meditationfrance

Les archives de Meditationfrance

L’ATELIER CUISINE : retrouver la santé grâce à l’alimentation.

Patricia PIASCO

Interview de Patricia PIASCO

Question : Vous avez créé l'Atelier Cuisine pour tous ceux qui souhaitent équilibrer leur alimentation tout en conservant le plaisir de manger.
Vous organisez des stages en France et au Maroc autour du thème de la santé et de l'alimentation et du jeûne.
Qu'est-ce que vous conseillez pour commencer à une personne qui veut changer son alimentation ?

Changer d’alimentation est une chose délicate et complexe. Evidemment, on peut se mettre en situation de « régime » et donc de privations pendant un court délai, soit pour des raisons médicales, soit pour perdre du poids. Mais les conséquences sont fâcheuses : on a tendance à compenser à la suite de cette période, on se sent privé, désocialisé…
L’alimentation est très étroitement lié à l’émotionnel. Et c’est également un facteur social primordial.

Il faut donc tenir compte de ces deux éléments pour se lancer dans un changement alimentaire. Nous parlons bien de changement alimentaire et non pas de phase de régime qui est à proscrire. Il s’agit de trouver un équilibre qui soit permanent et plaisant. Il est fondamental de trouver du plaisir dans l’alimentation et on ne doit en aucun cas se trouver en situation de privation. Donc nous allons chercher à remplacer tout aliment plaisir « nocif » par un aliment plaisir « santé », agir de façon progressive et non brutale. Il faut savoir qu’un aliment « santé » devient forcément un aliment plaisir. Il faut faire confiance à notre corps qui sait ce qui est bon pour lui et ce dernier transmet en retour le plaisir de l’assimiler.

Ce qu’il faut retenir et qui est essentiel, c’est que chaque individu a une alimentation qui lui est propre et un cadre émotionnel particulier. Tout changement est compliqué surtout s’il doit s’inscrire dans la durée. Il nécessite un suivi régulier et précis. Il y a autant de façons de changer d’alimentation que d’individus, et à moins de connaître parfaitement son corps et ses facultés, il vaut mieux que la personne soit accompagnée dans sa démarche, principalement par un professionnel, mais aussi par ses proches, pour l’aider à endurer cette période difficile émotionnellement et socialement.

patricia Piasco

Question : Pouvez-vous nous parler de votre propre expérience ? Comment en êtes-vous à comprendre le lien entre l’émotionnel et l’alimentation ?

Pour ma part j’ai eu la chance de grandir avec des grands-mères et une maman qui cuisinaient beaucoup.
J’ai connus de vrais repas dominicaux préparés depuis la veille et partagés par les grands parents, enfants et petits-enfants. Là on est déjà en plein dans l’émotionnel : le repas qui rassemble, pendant lequel on se chamaille… Ma grand-mère cuisinait pour nous faire plaisir, on mangeait aussi plus que notre faim pour lui faire plaisir.

Ensuite quand je suis arrivée au Maroc et que je suis passée à une tout autre activité professionnelle avec ma maison d’hôtes puis mon restaurant, il a été naturel pour moi de cuisiner avant tout pour « faire plaisir » à mes clients.
Puis mon histoire personnelle a fait que j’ai connu des soucis de santé, insolvables pour la médecine traditionnelle, avec des soucis fonctionnels hépatiques et intestinaux.
Je ne pouvais tout simplement plus rien manger mis à part un bol de soupe le soir et boire des jus de citron.
A partir de ce moment-là, j’ai commencé à comprendre profondément le lien entre l’alimentation, l’émotionnel et la santé.
De toute évidence c’est avant tout l’émotionnel, le rythme de vie que je me suis imposé qui ont provoqué cet état de santé, mais bien sûr l’alimentation est forcément impliquée.
Non pas que je mangeais mal mais très certainement de façon non adaptée.
Cela a été le début de mon chemin qui m’a amenée à reprendre des études pour prétendre à devenir thérapeute, et à proposer des conseils autour de l’alimentation.

J’ai connu depuis le plaisir de pouvoir à nouveau manger tous les aliments.
Mon alimentation a bien-sûr beaucoup évolué, et mes goûts également. J’aime aujourd’hui beaucoup les aliments bruts sans trop de préparation, ce qui ne veut pas dire sans goût.
Et l’alimentation m’apporte aujourd’hui plus que du plaisir mais également la sensation d’apporter profondément à mon corps ce qui lui convient. Et cela donne un bien-être bien au-dessus d’un plaisir fugace.

patricia Piasco

Question : Comment savoir quelle est l’alimentation qui nous est adaptée ? Sur quelles données vous vous basez pour faire un accompagnement personnalisé ?

Là est la grande problématique.
C’est à la fois très simple et très complexe.
Il y a bien sûr des grandes règles de base.

Nous digérons tous selon le même processus et nous connaissons tous plus ou moins les poisons et aliments néfastes (produits chimiques, graisses frites, trans…)
Et puis les besoins journaliers de chacun en fonction de son âge sont très bien indiqués avec des chiffres officiels, pour tous les nutriments.
A partir de là je pourrais me contenter de compter les apports en calories et vérifier que les répartitions entre les différentes familles de nutriments sont correctes et de les corriger si besoin en fonction de l’état de santé, de la masse corporelle et de l’activité physique de la personne.
Ça c’est le travail des diététiciens et des nutritionnistes.

Moi je vais prendre la personne dans sa globalité, explorer son mode de vie, son état de santé, ses goûts et ses habitudes culinaires.
Le premier entretien dure environ 1h30, parfois plus.
Je me base sur l’histoire complète de la personne qui est en face de moi.
Certains vont avoir des caractéristiques émotionnelles fortes, pour d’autre ce sera plutôt au niveau santé, ou des contraintes lourdes au niveau de leur cadre de vie.
Et en fonction de tout ça nous allons mettre en place un objectif, pas du tout en terme de poids, ni de temps, mais par exemple : se débarrasser d’une fatigue chronique, ou d’une addiction forte au sucre, accompagner un traitement médical lourd et gommer les effets secondaires… Bien évidemment, je suis des personnes qui ont besoin de gagner ou de perdre du poids, mais l’objectif ne sera jamais posé en nombre de kilos.

Je vais mettre en place un programme avec des étapes, qui vont être différentes d’une personne à l’autre.
Souvent, mais pas systématiquement, nous commençons par des nettoyages des organes du système digestif (intestins, foie…).
Des propositions de rythme de vie, des soins corporels sont proposés.
Et puis bien évidemment des changements alimentaires qui se font toujours par étapes pour éviter les grosses ruptures et les sensations de privation, et aussi pour suivre pas à pas les réactions qui sont très différentes d’une personne à l’autre. Face à une même modification, chaque organisme aura sa façon de réagir, et nous enverra un message qu’il faut écouter. Et ensuite il faut adapter l’alimentation.
Et puis bien sûr je donne des recettes, trucs et astuces par écrit, dans le cadre d’ateliers et également dans un programme de vidéos. C’est une grosse partie, il faut toujours avoir le plaisir de manger.
Les fréquences des points de suivi varient, mais en principe nous démarrons avec un point ou deux mensuel avec des ateliers cuisine ou des vidéos.
Pour certaines personnes il s’agit de suivi journalier, et pour d’autres cela passe par l’envoi hebdomadaire de menus et des stages réguliers.
Et chose importante, je travaille avec un réseau de thérapeutes complémentaires que je conseille en fonction des problématiques de chacun.

yoga

Question : Dans vos stages vous consacrez aussi du temps à la méditation et au yoga. Quels types de yoga et de techniques de méditations proposez-vous ?

Pour ce qui est du yoga, un professeur intervient à chaque stage.
Pour l’instant je collabore avec deux professeurs : Stéphanie Billard qui est basée entre Paris et Marrakech et Olivia Marchant-Rey basée à Marrakech.
Toutes deux se sont formées à plusieurs types de yoga et ont suffisamment d’expérience pour s’adapter au public de nos stages.
Elles accompagnent donc réellement le travail qui est fait pendant les séjours et chaque phase du séjour.

Quant à la méditation, je suis l’enseignement du Zen, puisque c’est l’enseignement que je suis depuis maintenant une vingtaine d’année.
J’ai été ordonnée par le Maitre zen Roland Yuno Rech il y a déjà 16 ans.
La méditation apporte un vrai accompagnement pendant le déroulement des stages. Beaucoup de choses se déclenchent ou sont évacuées, grâce aux séances tant au niveau émotionnel que physique. Le lâcher prise de la méditation est un véritable catalyseur.

L’Atelier Cuisine Santé propose un accompagnement pas à pas avec un programme personnalisé, des recettes, des conseils, une écoute quotidienne ainsi que des soins facilement réalisables à la maison.
Voir aussi les séjours de cure de jus, de jeûne et de reprise en main en France et au Maroc.

Site web et Blog - Chaîne YouTube

alimentation


Suivez Meditationfrance.com sur facebook

facebook

Suivez meditationfrance sur twitter

twitter