meditationfrance


 


La sophrologie peut transformer nos épreuves
en occasions d'évolution positive

Anastasiya Akhadova

par Anastasiya Akhadova

Le stress, les angoisses et le sentiment d'insécurité se sont à tel point ancrés dans nos vies aujourd'hui, que nous ne nous rendons parfois pas compte de leur impact au quotidien. Plus de productivité et moins de moyens au travail, l'insécurité de l'emploi, les préoccupations parentales, familiales, affectives, les problèmes de santé... Les grands piliers de nos vies que sont l'emploi, la famille et la santé sont devenus chancelants dans ce monde qui s'accélère. Et lorsque l'un de ces piliers finit par lâcher, nous pouvons nous retrouver perdus, démunis, au bord du gouffre... Nous possédons pourtant toutes les ressources nécessaires pour traverser ces crises avec sérénité ! C'est ce que je transmets à mes clients lors mes séances de sophrologie en cabinet.

La sophrologie est une discipline psychocorporelle, créée en 1962 par le Dr. Alfonso Caycedo, dont les principaux outils de travail sont la respiration, les exercices de relaxation dynamique et les visualisations. Elle est basée sur le lien corps-esprit grâce auquel la détente du corps peut amener un état de disponibilité mentale, que nous appelons « niveau de conscience sophroliminal », entre veille et sommeil, propice à un travail plus en profondeur. C'est ainsi qu'un sophrologue, grâce à son terpnos logos (littéralement parole agréable en grec), peut aider son client à se défaire de ses phobies, de certaines addictions ou d'angoisses et à stimuler la confiance en soi, le bien-être et la sérénité.

L'une des particularités de la sophrologie est l'alliance qui unit le sophrologue et son client. Un lien de confiance est nécessaire au bon déroulement des séances. Bien que présent, le sophrologue n'est pas appelé à prendre entièrement en charge son client, son rôle est davantage celui de guide. C'est pourquoi, si l'on veut faire appel à cette pratique, il est important de garder à l'esprit qu'il faudra être prêt à faire preuve d'assiduité, à travailler sur soi. Au terme de l'accompagnement, on vise l'autonomie du client dans sa pratique de la sophrologie.

Pour ma part, j'ai choisi d'aider les personnes en état de stress extrême, de crise existentielle : maladie, licenciement, divorce, reconversion... Ce genre de crise profonde abordée de manière constructive, peut non seulement augmenter notre aptitude au calme et au bien-être, mais aussi constituer un véritable tremplin vers une vie plus épanouissante.

Les premières séances sont importantes, car elles permettent de fixer un axe de travail en fonction de l'objectif de mes clients. Souvent, avant d'aller plus loin, il est primordial de les aider à faire face à leurs tensions et émotions et à leur apprendre à les reconnaître et à les canaliser. La priorité est d'endiguer les conséquences physiques et émotionnelles du chamboulement qu'ils sont en train de vivre. Puis progressivement le calme s'installe et nous pouvons commencer à stimuler les ressources intérieures (la confiance en soi, le sens de l'identité, les points forts et les qualités...) qui permettent aux personnes de reprendre pied, de poser de nouveaux repères dans leur existence et d'envisager « l'après-crise ». Cultiver la pensée positive est primordial. Mon objectif n'est pas seulement de les aider à panser leurs plaies, mais également de les encourager à aller vers un renouveau, s'ils le décident.

Souvent, je conseille aux personnes qui me consultent de poursuivre les exercices chez eux entre deux séances en cabinet. Pour cela, certaines séances font l'objet d'un enregistrement audio, ce qui contribue à l'apprentissage et permet une progression régulière vers les objectifs fixés.

L'une des intentions de mes séances est d'aider les personnes à découvrir en eux-mêmes cet espace de calme et de ressourcement où ils se sentiraient en sécurité. C'est la base de toute la pratique, puisque c'est dans cet espace que se fait la connexion avec leur être intérieur qu'on peut aussi appeler intuition ou conscience supérieure. C'est le lieu où réside le sage en nous, et où nous sommes davantage conscients des enjeux de notre existence et des moyens à mettre en œuvre dans telle ou telle situation. C'est depuis ce lieu que chacun et chacune pourra puiser les ressources nécessaires au bon déroulement de leur chemin de vie. Il s'agit d'arrêter de courir après les avis et les conseils de l'entourage et apprendre à se faire confiance et à puiser dans sa propre réserve de sagesse.

J'ai rencontré Marie à un moment où toute sa vie semblait dérailler. Elle venait de se voir refuser le visa à l'étranger pour lequel elle a bataillé pendant des semaines. Elle était donc contrainte de rentrer en France, trouver un logement et un nouveau travail. Et pour couronner le tout, son couple venait de voler en éclats. Ce dernier événement l'a particulièrement affectée et elle a décidé de faire appel à la sophrologie pour faire face aux émotions difficiles due à la séparation. Je l'ai trouvée particulièrement motivée et prête à se prendre en main. Après cinq séances, l'insomnie qui perturbait ses nuits a laissé place à un sommeil plus réparateur. Elle a reconnu que les pensées négatives qui jusque-là tournaient en boucle dans sa tête se sont faites de plus en plus rares, et qu'elle s'est même surprise à penser à son ex-compagnon sans nostalgie et avec sourire. Elle avait de nouveau envie de prendre soin d'elle en allant faire du shopping ou chez le coiffeur. Puis de nouveaux projets professionnels passionnants ont vu le jour et elle a pu employer son énergie dans ce sens. Lorsque j'ai eu de ses nouvelles deux mois plus tard, elle m'a confié avoir un soupirant, et même si elle comptait partir à l'étranger, ce qui mettrait fin à cette relation, elle avait le plaisir de constater que sa vie affective reprenait.

Les principaux outils de la sophrologie :

respiration

La respiration est le fondement de tout exercice de sophrologie. Une respiration correcte amène la détente physique et mentale, donc aide à réguler le stress et facilite l'accès à son monde intérieur. Elle approfondit notre niveau de conscience et nous aide à nous mettre à l'écoute de notre corps et de nos émotions.

mouvement

Le mouvement est surtout pratiqué en relaxation dynamique. Combiné à la respiration, il permet de vivre son corps de l'intérieur, reconnaître les sensations témoins du stress ou de la détente, et à évacuer les tensions stockées dans les muscles et les articulations. Il nous aide à prendre conscience de notre corporalité, de notre condition d'être humain et de la vie qui nous anime.

visualisation

La visualisation est une façon de se servir de son imagination pour se projeter dans diverses situations positives. Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est vécu et ce qui est imaginé, il va donc réagir à un exercice de visualisation de la même façon qu'en situation réelle. Cette particularité nous permet d'utiliser l'imagination pour créer des mises en situation capables de révéler nos ressources. Par exemple, une personne qui se prépare à passer un examen, se verra d'abord en situation de révision et puis le jour même de l'examen, prenant conscience du calme et de la confiance qui l'habitent et de sa grande capacité de mémoire.

Combinés ensemble, ces outils me permettent d'offrir à mes clients un accompagnement global qui prend en compte autant le corps que l'esprit, et qui s'adapte à chaque personne.

Pour plus d'informations, vous pouvez visiter mon site : www.mapausesophro.com


Suivez meditationfrance sur twitter

Suivez Meditationfrance.com sur facebook