meditationfrance


DÉSIR ET LIBERTÉ

lotus

Jean-Marc Mantel

La liberté ne concerne pas la personnalité qui est par nature conditionnée. Les choix et préférences sont fonctions du contenu de la mémoire.

La liberté d'agir n'est pas la vraie liberté. Elle se réfère au confort de l'absence d'obstacles rencontrés par la personnalité qui cherche l'accomplissement de ses désirs. Il s'agit en fait d'un soulagement de tensions secondaires à l'action.

Lorsqu'il est clairement vu qu'il n'existe nulle liberté dans l'assouvissement des désirs et des choix conditionnés, la quête du sens de la liberté amène à plonger plus profondément en soi.

Cette liberté va être alors ressentie comme une liberté par rapport au désir. L'assouvissement du désir amène à l'éveil d'un état de non-désir. C'est le non-désir qui est le moteur du désir. Les instants de calme et de tranquillité qui suivent l'assouvissement d'un désir sont en fait ce qui est recherché.

On peut ainsi dire que le désir conduit au non-désir, et que le non-désir est l'objet ultime du désir. Le non-désir signifie que l'être est établi dans sa propre source. Il se sait autonomie. Que les circonstances évoluent dans un sens ou dans l'autre ne remet pas en cause ce savoir être. Ce savoir être est liberté.

Il ne s'agit pas d'une liberté de faire, mais d'une liberté d'être. Elle ne peut être comprise, mais seulement expérimentée. C'est elle qui vous fait dire : "je suis bien". Elle est paix et silence.

Ce sentiment d'indicible unité est ressenti dans l'acceptation. L'acceptation amène à la liberté. Elle transcende le désir d'accepter. Elle est l'expression même de la conscience.

JM Mantel


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour