuis Marx et Lénine, tout le monde sait bien que la société est basé sur des inégalités mais en même temps depuis leurs successeurs Staline, Mao et quelques autres, tout le monde sait bien que les révolutions sociales sont vouées à l'échec.

Depuis quelques années, on voit souvent des rassemblements alternatifs contre la mondialisation libérale. Avant l'été, on a vu aussi en France d'importants mouvements sociaux chez les profs, chez les intermittents, dans les hôpitaux et puis dans plein de petits secteurs privés et publics !

Ces mouvements qui ont lieu dans de nombreux pays ne sont souvent pas politiques et rarement liés aux partis socialistes qui s'inscrivent eux aussi dans le libéralisme économique ambiant et qui ne cherchent pas à changer le système économique.

C'est pourquoi, je crois, de nombreuses personnes ont décidé de se battre, de défendre leurs droits en faisant des grèves longues et à répétition ou participants à des mouvements alternatifs ?

Mais les grèves, c'est quoi ? C'est un refus d'aller dans la direction suggérée ou imposée.

C'est l'expression d'un conflit avec le pouvoir en place et cela peut rapidement devenir quelque chose de violent. On l'a d'ailleurs vu à plusieurs reprises. Annuler le festival d'Avignon est une énorme violence que l'on fait à des milliers de personnes qui vivent directement de ce festival, par exemple ! Et puis il me semble que quand on participe à des mouvements sociaux, on passe souvent par sa propre colère et on devient soi même violent ; pas forcément mais facilement !

Maintenant la question est doit-on lutter face à la mondialisation libérale ? Faut-il faire ce genre de grève ou ne pas les faire ? Que faire ? Quelle est l'attitude juste et intelligente ? En voyant les nombreux mouvements sociaux, je me suis moi même demandé qu'est-ce que je ferais si j'étais dans la position des professeurs ou dans celle des intermittents ou encore dans celle des paysans boliviens ?

Et je dois dire que je trouve que c'est difficile de faire un choix. Et encore plus difficile de donner un directive aux autres ! Qui suis-je pour savoir ?

La vérité est toujours profondément individuelle, et à mon sens nous sommes tous dans des situations différentes, nous sommes tous différents et chacun doit trouver sa voie et sa réponse.

observeUne chose semble claire : aujourd'hui le monde semble être prise dans un spirale ou il n'y a pas le temps pour s'arrêter.la mondialisation est en marche.et cette mondialisation est définitivement libérale et on ne voit pas trop ce qui pourrait l'arrêter. Pour sûr, cela entraîne des changements rapides, des situations très inégalitaires et parfois injustes et chacun doit sentir ce qui lui semble juste de faire.

Il me semble aussi clair que la mondialisation libérale est un phénomène violent et qui permet à l'économique de dominer le monde ou en d'autres termes cela permet à tous ceux qui sont avides d'argent et de pouvoir de s'exprimer librement et pleinement mais en même temps les luttes sociales sont aussi une réponse violente.

Ne pas lutter peut être une bêtise comme lutter peut être une erreur ou un gaspillage d'énergie !

Il est me semble-t-il, important de bien «  sentir » chaque situation et d'y répondre avec sensibilité plutôt que de réagir instinctivement.

Pour moi, la compassion « de Bouddha » ou l'Amour « de Jésus Christ » (donnez votre autre joue) ne sont pas une réponse suffisante, je crois qu'il faut trouver une réponse plus individuelle, plus authentique, celle qui est la notre !

La meilleure solution pour chacun de nous est d'aller à l'intérieur, là se trouve la réponse, notre vérité ultime. Et quelque que soit notre réponse, elle n'est pas forcément celle des autres et cela est parfait ainsi.

Enfin, rappelons-nous qu' on ne changera pas le monde par le haut. Quelque soit les gouvernements, les politiques seront toujours insuffisantes. Le bonheur ne vient pas des autres, c'est à nous de le cultiver et de le partager !

Marc Auchon


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour