meditationfrance


La fausse Solitude est Douleur, la Véritable Solitude est Paix, hum !

Chaque fois je suis seul, je me sens séparé, esseulé et malheureux. Je ne m'aime que lorsque je suis avec d'autres personnes. Si je suis seul j'ai honte et ne m'aime pas. Il semble que je me juge à travers les yeux des autres.

C'est l'un des problèmes fondamental. Chaque être humain doit y faire face, pas uniquement vous. La façon dont les enfants sont élevés est la cause de toute cette misère. Aucun enfant n'est accepté tel qu'il est; il est récompensé s'il suit les directives des parents, des enseignants, des aînés. Ces directives peuvent aller contre sa nature, parce que ces directives n'ont pas été faites par lui ou pour lui. Quelqu'un, il y a cinq mille ans, a établi ces principes et ils sont toujours utilisés pour l'éducation des enfants. Naturellement, tout enfant est désorienté, il n'est pas en lui, il n'est pas dans son être; il est quelqu'un d'autre.

Ce quelqu'un d'autre vous est donné par la société, par les autres.

Ainsi lorsque vous êtes seul, qu'il n'y a personne pour vous dicter quoi que ce soit, vous vous détendez simplement dans votre nature. Il n'est aucun besoin d'accomplir quoi que ce soit, parce qu'il n'y a personne qui regarde. Cette détente dans votre propre nature vous fait vous sentir coupable. Vous allez à l'encontre de vos parents, à l'encontre du prêtre, à l'encontre de la société et tous vous ont dit que vous, en tant que vous, n'êtes pas dans le vrai. Vous avez accepté cela, c'est devenu une attitude conditionnée en vous.

Quoi que vous faites de votre propre chef est toujours condamné et quoi que vous faites qui aille dans le sens des autres est toujours loué.

Dans votre véritable solitude, il n'y a là personne d'autre, de ce fait, naturellement, vous n'avez aucun besoin d'agir; vous n'avez aucun besoin d'être un hypocrite. Vous vous détendez simplement dans ce que vous êtes; mais votre mental est rempli des foutaises que les que les autres vous ont données. Ainsi lorsque vous êtes avec d'autres gens, ils vous imposent leurs vues et lorsque vous êtes seul, le mental, qui a été créé par les autres, vous fait vous sentir laid, coupable, indigne. C'est pourquoi les gens ne veulent pas être seul. Ils veulent toujours être en compagnie, parce qu' en compagnie ils ne peuvent pas se détendre dans leur propre nature. La présence de l'autre les maintient tendu, l'autre est là, jugeant chaque moment, chaque action et geste que vous allez faire. Aussi, vous exécutez simplement un certain acte que l'on vous a dit être juste. Alors votre mental se sent bien, c'est en accord avec le conditionnement, votre mental se sent heureux que vous vous soyez bien débrouillé; vous êtes magnifique !

Les gens ont besoin de la foule. C'est la raison psychologique pour laquelle ils veulent toujours appartenir à l'Hindouisme, au Christianisme, à la religion musulmane, à ce pays ci, à ce pays là, à cette race ci, à cette race là. Même cela ne suffit pas, ils créent des Rotary clubs, des Lion's clubs. Ils ne peuvent pas être seuls, ils doivent être continuellement entourés de monde. Alors seulement, peuvent-ils maintenir vivante la tension, la performance. Dans la foule, ils ne peuvent pas être eux-mêmes.
Seul, pourquoi ressentez-vous la peur ?

Être seul est l'une des plus belles expériences. Vous n'êtes plus dérangé par les autres; vous ne vous contraignez plus vous-même à faire quelque chose que l'on attend de vous.

Seul, vous pouvez faire ce que vous voulez faire, vous pouvez ressentir ce que vous voulez ressentir. Tout ce dont vous avez besoin est de vous détacher de votre mental. Votre mental n'est pas votre mental; votre mental est seulement un représentant de la foule à laquelle vous appartenez. Il n'est pas à votre service, il est au service de la foule. La foule a mis, dans votre mental, un détective qui continue à vous forcer, même si vous êtes seul, à vous comporter selon les règles.
Tout le secret est d'être témoin du mental; permettez à votre nature d'être et dites clairement au mental: "Tu n'es pas à moi, je suis venu au monde sans toi, tu m'as été donné plus tard par l'éducation, par l'exemple. Tu es quelque chose d'étranger; tu ne fais pas partie de ma nature; au moins lorsque je suis seul, laisse moi seul." Vous devez apprendre à dire au mental: "La ferme !" et permettre à votre nature la pleine liberté.

Une fois que vous avez appris que le mental peut être mis de côté et que vous pouvez être vraiment seul, vous serez immensément étonné des beautés, de l'innocence, de la perspicacité que vous avez. Parce qu'avec le mental vous n'êtes pas vraiment seul, toutes ces voix, celles de vos parents, celles des enseignants, des prêtres et des politiciens sont enregistrées dans le mental et le mental continue simplement à les répéter.
C'est une superbe stratégie jouée par la société contre l'individu.

Un psychologue, Delgado, a travaillé toute sa vie sur un projet et il a réussi dans ce projet; ce projet vous donnera un peu de compréhension sur vous-même. Dans votre cerveau il y a sept cents centres. Tout ce que vous faites est fait par l'un de ces sept cents centres. Delgado a travaillé toute sa vie et à découvert quel centre commande quel genre d'activité en vous; par exemple avec la colère, avec la haine, avec l'envie d'assassiner, il a découvert quel est le centre qui est activé lorsque quelqu'un est en colère. Il a fabriqué de très petites électrodes, on ne lui a bien sûr pas encore permit d'expérimenter sur des humains, il a donc travaillé sur des animaux; mais il a un grand talent et l'humanité toute entière peut être changée par sa découverte.En Espagne, il a fait l'expérience suivante: Il a mis une électrode dans le cerveau d'un taureau et, alors que le taureau fonçait vers lui pour le tuer, Delgado restait planté là. À trente centimètres de lui, le taureau s'est soudain arrêté, figé. Que s'est-il passé ? Les gens ne pouvaient pas le croire, ils n'avaient jamais vu une telle scène, ils n'étaient pas conscients de l'expérience en cours.
Delgado avait une télécommande, il pourrait arrêter n'importe quelle activité du taureau simplement en appuyant sur un bouton de la télécommande qu'il avait dans la main. Il a laissé le taureau venir très prêt, jusqu'à trente centimètres, le taureau aurait pu le tuer, mais il a alors enclenché le bouton et toute l'activité du taureau s'est totalement arrêtée.

L'expérience de Delgado est d'une importance immense, si elle tombe entre les mains des politiciens, cela va être très dangereux pour l'humanité, parce qu'au moment où l'enfant naît…
En Russie par exemple, aucun enfant ne peut naître dans votre propre maison; tout enfant doit naître à l'hôpital. C'est en fait le moment propice pour mettre n'importe quelle sorte d'électrode dans le cerveau de l'enfant. Par exemple, n'importe quelle sorte d'électrode qui l'arrêterait dans toute activité révolutionnaire contre le gouvernement, n'importe quelle sorte d'électrode qui l'empêcherait de se sentir malheureux, plein de souffrance, torturé. Le conseil central du parti communiste aurait toutes les télécommandes, il pourrait mettre au point un système où, si quelqu'un pense en termes d'anti-communisme, une lumière s'allumera immédiatement sur un tableau et alors il leur suffirait de simplement presser un bouton et toute sa révolution, son anti-communisme disparaîtra.

Ce que Delgado a fait et a démontré, vous a été imposé par la société d'une façon plus primitive. Mais jusqu'ici cela a fait ses preuves, la société ne met pas d'électrode dans votre mental, elle n'a aucune idée de cela, mais ce qu'elle fait fonctionne de la même manière. Elle continue à vous dire ce qui est juste et la répétition continue de ce qui est juste et de ce qui ne l'est pas fini par créer un point dans votre mental sans avoir à insérer une électrode. Peu à peu, vous commencez à penser que c'est votre mental qui décide ce qui est juste et ce qui ne l'est pas, il n'en va pas ainsi, la société vous a conditionné.

Vous pouvez observer cela dans différentes sociétés, parce que des sociétés différentes ont des conditionnements différents. Le drapeau américain par exemple, a une signification pour l'Américain, parce que depuis son enfance on lui a dit: "Sacrifier ta vie pour le drapeau est quelque chose de grand." Et qu'est-ce que le drapeau ? Juste un morceau de tissu, il n'a aucune valeur intrinsèque. Pour un Indien, il ne signifie rien; pour un Américain, il signifie tout. Le drapeau indien signifie tout à l'Indien; à l'Américain il ne signifie rien. Ainsi, ce n'est pas votre mental qui décide, c'est celui de la société qui vous à imposé certaines idées. Quelque soit la foule dans laquelle vous êtes, la foule vous donne son mental, lentement, lentement, vous oubliez complètement que ce n'est pas votre véritable moi.

Mes sannyasins doivent faire une distinction nette, le mental appartient à la société, il ne fait pas partie de vous.

Ce qui fait partie de vous c'est votre vigilance, votre conscience, votre "être témoin". Alors vous pouvez être seul et immensément heureux, en fait, vous ne pouvez être heureux que lorsque vous êtes seul. Celui qui sait comment être extatique en étant seul peut être seul dans la foule.

Qui découvrira qu'à l'intérieur, vous êtes complètement centré dans votre "être témoin" et que vous n'êtes pas du tout dérangé par le mental ?
Cela prend juste un peu de temps, mais comme vous continuez a vous dés-identifier du mental, le mental perd le contrôle sur vous et finalement il commence à disparaître. C'est le début de la liberté, la naissance d'un nouvel homme, la naissance d'un homme authentique. Maintenant vous agirez à partir de votre conscience, non de votre mental. Vous agirez d'instant en instant, en voyant la situation clairement. Il n'y a aucune nécessité de s'inquiéter à propos de ce qui est faux et de ce qui est juste.
Votre clarté de vision décidera de ce qui est juste, votre clarté de vision vous emmènera vers ce qui est juste. Cela peut ne pas coïncider avec ce qui est juste dans votre société, c'est pourquoi la société a peur et veut mettre un mental en vous.La vieille méthode est un long processus, la méthode de Delgado est simple, peut être faite en un clin d'oeil, mais elle est aussi plus dangereuse. Vous pouvez vous dés-identifier d'avec le mental que la société vous a donné, mais l'électrode, c'est une autre question.
Même si vous vous dés-identifiez, l'électrode contrôlera votre corps. Vous pouvez ne pas aimer faire quelque chose, mais l'électrode vous forcera à le faire, vous êtes absolument incapable de vous y opposer.

En un sens cette découverte peut être une bénédiction, parce que nous pouvons, avec une méthodologie si simple, arrêter tout ce qui est laid dans l'homme, tout ce qui est inhumain dans l'homme; juste une petite opération dans votre crâne et le placement d'une petite électrode.
Si vous êtes un homme trop coléreux, vous pouvez tout simplement aller chez le scientifique et lui dire que c'est là votre problème fondamental: de petites choses vous mettent en colère. Il peut mettre une électrode au point exact d'où émerge la colère, il peut vous donner une télécommande à garder dans votre poche. Chaque fois que vous ne voulez pas être en colère, pressez juste le bouton et la colère disparaîtra tout simplement.
D'une certaine façon c'est bon, mais spirituellement ce n'est pas quelque chose que je soutiendrai. Pour la société c'est bon, mais si vous pouvez vous débrouiller à gérer toutes vos émotions, sentiments et actions simplement par le biais d'une télécommande, vous ne penserez jamais à être conscient, vous ne penserez jamais à devenir méditatif.
Étrangement, sur ces sept cents points dans votre mental, il n'y a pas un seul point qui peut créer de la méditation en vous. Donc c'est quelque chose au-delà du mental, au-dessus du mental.
Si un homme est averti de l'ensemble de la situation, il peut utiliser les électrodes, mais il ne devrait pas oublier la méditation, parce qu'il est non seulement un corps et un cerveau; il est aussi un être de lumière et cette expérience est seulement possible à travers la méditation. Ma suggestion à la personne qui a posé la questions est donc: lorsque vous êtes seul, dites au mental: "La ferme ! Tu ne fais pas partie de moi, laisses-moi tranquille !"

Il y a une histoire Sufi.
Un jeune chercheur est venu vers un grand maître Sufi. Alors qu'il entrait dans la pièce où se tenait le maître et le saluait avec grand respect, le maître dit: "Bien. C'est parfaitement bien, que veux-tu ?"
Le jeune homme a demandé: "je veux être initié." Le maître a dit: "je peux t'initier, mais qu'en est-il de la foule qui te suit ?"
L'homme a regardé derrière lui; il n'y avait personne. Il questionna: "Quelle foule ? Je suis seul."

Le maître dit: "tu ne l'es pas; ferme juste tes yeux et vois la foule." Le jeune homme a fermé ses yeux et a été étonné. Il y avait toute une foule qu'il avait laissée derrière lui: sa mère en pleurs, son père lui disant de ne pas y aller, sa femme en larmes, ses amis l'en empêchant de partir; tous ces visages, une foule entière. Le maître dit: "ouvres maintenant tes yeux. Peux-tu dire que ces gens ne te suivent pas ?" Le jeune homme dit: "je suis désolé, vous avez raison, je porte une foule entière en moi."
Alors le maître a dit: "Ton premier travail doit être de te débarrasser de la foule. C'est ton problème et une fois que tu en as fini avec la foule, les choses sont très simples. Le jour où tu en auras fini avec la foule je t'initierai, parce que je peux seulement t'initier toi, je ne peux pas initier cette foule."

L'histoire est significative, même lorsque vous êtes seul vous n'êtes pas seul. Et un homme de méditation, bien que dans une foule de milliers des personnes, est seul.

Lorsque vous êtes seul, personne ne peut voir la foule, parce qu'elle est en vous et lorsque un homme méditatif est dans la foule et pourtant seul, personne ne peut voir sa véritable solitude, parce que cela aussi est en lui. Connaître votre véritable solitude, c'est être en contact avec l'existence, avec la nature, avec votre réalité. Et cela apporte une telle félicité qu'il n'y a aucune comparaison avec aucune autre joie ressentie dans le passé.

Vous dites que, lorsque vous êtes avec les gens vous êtes parfaitement heureux. Ce n'est pas du bonheur, c'est une hallucination du bonheur, parce que votre mental est en accord avec les gens; seuls, ils sont aussi dans la même problématique que vous. Aussi, ensemble, il y a une certaine harmonie dans le mental et cette harmonie vous donne une sensation de bonheur. Mais cette sensation est très superficielle; elle n'a aucune racine.

À moins que vous ne puissiez être béat dans votre véritable solitude toute entière, souvenez-vous, que quoi que ce soit que vous pensez être du bonheur est seulement une tromperie.

Une fois que la chose est claire, il n'est pas difficile de la pratiquer. Trouvez le temps, même pour quelques minutes, d'être seul de temps à autre.
Au début vous serez malheureux, parce que personne ne sera là pour dire combien vous êtes beau, personne ne sera là pour dire: "quel grand artiste vous êtes !" Il n'y a personne, seul le silence autour de vous. Mais un peu de patience et un peu de vigilance pour ne pas être identifié avec le mental, apporteront la grande révolution qui fera véritablement de vous un sannyasin.

Osho, Extrait de: From Death to Deathlessness


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour