meditationfrance, méditation, tantra, connaissance de soi
Les archives de Meditationfrance

Un chemin de guérison

Denis Averland

Interview de Denis Averland, ostéopathe tissulaire depuis 25 ans

Vous êtes masseur-kinésithérapeute et ostéopathe tissulaire depuis 25 ans et vous aidez les personnes qui en ont besoin à trouver un chemin de guérison au travers d'une guidance intérieure basée sur l'hypnose, pouvez-nous parler expliquer en quoi consiste ses soins de guérison ? C'est pour quels types de blocages ou de situations ?

Cette manière de soigner est la résultante des 25 années d’expérience. J’aime à dire que je suis un alchimiste. J’ai réalisé mon œuvre au noir et mon œuvre au blanc et suis peut-être entré dans mon œuvre au rouge. Au cours de toutes ces années, j’ai pris le temps de « détricoter » la matière première pour comprendre de quoi elle est constituée. La matière première de l’ostéopathe-alchimiste est le corps humain. C’est grâce à tous les patients qui m’ont fait confiance que j’ai pu progresser dans la compréhension des mécanismes subtils du corps humain et mettre au point l’approche thérapeutique que j’utilise aujourd’hui et qui est en constante évolution. Dans les grandes lignes, je suis à l’écoute du corps, des tissus, des cellules qui savent comment guérir. Je suis un accompagnant qui permet au pouvoir d’auto-guérison de se manifester. En plaçant des points d’appui avec mes mains, je permets aux tissus de libérer les tensions superflues qui gênent la bonne mobilité et donc le bon fonctionnement. C’est une approche globale, sans protocole préétabli, qui prend également en compte l’aspect énergétique du corps en surveillant la bonne fluidité de la circulation de l’énergie. Enfin, j’associe à tout ce qui précède un questionnement orienté par l’analyse de la symbolique des symptômes. Ainsi, je peux aider les patients à décrypter leur pathologie et à comprendre, c’est à dire « prendre avec », ce pour quoi ils ont développé tel ou tel signe et de plus facilement s’en libérer. La dernière évolution consiste, lorsque cela est nécessaire, à permettre au patient de voyager en son intérieur et de rendre conscients certains conditionnements et leurs racines ainsi que de laisser émerger et s’exprimer les émotions liées.
Avec cette approche je ne refuse aucune pathologie après que le bilan médical complet a été réalisé. Cela peut aller de troubles articulaires, musculaires ou encore viscéraux en passant par les maux de tête ou les soucis de fertilité et tout ce qui concerne la périnatalité.
Pour conclure, la notion la plus importante est que le patient soit au centre de sa guérison, il en reste, quoiqu’il arrive, le maitre.

Vous travaillez avec Anastasia Dussaussoy qui est sage-femme et qui utilise l'hypnose lors de ses accompagnements.
Pouvez-nous en dire plus sur ce travail thérapeutique et de guérison que vous proposez ensemble ?

Anastasia a pris la succession d’Amandine Martin dans l’accompagnement global des naissances (Naissances à domicile et en plateau technique) au nord de Paris. Nous avions démarré ce type de soins avec Amandine et nous continuons, avec beaucoup de succès, avec Anastasia. Nous avons dénommé ce soin « Hypnostéo ». Cela reste entre nous car je pense que le nom est déposé mais je m’en suis rendu compte dans un second temps … Dans ces séances, nous conjuguons nos talents, l’hypnose humaniste, qui permet à l’inconscient et au conscient du patient de se rencontrer, et l’ostéopathie tissulaire qui permet l’écoute du corps et au patient de ressentir les blocages et déblocages. Ensemble et concomitamment, ces deux techniques donnent beaucoup de puissance au soin et permettent l’émergence d’une empathie, je pourrais dire d’un amour très intenses. Ces conditions permettent au patient de changer de perspective sur sa ou ses problématiques pour une sorte de renaissance au nouveau …

Qu'est-ce que la "mémoire tissulaire" ?

C’est la capacité qu’ont les tissus de conserver de l’information en stock. On évoque aussi la mémoire cellulaire. Cette mémoire peut contenir de l’information sous forme d’énergie bloquée comme lorsqu’un traumatisme n’est pas « digéré » dans l’instant par le corps. Dans ces conditions, l’énergie générée par le choc est trop importante pour être dissipée par les tissus dans l’instant et est stockée. Je rencontre aussi, très souvent, des stocks émotionnels, des émotions qui, émergeant à un instant ou la personne ne peut pas les vivre, sont refoulées et retenues dans les cellules. Ces mémoires peuvent être révélées au cours d’un soin et permettre une libération de la structure avec laquelle elles sont en lien.

En tant que professionnel de santé, vous participez au PROJET SANTÉ qui propose plein de vidéos sur différentes pathologies quel est l'objectif de ce site web et de ce projet ?

Projet Santé est le « bébé » de François Le Moing. J’y ai participé en tournant des vidéos qui permettent, à tous et depuis partout dans le monde, un accès gratuit à des conseils pour tout ce qui concerne les affections rhumatologiques courantes, les douleurs, et la prévention dans ce domaine. Cet aspect n’est qu’une petite partie du Projet global mais là François serait plus à même de vous en dire plus. Pour ce qui me concerne, j’espère que nous pourrons développer, dans un avenir proche, une « branche » plus en phase avec le type de soins que je propose aujourd’hui.

Vous travaillez en cabinet (dans le département 62) et aussi à distance par tél ou skype. Comment se passe en général une séance à distance ?

Les séances à distance sont devenues une évidence pour moi après que j’ai suivi une formation avec le Docteur Eduard Van den Bogaert à Bruxelles. Cette formation traitait d’homéopathie sensitive, l’homsham. Avec cette approche, il est possible de créer des remèdes adaptés au patient mais sans support matériel. Le remède « descend » littéralement. Alors, j’ai compris définitivement qu’il est possible de soigner à distance. Dans ces séances, j’accompagne les patients sur leur chemin de guérison en les questionnant et les faisant réagir et aller à l’intérieur d’eux-mêmes pour découvrir la racine de leur souffrance ainsi que les ressources dont ils disposent pour choisir de vivre la vie qu’ils souhaitent. Ensuite, il s’agit de noter (comme étiqueter) l’émergence des conditionnements sous différentes formes dans le quotidien pour que doucement et progressivement ceux-ci puissent se déprogrammer. Au besoin, j’y ajoute les remèdes d’homsham. Il est également possible d’œuvrer sur la structure mais certains blocages, plus sévères, nécessiteront une intervention en présence.

paysage

Vous accompagnez aussi les futures mamans et les nouveaux-nés, vous écrivez que "la naissance est un moment essentiel, soumis à des forces, tout comme la grossesse et le post-partum. Ces forces vont conditionner le fœtus, le nouveau-né, l'être...", pouvez-vous expliquer quelles sont ces forces et comment peut-on agir dessus ?

En effet, le monde de la naissance a pris une place prépondérante dans ma pratique au cours des deux dernières années. C’est en rencontrant Amandine Martin, une sage femme très sage, que j’ai compris de nombreuses choses concernant ce moment privilégié qu’est l’accouchement. Dans le même temps, j’ai suivi une formation sur la périnatalité avec Eduard et Judith Van den Bogaert à Bruxelles. La périnatalité est la science qui s’occupe de rechercher les influences du contexte de vie dans une période qui couvre dix huit mois avant et après la naissance. Les forces en présence dans cet espace temps proviennent du père, de la mère, peut être de la généalogie. Ce sont les expressions conscientes et inconscientes des programmes, des conditionnements qui nous animent tous, ainsi que tous les événements qui peuvent survenir dans la vie. Il faut ajouter à cela les contraintes liées à l’accouchement lui même, des contraintes physiques et mécaniques de passage dans le bassin de la maman, mais aussi en cas de césarienne avec l’inversion brutale des pressions intra-abdominales. N’oublions pas l’influence des produits chimiques injectés à la maman pour la péridurale ou pour augmenter ou ralentir les contractions.
Tous ces éléments vont venir influencer le futur nouveau-né. C’est ainsi qu’il va créer des recettes de vie, comme des programmes qui, une fois engrammés, vont « tourner » et sous-tendre les comportements de l’être.
Pour agir sur cela, nous voyons qu’il y a plusieurs possibilités selon le moment où l’on se trouve. Il est possible d’œuvrer avec les futurs parents avant même la conception puis ensuite jusqu’à la naissance. Dans cette éventualité, le traitement permettra l’évolution des parents et bien sûr favorisera un accouchement plus fluide. Après la naissance, le développement des parents peut continuer et faciliter ainsi l’évolution du nouveau-né. Le bébé peut bien entendu faire l’objet d’un soin post partum afin de « gommer » les stigmates de la naissance. C’est alors comme lui faire revivre la naissance afin de recréer une naissance « idéale ».
Au final, en rêvant un peu, si nous nous occupons avec soin de cette période cruciale, nos nouveaux arrivants seront moins crispés, moins tendus et le monde suivra certainement cette tendance.

Quel a été votre parcours ou démarche au niveau bien-être et spirituel ? Est-ce que vous avez une pratique au niveau personnel?

Depuis environ vingt ans, j’ai commencé à m’intéresser au bien-être et à la spiritualité. J’ai évolué grâce à différents thérapeutes, naturopathes, kinésiologues, homéopathes, ostéopathes … Je me suis toujours appliqué les conseils que je donnais à mes patients et donc je consultais régulièrement en essayant de comprendre d’où je venais. Il y a peu, j’ai fait la rencontre d’un maitre spirituel américain, Andrew Cohen, dont j’ai suivi assidument l’enseignement pendant environ cinq années. Durant cette période, j’ai beaucoup appris concernant la méditation, l’Être et le devenir. J’ai conservé, aujourd’hui, une attirance pour la méditation, avec une pratique beaucoup moins intensive mais régulière. Il faut dire que ma profession me permet une connection quasi permanente et un état méditatif très présent. Il m’arrive également de jouer du tambour pour soigner ou juste communiquer avec l’Univers.

Avez-vous aussi un don ou une intuition pour soigner les gens ?

J’ai l’intuition que ce que je fais, tout le monde pourrait le faire, je l’ai vu se développer en moi au fur et à mesure que le temps a passé. Simplement, j’ai dans cette vie une facilité à prendre soin et à me centrer pour devenir un bon média pour l’énergie qui guérit. Avec le temps, je me suis amendé et j’oppose de moins en moins de résistances au passage de la lumière. Ce que je sais, c’est que je ne pourrais pas vivre sans soigner et désormais sans transmettre ce que j’ai compris de la Vie pour que d’autres puissent à leur tour donner des soins.

Comment avez-vous entendu parler de notre portail web www.meditationfrance.com ?

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai fait partie de l’enseignement d’Andrew Cohen et à cette époque nous avons organisé le forum de l’évolution de la Conscience et co-organisé, avec Méditation France, le festival de la méditation à Paris. Ce fut ma première rencontre avec votre organisation. Et puis lorsque l’on a une pratique de méditation, on connaît www.meditationfrance.com

Contactez Denis pour une séance à denis.averland3@gmail.com
ou par Skype : denis.averland
Son site web : www.averland.fr