meditationfrance


Méditation :
le défi de notre époque ?

rose

Par Emmanuel Moulin

En ce début de troisième millénaire, le développement de la recherche scientifique et l'expansion du capitalisme ont conduit à un niveau de développement économique sans précédent. Nous sommes passés de la bicyclette au téléphone portable et à Internet ! Nous avons escaladé les montagnes les plus hautes, sondé les océans les plus profonds, atteint chaque coin et recoin de cette planète et nous sommes même allés jusqu'à visiter d'autres planètes !

Contrastant avec ce succès, un autre record apparaît: les guerres du 20ème siècle ont causé la mort de plus de cent millions de personnes et cela pour des raisons de rivalités nationales, religieuses, raciales et ethniques et la tuerie continue encore...

Cette tension est le reflet d'une véritable crise qui est présente dans toutes les sphères des sociétés actuelles que ce soit au niveau politique, social, éthique, spirituel ou écologique !

Cette situation, tout le monde la connaît, nous la voyons tous les jours aux journaux télévisés, elle est dramatique, semble inéluctable et contredit avec les " bienfaits" du libéralisme dont nous parlent les économistes ou avec "les valeurs démocratiques" dont nous parlent les hommes politiques !

computerLe 20ième siècle nous aura au moins appris quelque chose : toutes les révolutions politiques ont été des échecs, de la révolution russe à la révolution islamique d'Iran car les révolutions sont violentes et ne changent que la hiérarchie sociale et l'organisation des pouvoirs dans la société. L'exemple russe est riche d'enseignement: les bureaucrates ont juste remplacé les capitalistes et le collectivisme est devenu le nouveau moyen d'organisation des échanges mais les mêmes relations de pouvoir, d'abus et de violence se sont recrées et même en bien pire !

Alors, quelle alternative, nous reste-il entre un statu-quo dramatique et des révolutions illusoires ? Que peut-on faire ?

Dans un autre siècle, dans une autre époque, sur d'autres continents, les génies des civilisations anciennes se sont aussi mis à chercher. Ils ont cherché dans une direction différente : à l'intérieur.

Et là, ils ont trouvé des pensées, un mental qui compare et juge sans cesse : mieux/moins bien ; supérieur/inférieur ; plus haut/plus bas. Et ils ont trouvé des passions et des émotions : avidité, haine, luxure et jalousie qui les aveuglaient, comme elles nous aveuglent aujourd'hui. Ils ont rencontré un "je" infantile à la tête de toute cette foule de pensées, ce que la psychologie appelle l'ego, ce sentiment de se croire séparé de l'autre, des fleurs, des étoiles, de l'existence elle-même.

En observant leur propre intériorité, par la méditation, ces mystiques, ces sages ont découvert quelque chose de miraculeux : ses pensées et ses émotions qui contrôlaient leur vie ont commencé à se dissoudre ouvrant ainsi le chemin à l'intégration plutôt qu'à la séparation. Ils ont compris qu'ils étaient libres de choisir leur destin, sans être aveuglés par des passions ou des pensées. Ils se sont découverts en harmonie avec eux-mêmes, avec l'autre et avec l'existence elle-même. Ils ont alors compris quelque chose de fondamental : l'ego entretient une tension continuelle en nous-même et avec les autres; il est à la source de toutes nos souffrances psychologiques et de nos conflits politiques et sociaux !

C'est pourquoi à travers les âges, les mystiques et les sages n'ont cessé de répéter : " Connais-toi toi-même ".

Oui, car, nous hommes et femmes modernes, avons regardé partout, sauf à l'intérieur de nous-mêmes. Comme le professeur qui cherche ses lunettes posées sur le bout de son nez, nous nous sommes efforcés de comprendre le monde, mais nous avons oublié de regarder son facteur le plus influent, nous-mêmes.

Or, si nous voulons vivre une vie harmonieuse et épanouie et connaître une société humaine unie et plus saine, il nous faut d´abord faire le ménage en nous-même, connaître notre potentiel, notre monde intérieur, qui nous sommes vraiment, pratiquer la méditation, nourrir l'espace du Coeur et intégrer les qualités spirituelles.

Peut-être ni plus ni moins, le challenge du 21ème siècle ?

Emmanuel Moulin


Haut de la page

retour