meditationfrance, méditation, tantra, connaissance de soi
Les archives de Meditationfrance

« Un voyage à la rencontre de l’onde de vie »

Neyra

Interview avec Marina Stanton, dite « Neyra »
Femme-Médecine, guérisseuse, chamane française

Bonjour Neyra. C’est une joie d’être ici à Enora avec Toi ! Tu es femme médecine, guérisseuse, chamane : une fervente gardienne de la Terre, si j’ose dire ! Pourrais-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs afin qu’ils en sachent un peu plus sur toi ?

Oui, avec plaisir ! J’ai étudié les pratiques traditionnelles de guérison énergétique et spirituelle et les courants pro-biotiques fondamentaux ( "pour la vie" ), essentiellement auprès des porteurs de la médecine de la forêt, mais aussi auprès d’enseignants merveilleux que j’ai eu la chance de rencontrer, et qui m’accompagnent encore sur ce chemin d’apprentissage, et de transmission. « C’est la Nature qui guérit, ce n’est pas l’homme ». La plus grande enseignante a toujours été pour moi Mère Nature, et je me retrouve bien dans cette affirmation qui traduit joliment ce en quoi je crois profondément : la médecine des plantes, de l’esprit de nature, des éléments, de nos alliès verts... Nos ancêtres, et la plupart des sociétés natives et indigènes de la Terre ont raconté qu’ils apprenaient l’utilisation médicinales des plantes, que cela soit sur un plan physique ou énergétique, directement de la plante elle-même. Tout simplement, en communiquant avec elles. Il y a un bel ouvrage intitulé « the Lost langage of plants : ecological importance of Plant Medeicines to Life on Earth » En français cela donne quelquechose comme « le langage perdu des plantes : l’importance écologique de la médecine des plantes pour la vie sur Terre ». Je dirai qu’il s’agit plutôt d’un langage oublié que perdu, mais que son importance est tout à fait contemporaine, que cela soit pour la vie sur terre ou pour la santé physique, psychique, émotionnelle ou spirituelle de l’homme. Les racines de ma pratique se trouvent au coeur d’une collaboration vivante et d’une communication continue avec cette fabuleuse communauté médicinale. C’est aussi par la confiance que m’accordent mes ancêtres, dans ce que je vis comme une véritable transmission d’amour et d’ « incorporation » que s’accomplit cet acte de reliance sensible du visible et de l’invisible. Aujourd’hui je porte et transmets la médecine de l'Onde de Vie, un corps de pratiques médicinales et chamaniques de reliance vivante et de régénération naturelle. Il s’agit en quelque sorte d’une « biopharmacie » de médecine verte que je transmets ici à l'Institut Enora, au cours de soins, d’initiations, de cérémonies, en collaboration harmonique avec cet espace naturel privilégié ( plantes médicinales, minéraux, éléments, bioénergies...).

Je crois que ton chemin de femme médecine a été riche en exploration, en voyages et en découvertes : une sorte de pèlerinage initiatique ?

Oui, c’est tout à fait ça ! Marcheur du Chemin de Médecine, on l’est à la naissance, mais il peut falloir, comme dans mon cas, plus d’une trentaine d’années de guérison, d’expériences et d’enseignements pour atteindre un point d’alignement et d’équilibre au coeur de ce mystère en perpétuel mouvement ! Je crois que l’on ne s’improvise pas guérisseur, mais qu’au contraire, c’est une pratique qui est le fruit de longues années d’observation et d’avancée sur le chemin de la connaissance de soi. C’est au travers de ce chemin de guérison de mes propres blessûres que j’ai le plus appris sur la médecine et sur moi-même. Je pense aussi qu’il faut être amoureux de la nature pour la découvrir : alors la nature commence à vous parler, elle commence à bouger avec vous.
Ma mère dit que lorsque j’étais petite, elle me trouvait souvent toute seule dans le jardin, dans la nature, en train de chanter dans une langue inconnue. Cette langue ne m’a jamais quittée, je pense qu’il m’a fallu trouver la patience de l’apprivoiser. Retrouver son origine et sa trace au coeur même du sacré du monde, de la nature et de la Terre.

Où t’ont conduit tes pas ?

J’ai parcouru pendant plus de dix ans un chemin de rencontre et de recueil des sagesses naturelles au coeur leur terres natives : des sciences praniques et védiques de l’Inde, bouddhiques du Népal, à la rencontre de la tribu zoulou en Afrique du Sud, des shipibos et de la médecine des plantes sacrées en Amazonie péruvienne, du chemin rouge des lakotas en Amérique du Nord, des merveilleuses cérémonies d’offrandes à la « pachamama », la Terre Mère, des traditions quechuas dans les Andes, ou encore de la tradition pacifique « Aloha » dans l’archipel de Hawaïi. Dans chacune de ces terres j’ai pris le temps de vivre, d’écouter, de rencontrer, de recevoir des transmissions qui ont fait pour moi de ce chemin un chemin initiatique de naissance à moi-même : la mise au monde de mon humanité comme de ma médecine.

La question à un million ( tu as le droit à un joker !) : quelle est pour toi la définition du « chaman » ?

Oh oui, en effet ! C’est une question qui les vaut bien, surtout de nos jours ! La dernière chose que l’on peut faire du chaman, c’est bien de le définir. ( Neyra rit un moment, fait une pause, puis son visage devient différent, sérieux et concentré ). L’esprit du chaman est ici pour soigner, guérir et honorer la reliance entre le corps et l’âme du monde.

Quelle est selon toi sa place dans notre monde moderne ?

Son rôle est plus que jamais essentiel. Il est gardien de l’empreinte sacrée du monde naturel et préserve au coeur de notre monde cette fragile et fondamentale essence qui relie le visible et l’invisible, la matière et l’esprit, l’humanité au monde naturel. C’est aussi notre responsabilité et notre rôle à tous de révéler et nourrir ce sacré au coeur même de nos terres. La magie de l’esprit de vie ne s’impose jamais d’elle-même. Il faut la rêver, l’honorer, la voir, pour qu’elle s’offre et se révèle. C’est donc bien à chacun de nous de voir ce sacré dans nos forêts, dans nos rivières, nos montagnes, notre jardin. Chacun de nos regards, chacune de nos prières lui redonne pleinement vie.

Que conseilles-tu à ceux qui aimeraient apprendre à mieux communiquer avec la nature, et établir en eux cette « écoute sensible » dont tu parles souvent ?

« It is the mariage of the soul with Nature that makes the intellect fruitful, that gives birth to imagination » Henry David Thoreau. Donc déjà, de commencer par apprendre l’anglais ! ( Neyra rigole). C’est important de se souvenir que nous vivons immergés dans une toile trans-communicationnelle vivante, en d’autre terme l’Onde de Vie est partout ! Chaque créature qui vit, chaque forme de vie, peut devenir un ami, un enseignant, un allié sensible. En reconnaissant respectueusement le sacré qui réside au coeur de chacun(e) et en trouvant l’harmonie avec chacun(e), nous honorons le noble chemin du Gardien de la Terre et chaque créature qui partage notre monde. Toute les créatures vivantes (plantes, minéraux, éléments, animaux, humains...) sont porteuses de leur propre médecine et de messages qu’elles partagent généreusement avec ceux qui apprennent leur langage, le langage du coeur. Il peut être compris lorsqu’une écoute sensible et un respect mutuel se déploient. Adresser une gratitude profonde à un coucher de soleil, de l’amour à une forêt, ou à un aigle qui plane, majestueux, en tournoyant, en admirant la beauté en chacun, c’est le langage du coeur.

C’est là le coeur de ce que tu transmets à Enora je crois ?

La Médecine de l’Onde de Vie est un corps de ressources naturelles et chamaniques qui participe à la préservation de notre équilibre et à l’épanouissement de notre plénitude vitale, par le rayonnement vivant de notre sagesse intérieure originelle. Nous sommes alors en mesure d’établir un mode de vie respectueux, joyeux, créatif et éco-conscient (qu'il s'agisse de l'écologie de notre être intérieur, de nos relations où de notre espace de vie). En ouvrant et révélant la Voix de l'Harmonie Naturelle qui est en chacun de nous, nous sommes à même d'embellir
et de fortifier nos ressources sensibles, notre énergie vitale, et aussi par là même d'honorer toutes formes de Vie sur notre belle planète !

Concrètement, que proposes-tu à Enora ?

Pour éclairer nos amis lecteurs : Enora est le nom de la Terre-Médecine où j’ai la chance de vivre et également l’espace sacré où je soigne, transmets et initie. C’est aussi le lieu où je continue mon étude des sagesses du monde vert et des courants harmoniques de la Terre, J’y propose des séances individuelles, des cercles ou des cérémonies. Situé sur un espace boisé c’est un lieu dédié à la Voie de la Nature. A Enora, la sagesse du monde vert est à l'honneur : ses chants, ses rythmes, ses danses, ses respirations, son langage originel et organique.

En soin individuel, je propose des séances de Rebirth et la Cérémonie de la Sauge.

Le Rebirth, c’est la respiration qui guérit ! Une biothérapie naturelle de libération des mémoires psycho-corporelles et cellulaires. Par le déploiement d'une respiration biodynamique et circulaire, l'écosystème de notre corps est à même de procéder, avec ses propres ressources et son intelligence guérisseuse intrinsèque à la libération de mémoires anciennes et traumatiques. J’ai ma propre manière de procéder au cours de ces séances, qui sont imprégnées de la médecine que j’ai reçu de mes enseignants de la forêt. C’est souvent de l’ordre d’un accouchement qui me mets dans une posture de sage-femme, donc de douceur, de soutien, et d’accompagnement, souvent d’encouragement. C’est un processus tellement sacré, une danse en corps à corps entre le corps et l’âme, au travers du souffle, et qui génère une formidable mise en mouvement de l’onde de Vie. S’en suit un regain de vitalité et d’énergie à mettre au service de la vie.

Cérémonie de la Sauge

Quand à la Cérémonie de la Sauge, c’est un soin chamanique traditionnel au coeur d’un espace cérémonial. Elle se déroule en reliance sacrée avec les éléments, les énergies de la nature et nos alliés, dans la guidance sage ( savez-vous que « sage » c’est le mot pour sauge en anglais ?) de cette plante maîtresse de la guérison, de la protection et de la purification. C’est un soin chamanique complet dans la tradition qui m'a été transmise. Ce soin réalisé en collaboration avec la médecine de la plante me permet d'identifier les cassures ou distorsions de l’ecosystème énergétique, et procéder à leur réparation, leur ré-harmonisation, permettant ainsi la libération de schémas énergétiques et psychoémotionnels anciens. J'accompagne cette cérémonie dans le respect de la tradition qui m'a été transmise et qui porte en son coeur un grand respect pour la Terre et la Medecine de nos alliés naturels.Nous y faisons ensemble une offrande à la Terre afin d'honorer et remercier le cercle sacré dans lequel se transmet la médecine de Gaïa et de la plante.
La Sauge est aussi une enseignante que nous recevons au travers d’une écoute sensible. Elle a le pouvoir d’apporter de la clarté, de transmettre de la sagesse, et des clés nouvelles pour notre vie. Elle pousse en abondance ici à Enora, et c’est une alliée précieuse dont la présence vivante et bienfaisante apporte une énergie guérisseuse à chaque soin.

A Enora, je propose aussi des initiations, des cercles et des ateliers ponctuels, qui mettent en valeur différentes approches de l’Onde de Vie ou encore des pratiques chamaniques . Par exemple la Danse Verte, ou le Cercle de Musique Intuitive. Un espace d’exploration de soi, d'échange créatif et sensible, d’ouverture du Coeur, de Connexion avec l'Esprit de Vie, avec nos rêves et nos ressentis. Nous y pratiquons la "mise en mouvement" en lâchant le confort de nos croyances et de nos certitudes pour laisser notre fertilité intuitive se révéler, nous ouvrir à l’inspiration et à la voix/voie de notre âme. Il s’agit de libérer nos plus belles ressources intérieures, en harmonie avec la nature, la terre, les cycles du vivant, nos alliés verts...

Donner pleinement vie à notre rêve, afin qu’il féconde notre vie et rayonne au coeur de notre réalité, individuelle et, par conséquent : collective. Toutes nos connaissances, nos certitudes et nos sciences, nos institutions, nos structures et nos technologies fabuleuses, insufflons y enfin ce dont elles ont besoin pour servir pleinement la Vie : l’Âme ! Et quelle plus belle Âme que celle de la Nature ? Quelle plus abondante source de ressources, d’inspiration et de guérison ? Pratiquer la médecine de l’Onde de Vie, c’est se reconnecter au monde de la nature vivante et se souvenir comment l'entendre et lui parler, entretenir une relation pleine de fraîcheur avec la beauté de la Nature et la fertilité généreuse et sensible de la Terre.

Je crois que tu mets aussi la main à la pâte ?

A la patte verte, oui monsieur ! Passionnée par la médecine du monde vert et des plantes, je propose également des préparations médicinales maison, soigneusement préparées avec des plantes guérisseuses bio qui poussent et vivent à Enora. Chaque préparation se déroule au coeur d’un espace cérémonial traditionnel en collaboration avec l’esprit de la plante, sa médecine, activée par une intention sacrée ( par exemple, cela peut-être une intention de protection, de purification, d’énergie vitale, ou encore d’ouverture du coeur ) et des chants de médecine. Lorsque la plante est disposée à dévoiler sa médecine, son message est clair et tout à fait précis : les vertus, les propriétés énergétiques et les usages appropriés qu’elle propose de mettre à notre disposition. J’ai la chance de vivre avec elles, alors je prends le temps de les écouter, de les entendre, et de faire bon usage de ces ressources merveilleuses !

Merci Neyra ! Le mot de la fin ?

« On sait où ça commence mais jamais trop où ça finit ! » (Neyra rigole). Je préfère finir sur un début, si tu le veux bien :

Alors imaginez que c’est la nuit noire, et que nous sommes assis autour d’un feu, sous les étoiles, qui brillent et pétillent dans le ciel par milliers ! Une brise chaude porte les transpirations rondes de la Terre jusqu’à nos narines : une odeur de racines et de pierres encore chaudes, un parfum onctueux et velouté qui caresse notre âme, le murmure des montagnes autour : le goût d’un temps hors du temps... et pourtant si présent. Au coeur de ce battement mystérieux, le battement de notre propre coeur s’enroule et se glisse. C’est alors qu’elle se lève et se tient près du feu, prête à raconter... (Neyra se lève, se racle la gorge et commence à parler dans une intonation chaude de conteuse, tout en tapant du pied):

« Il y a une langue ancienne, inaltérée et pure qui murmure au coeur de toute chose : elle murmure dans le vent, les montagnes, les forêts, les rivières, elle danse sur le corps de grand-mère Océan, nous caresse dans le parfum d’une fleur.

Gardienne et protectrice de la sagesse originelle, son temple est notre coeur.

Au rythme profond, si doux, de la sève, un chemin déjà arrivé, au lieu de force et de beauté.

Montagne gardienne des souffles et des rêves, à chaque pas déjà arrivée. Ecoute, écoute le Chemin dans tes pieds ! «

Marina Stanton - Neyra