meditationfrance


 


Chamanisme 2.0

Arnaud RIOU

Réveillez le chaman qui est en vous
Entretien avec Arnaud RIOU

On l'appelle le néo chamanisme, le chamanisme blanc ou chamanisme contemporain. Il accompagne les parcours de développement personnel, soutient les thérapies et les médecines alternatives. Il flirte avec les coachs et s'immisce parfois même en entreprise.

En quoi consiste le chamanisme ? D'où vient-il, en quoi peut-il nous être utile ? Comment le pratiquer ? Qui sont réellement les chamans ? Pour tenter d'y voir clair, nous avons rencontré Arnaud RIOU, auteur du livre Réveillez le chaman qui est en vous.

Question : Quelle est la source du chamanisme ?

Arnaud RIOU : Etymologiquement, chaman vient du Toungouse, une langue de Sibérie. Ce terme définit celui qui détient la connaissance. Dans d'autres interprétations, il désigne celui qui bat du tambour ou qui soigne les malades. Le mot chaman a été identifié la première fois en Europe au XVIIème siècle, à l'époque où les chamans avaient un rôle important dans la communauté. Les chamans sont généralement des ascètes. Dans certains dialectes, l'étymologie du chaman vient de la danse. Le chaman est celui qui imite le pas de l'animal ; essentiellement le mouvement du cerf.

Cependant, ils existaient bien avant cette époque… Pour retrouver la trace des premiers chamans, il faudrait remonter jusqu'au paléolithique. Nos ancêtres, les premiers hommes ont laissé, dans les grottes, des images chamaniques. Par leurs peintures, les hommes préhistoriques ne faisaient pas que décorer les murs. Ils rendaient hommage au peuple animal. Ils exorcisaient leurs démons en descendant dans les entrailles de la terre pour y ritualiser des représentations inconscientes et dialoguer avec les mondes d'en bas.

Le chamanisme est né partout à la fois. C'est pourquoi il existe d'étonnantes similitudes entre les différentes formes de chamanisme qui se sont développées de par le monde. Les pratiques des indiens du Mexique ressemblent à celles des peuples de Sibérie. Celles des chamans amérindiens s'apparentent à celles de nos ancêtres celtes. A travers les époques ; des chamans distants de plusieurs milliers de kilomètres pratiquent les mêmes cérémonie depuis près de 50 000 ans.

A travers les cinq continents, les chamans modifient leur vision au moyen du voyage astral, de la méditation, de la transe, du jeûne, des huttes de sudation. Les chamans du monde entier collaborent avec les animaux totem. Ils s'appuient sur le son du tambour et du hochet. Ils utilisent la plume d'aigle, d'oie ou de vautour pour diffuser la fumée de la sauge qu'ils allument dans une coquille d'ormeau. Chacun célèbre les rituels de feu, purifie avec l'eau, sollicite le vent.

Comment le chamanisme est-il passé en quelques décennies d'une pratique réservée à quelques initiés dans des pays reculés, à une discipline accessible à tous ?

A mes yeux, le chamanisme connaît aujourd'hui le même sort qu'ont connu l'essentiel des sagesses venues d'Orient ; le bouddhisme, le tantrisme, ou même le Zen, dans ces dernières décennies. Nous sommes à une période de l'histoire où la sagesse des peuples du monde entier devient accessible, elle dépasse les frontières. Tout le monde peut être initié aujourd'hui au bouddhisme tibétain alors que le pays des neiges était fermé aux étrangers il y a seulement quelques décennies. Beaucoup sont aujourd'hui les occidentaux qui sont initiés par des chamans authentiques. Paradoxalement, les traditions authentiques de chamanisme sont dans leurs terres en voie de disparition comme disparaissent grand nombre de peuples premiers forcés à la sédentarisation, ou à la modernité. En Mongolie, par exemple, les familles nomades se rapprochent de plus en plus des villes en délaissant les modes de vie traditionnels ; il en est de même en Amérique du Sud, où les peuples premiers sont défaits de leur terre ; comme il en a été ainsi avec les Amérindiens. La tradition chamanique ne peut perdurer dans ce contexte.

Dans le même temps, en Occident, la science, la spiritualité, la médecine se rencontrent et s'entremêlent ; les populations s'intéressent à l'inexploré. Les frontières deviennent plus poreuses. Karl Gustav Jung déjà en son temps utilisait les mandalas, les rêves éveillés, il s'appuyait sur l'inconscient collectif ; les animaux totems autant de notions proches du chamanisme.

De même, des techniques comme l'hypnose, l'EMDR, TIPI, s'inspirent parfois d'états modifiés de conscience proches de ceux qu'utilisent les chamans.

Aujourd'hui, je crois que les esprits bougent, deviennent plus curieux. Il y a quinze ans, je prenais beaucoup de précautions pour parler de méditation dans les stages que j'animais en entreprise. Aujourd'hui, des multinationales comme Google, des cabinets d'avocat forment leur managers à la méditation, à la pleine conscience ; cela est rentré dans les mœurs. Je crois qu'il en sera de même pour le chamanisme dans quelques années. Cette pratique a besoin d'être revisitée, parfois dépoussiérée et mieux comprise aujourd'hui.

En quoi consiste concrètement le chamanisme ?

D'une façon générale, le chamanisme est une façon de vivre en harmonie avec toutes les dimensions de l'univers et tous les règnes qui le peuplent. Les êtres humains, les animaux, les végétaux, mais aussi, les cours d'eau, les montagnes, et les différents esprits qui vivent autour de nous.

Pour le chaman, nous ne sommes pas coupés de la nature ; nous sommes tous reliés les uns aux autres. Si nous polluons une rivière, nous contrarions les esprits de cette rivière. ; si ceux-ci sont contrariés, ils créeront une perturbation à leur tour.

Les chamans interviennent autant dans les domaines de la divination, de la communication avec les esprits des défunts, des animaux ou des montagnes. Ils interviennent dans la guérison. Leur connaissance notamment des plantes est très pointue. En Mongolie par exemple, on faisait appel aux chamans pour soigner les blessés pendant les combats avec les chinois. Les chamans devaient être capables de soigner les cas les plus graves en 72 heures ; sans quoi, ils étaient condamnés à mort ! C'est pourquoi ils devaient être très efficaces !

Quel avenir pour le chamanisme ?

C'est une question mystérieuse à laquelle je me garderais de porter une réponse catégorique. Le monde est en pleine mutation. Notre société matérialiste connaît aujourd'hui ses limites et a besoin de retrouver sa source. C'est en se reliant à la sagesse des peuples premiers, et notamment du chamanisme qu'elle retrouvera son contact avec la terre, avec les cours d'eau, avec l'infinie complexité de l'espace. En aurons-nous la sagesse ? Nous écrivons chaque jour notre histoire…

Comment sera transmis le chamanisme à l'avenir ?

C'est une véritable question dont la réponse est très sensible ! Dans la tradition, les chamans sont désignés par les anciens ou choisis par le village. Ils reçoivent une initiation très dure pendant des années avant d'être initiés. Aujourd'hui, chacun peut acheter son tambour dans un salon de bien être, faire un stage et se dire chaman… Je crois qu'entre ces deux extrêmes, la transmission authentique perdurera comme perdurent aujourd'hui le bouddhisme qui s'occidentalise, le Feng Shui, qui n'est plus réservé aux empereurs, ou le yoga qui est pratiqué par un français sur dix…

Vous considérez-vous vous-même comme chaman ?

J'ai fréquenté longtemps et j'ai étudié avec d'authentiques chamans. Je les ai vu à l'œuvre et j'ai vu leur entraînement. Certains sont capables de se passer totalement de nourriture. D'autres ont acquis des techniques de soins d'une grande efficacité. Ils ont pour cela vécu dans la forêt et ont développé une sensibilité souvent aussi fine que beaucoup d'animaux. En ce sens, non, je ne me considère pas comme chaman. En revanche, je marche sur les pas du chaman, avec humilité je réveille l'énergie du chaman qui est en moi ; et qui est en chacun de nous.

Quelles qualités pour réveiller le chaman qui est en soi ?

S'ouvrir à l'inexploré, être curieux, ne pas chercher à trop raisonner, mais laisser la vie résonner en nous ; percevoir le monde par nos autres sens que ceux de l'intellect ; ouvrir son cœur, développer son intuition, sortir du connu pour faire l'expérience du vivant…

Témoignage recueilli par Fanny Noyelle


Suivez Meditationfrance.com sur facebook

facebook

Suivez meditationfrance sur twitter

twitter