meditationfrance


 


Est-ce que vous vous êtes jamais demandé pourquoi y-a-il encore tant de personnes qui tuent et volent ?

Voici peut-être un début de réponse…

On raconte qu’un jour le roi est venu écouter Bouddha donner son enseignement. Il était assis au premier rang, juste devant Bouddha et il bougeait constamment son gros orteil. A un moment, Bouddha arrêta de parler et regarda l’orteil du roi. Celui-ci arrêta immédiatement de le bouger. Bouddha continua son discours et le roi se mit de nouveau à bouger l’orteil. Bouddha demanda alors au roi : « Pourquoi bougez- vous ainsi votre orteil ? »
Le roi répondit : « c’est seulement lorsque vous arrêtez de parler et que vous regardez mon orteil que je deviens conscient de ce que je fais , sinon, je n’en suis pas conscient. »

Bouddha dit : « c’est votre orteil et vous n’en êtes même pas conscient…cela signifie que vous pouvez aussi tuer quelqu’un sans en être conscient ! »

En fait, c’est bien de cette manière que les gens tuent, justement sans en avoir conscience. Les récits de procès criminels montrent qu’il est fréquent que les meurtriers nient avoir tué la victime. Au départ, on a pensé qu’ils mentaient mais les résultats des recherches récentes en psychanalyse montrent, au contraire, que ce n’est souvent pas le cas. Ils ont tué la victime dans un état d’inconscience. Ils étaient tellement en colère à ce moment là qu’ils sont devenus complètement enragés. Et quand vous êtes enragé, votre corps secrète certains poisons toxiques dans le sang. C'est un état passager de folie et une fois calmée, la personne oublie ce qui s’est passé car elle n’était pas consciente. Et c’est aussi de cette manière là, sans conscience, que les gens tombent amoureux, tuent quelqu’un, se suicident et font tout un tas de choses.

La première étape vers la vigilance, c’est d’être conscient de votre corps. Progressivement, on devient attentif à chaque geste, à chaque mouvement. Et en devenant plus vigilant, le miracle se produit : de nombreuses choses que vous faisiez dans le passé disparaissent tout simplement. Votre corps devient plus relaxe, plus harmonieux, une paix profonde s’y installe et une subtile musique commence à palpiter dans votre corps.

Devenez ensuite conscient de vos pensées. Le même chemin doit être fait avec les pensées. Elles sont plus subtiles que le corps et bien sûr elles sont aussi plus dangereuses. En prenant conscience de vos pensées, vous serez surpris de voir ce qui se passe à l’intérieur de vous-mêmes. Si vous écrivez tout ce qui vous passe par la tête, vous allez être très surpris ! Vous n’y croirez pas : « C’est ce qui se passe en moi ? » Je vous suggère d’ écrire toutes vos pensées sur une feuille, juste pendant dix minutes. Isolez-vous, prenez les dispositions nécessaires pour être sûr que personne ne vous dérange et qu'ainsi vous puissiez être totalement honnête avec vous-mêmes – puis ensuite, débarrassez-vous de la feuille ! Ceci pour que personne d’autre que vous en ait connaissance. Durant ce petit exercice, soyez vraiment honnête avec vous-mêmes, écrivez bien tout ce qui vous passe par la tête. N’interprétez rien, ne changez rien, ne coupez rien. Mettez simplement sur la feuille tout ce qui vous vient, tel quel.

Et dix minutes après, lisez la – vous verrez alors la folie du mental ! Nous n’avons en général pas conscience de cette folie qui est constamment en nous. Pourtant, elle affecte tout ce qui a de l’importance dans notre vie, tout ce que nous faisons !

Il est donc primordial de se débarrasser de cette folie intérieure. Ce qui est extraordinaire avec la vigilance, c’est que vous n’avez rien à faire si ce n’est d’être pleinement conscient. Le simple fait d’observer la folie, la transforme. Petit à petit, le chaos intérieur disparaît, les pensées prennent un rythme plus naturel et une profonde paix s’installe.

Et une fois que votre corps et votre mental sont en paix, alors vous verrez qu'ils sont en accord et vous pouvez sentir comme un pont entre les deux. Désormais, ils ne fonctionnent plus dans des directions opposées et contradictoires, ils ne sont plus en disharmonie. Au contraire, pour la première fois, vous ressentez un accord entre le corps et le mental qui a une immense importance pour vous permettre de travailler sur la troisième étape – la prise de conscience des sentiments, des humeurs et des émotions. C’est le niveau le plus subtil et le plus difficile, mais si vous réussissez à observer vos pensées, ce n’est alors qu’une étape de plus. Pour observer vos humeurs, vos émotions et vos sentiments, il faut un peu plus de vigilance que ce qui était nécessaire auparavant.

Lorsque vous êtes pleinement conscient de votre corps, de vos pensées et de vos émotions, ceux-ci deviennent alors unis comme un seul et même phénomène, ils fonctionnent parfaitement ensemble, vous pouvez écouter leur musique, ils forment un orchestre – La quatrième étape se présente alors, mais vous ne pouvez la provoquer. Elle arrive d’elle-même comme un cadeau de l’existence à ceux qui ont réussi les trois premières étapes.

La quatrième étape est celle de la vigilance ultime. On devient conscient de sa propre pleine conscience – c’est dans cette phase que naît un être éveillé, un bouddha. Et, c’est seulement avec cet éveil qu’on découvre ce qu’est la béatitude. Le corps connaît le plaisir, le mental connaît le bonheur, le cœur connaît la joie et ce quatrième niveau connaît la béatitude. La béatitude est le but ultime et la vigilance est le chemin pour le réaliser.

Extrait de : Etre en pleine conscience : une présence à la vie (Osho)

Pour en savoir plus sur ce livre



Haut de la page

retour