meditationfrance


 


Les 9 commandements d'André Siméant

André Siméant

suivie d'une interview d'André Siméant

André Siméant est un Psycho-Conseil Guérisseur de 62 ans qui effectue en France des guérisons depuis 40 ans, plus exactement, « l'Energie, l'Esprit guérit par lui » dit-il humblement. Chef d'entreprise, sa passion est l'épanouissement de l'individu, la quête du Divin et l'élévation de conscience.
Il a transformé sa vie et par ses consultations celle de milliers de personnes Il dit : « La maladie n'est pas une fatalité, la guérison n'est pas due au hasard, C'EST. »
Il propose ici 9 commandements tout simples pour rester plus facilement connecté à son être profond au quotidien en 2014.

1 - Ce n'est pas l'événement qui est important mais ce que j'en fais.

2 - Quoi qu'il m'arrive, j'ai tout pour y faire face.

3 - Quoi qu'il arrive dans ma vie je suis :
au bon endroit
au bon moment
à faire la bonne chose
avec la bonne personne
à me faire du bien 

4 - Ce qu'il m'arrive c'est ce qu'il y a de mieux : ici et maintenant en fonction de ce que je suis

5 - Tout ce qui m'est donné de vivre, m'est donné par l'esprit pour mon avancée.

6 - L'autre, quel qu'il soit, m'est donné pour mon évolution.

7 - Sur cette terre, je donne ce que je suis

8 - Je suis généreux (se), je commence par moi

9 - Tous les autres, quels qu'ils soient, me sont envoyés, chaque jour pour que je dialogue avec Dieu et que je m'en nourrisse.

André Siméant et Caroline Morlet proposent une formation pour apprendre à accueillir le Verbe. Le Verbe c'est accueillir Dieu par la parole. C'est une vibration d'Amour universel. Cette formation a lieu à Paris, à Tours et à Valenciennes dans le Nord. Pour plus d'infos, voir son site web www.accueilduverbe.fr


Interview André Siméant
réalisée par Patricia Menetrey

le verbe

Bonjour André, votre  parcours semble fortement atypique : faites nous comprendre comment  du  rebelle athée, militant acharné que vous étiez en 68 , vous êtes devenu aujourd’hui un guérisseur reconnu.

Avant 68 je suis en recherche de ce qui est le plus en phase avec mes convictions   et c’est la lutte des classes : Marx, le Capital, Krivine, l’orgueilleux Jean Paul Sartre, Mao, le petit livre rouge.
Partout,  il manque une dimension, je vais vers eux, mais je n’y trouve pas mon compte.  

Avec le recul je connais cette dimension qui me manquait, mais à cette époque je suis incapable de comprendre que l’injustice n’existe pas. Il me faudra  toute une démarche pour en arriver là.

A cette période de ma vie,  je suis simplement en train de hurler mon mal de vivre et ma colère.

Rien de ce que je fais ne peut me convenir. C’est  à cette phase là  de ma vie  en faisant du stop que je croise la route d’un homme. En observant mon attitude,  il me lâche  cette phrase qui agit comme un immense électrochoc :

« Mon pauvre petit, tu veux changer le monde et tu es incapable de te changer toi ! »

Ce sera la première révélation : tu dois te changer toi !!!  A cette époque beaucoup d’alcool, de café, de cigarettes. Je suis un fêtard. C’est alors que se produit la deuxième rencontre capitale : un homme me dit  « Dieu va te parler par moi. » Pour la première fois de mon existence, je sais pourquoi je suis là.
Je ne dis plus « oui » à la révolution permanente mais « oui » à la révolution du cœur… pourtant je ne suis pas encore prêt.

Entendre le mot Dieu, sa résonnance intérieure.

Les guérisons commencent à avoir lieu. Et même de véritables miracles. Une avalanche de miracles, puis plus rien, plus de guérisons. Et j’entends bien alors qu’il faut faire la paix, avec moi, avec mon père hyper violent et alcoolique, avec ma mère.  L’enfer ce n’est pas les autres, mais c’est moi avec les autres.
Je vais donc à la rencontre de la sensibilité  humaine. Je  dois tout  apprendre : aimer les autres et les pseudo injustices, apprendre que le hasard n’existe pas.

La réincarnation ?  Je n’y suis jamais allé  vraiment  Mais dans ce passage sur terre et avec ce processus  je travaille le : « Je demande, je crois, j’obtiens ». Je réalise que, «  quoi qu’il m’arrive, j’ai tout pour y faire face ». Et je m’accepte tel que je suis avec mes manques, mes colères.

Quelle est la place du Verbe dans vos soins ?

Je dirais que tout ce qui n’est pas le Verbe c’est de la méthodologie, un outil par-ci une méthode par là. Toutes ont leur place. Mais c’est le Verbe qui guérit vraiment.  

Le Verbe c’est la Source qui parle, si vous êtes encore  un peu chagrin avec le mot Dieu  vous pouvez dire que c’est l’énergie, la source, l’être,  la lumière. J’appelle cette énergie Dieu. Je vous citerai Karl Gustave Jung. Dans « Ma vie », il dit « J’entendais bien que j’étais là pour faire Sa volonté et pas la mienne. »

C’est ça le Verbe, Lui donner les moyens de s’exprimer et que l’autre l’entende.

Si je n’avais pas rencontré le Verbe, je ne serai plus là aujourd’hui.

Je  sais aussi que je n’ai jamais guéri personne, c’est Lui qui guéri par moi. Le Verbe, c’est je me laisse faire. Et la personne a quelque chose à entendre. Dans le ici et maintenant, dans le laisser faire. Je ne rejette aucune méthode. Le Verbe n’est ni une méthode, ni un outil. C’est la Lumière qui  s’installe, et c’est  le Verbe qui va  guérir.

Que diriez-vous à une personne qui ne croit pas en Dieu.

C’est intéressant ceux qui ne croient en rien. Je me retrouve, puisque je suis passé par là. Dans  ma période anarchiste, un slogan de  Bakounine était mon leitmotiv « Si Dieu existe, je m’en débarrasse »

Je ne vais pas te convaincre, car si j’ai à te convaincre, c’est que je ne suis pas convaincu. Je vais juste proposer à ce non croyant de fermer les yeux,  et l’Esprit va lui parler par moi.

Il a le droit de dire : « Et bien non, je n’ai pas envie que ton Dieu me parle »

Mais s’il existe la moindre petite ouverture, une petite goutte d’eau va tomber au fond de son cœur, et demain peut-être une autre…

Quelqu’un qui ne croit pas a raison de ne pas croire aux dogmes : « Souffre sur cette terre, tu auras la vie éternelle !!! L’inquisition, les mensonges, un Dieu barbare,  Jeanne d’Arc brûlée… »

Tout sauf la Vie manifestée.

Lorsqu’une personne est athée, je me dis : « Hâtez-vous de lui montrer  que l’amour existe. Que le Divin est partout ».

Interview réalisée par Patricia Menetrey


Suivez Meditationfrance.com sur facebook