meditationfrance


 


Libérez-vous de l'anxiété et d'autres formes de souffrances en cultivant la présence.

P HASTIR

Par Pascal Hastir

Quel est l'origine de votre intérêt pour l'anxiété et la souffrance humaine ?

J'ai été confronté au stress et à l'anxiété depuis ma plus tendre enfance, j'ai ressenti très tôt la tension quai permanente qui habitait mon père. Cette tension se rependait dans toute la famille comme un virus et souvent s'en suivait des cris et des paroles regrettables. J'ai assisté impuissant à la mort lente et douloureuse de mon père rongé de l'intérieur par son stress et son anxiété qui lui pourrissaient la tête et le corps tel un véritable cancer. Je n'ai cessé de chercher une façon de l'aider à s'en sortir en lui achetant des livres qu'il ne lisait pas et en lui donnant des conseils qu'il ne pouvait entendre. Il n'a jamais accepté de se faire aider par un professionnel car il redoutait trop de voir ou de toucher à ce qui bouillait en lui. Les seules "aides" qu'il accepta et qui sont resté sa béquille jusqu'à sa mort furent des anxiolytiques et des antidépresseurs qui lui ont permis de survivre sans jamais se soigner réellement. Je pense que les anxiolytiques et antidépresseurs sont utiles pour commencer un traitement mais qu'ils ne peuvent en aucun cas être utilisés comme un traitement car ils ne traitent pas le problème de fond. Ayant été moi-même confronté à ce mal-être j'ai cherché à comprendre quel en était la cause profonde et comment m'en guérir.

Quel est votre expérience de l'anxiété et de la souffrance ?

Avant que je comprenne que mon père était sous l'emprise de ses blessures et de son insécurité, j'ai souvent pris personnellement ses attaques et cela a contribué à construire en moi la source de ma propre anxiété. Ainsi la souffrance se transmet telle une maladie, Eckhart Tolle appelle cela le transfert intergénérationnel du corps de souffrance. Le stress, l'anxiété et les autres formes de souffrances ne se transmettent pas seulement de génération en génération, elles se transmettent dans toutes les formes de relations et souvent à notre insu car lorsque nous sommes persuadés que la cause de nos tensions sont à l'extérieur de nous, nous nourrissons inconsciemment notre propre souffrance en étant en position de victime dans les situations que nous vivons et dans nos relations. J'ai donc pendant des années blâmé mon père pour ses comportements, me coupant moi-même de ce qui vivait en moi et je constatais avec désarroi que je reproduisais ce que je lui reprochais. Plus je voyais mon père comme la cause de mes difficultés, plus la souffrance grandissait et plus j'étais impuissant face à elle.

Quel est votre chemin de libération ?

Mon expérience de libération des souffrances c'est produite lorsque j'ai commencé à les reconnaitre et à les accueillir en toute conscience, par une mise en lumière qui finalement me permit de les transcender. Ceci ne se produit pas souvent en un atelier ou en lisant un livre, c'est un travail de fond. Nos souffrances ont tant de facettes qu'il est rare d'en prendre conscience et de s'en libérer définitivement en une fois comme ce fut le cas pour Eckhart Tolle. Reconnaître mon opposition à mes souffrances et prendre conscience de cette dualité par la pratique de la présence ou de la pleine conscience me permet de les aborder avec une autre perspective et de commencer à les accueillir et à les transcender une à une dans le seul vrai atelier qu'est la vie. Dans l'atelier pratique ''La présence en relation : Les relations des révélateurs puissants '' nous voyons comment les défis du quotidien et les relations révèlent et mettent en évidence des parties de nous qui ne sont pas encore conscientisées ou mises en lumière et auxquelles nous nous étions inconsciemment identifié.

Accepter la souffrance n'est pas évident pour tout le monde…

Je comprends et je respecte les gens pour qui l'acceptation et l'accueil de leurs souffrances paraît tout simplement insupportable voir impossible. J'ai aussi pendant la plus grande partie de ma vie essayé de me couper de mes souffrances par tous les moyens possibles mais sans réel succès. J'étais loin d'imaginer que ce serait en les embrassant entièrement qu'elles se dissiperaient.
Ceci ne m'a été accessible que lorsque j'ai cessé d'avoir peur de mes souffrances en en faisant une expérience consciente dans un cadre sécuritaire et accompagné par des gens qui eux-mêmes, avant moi, avaient fait cette audacieuse expérience de les accueillir pour les transcender. Avant cela, si quelqu'un m'avait invité à accepter ou accueillir mes souffrances, je l'aurais probablement traité de fou en lui rétorquant que je ne suis pas masochiste !
Il ne s'agit en aucun cas de faire l'éloge de la souffrance, le but de ce travail n'est effectivement pas de s'y complaire, mais de la reconnaître pour ce qu'elle est, en cessant de s'y identifier pour lui permettre de se libérer.
C'est en lisant le chapitre à propos du corps de souffrance dans le livre ''Le pouvoir du moment présent'' que j'ai enfin pu faire la part des choses, la souffrance de mon père vivait en lui et la mienne en moi.
La libération de la souffrance passe par la reconnaissance de ce qui souffre en nous, cette reconnaissance révèle un espace de conscience qui permet de l'accueillir.
Nier la souffrance et se couper de cette partie essentielle de notre expérience de vie en voulant s'en débarrasser est vain, et de plus, si cela était possible ce serait passer à coté de ce qui nous permet d'élargir notre conscience et donc de nous éveiller et d'évoluer. Au contraire, la reconnaître entièrement et être en lien avec elle, m'a permis de la transcender et de devenir plus conscient donc plus libre.
Eckhart Tolle écrit à ce propos, ''le feu de la souffrance est la lumière de la conscience''. C'est en vivant entièrement ma souffrance dans le moment présent (le seul endroit ou je peux vraiment la rencontrer) et de façon consciente qu'elle se révèle, se démystifie et se dissout enfin.
Une fois vécue pleinement, elle n'est plus alimentée par des schémas inconscients (cela peut prendre un certain temps, ce n'est pas forcement instantané).
Il n'y a donc pas dans cette pratique une volonté d'évitement ou de négation, bien au contraire, mais un accueil complet et inconditionnel de ce qui est vécu …
La souffrance se vit le temps qu'il faut, dans certains cas cela a pris plusieurs semaines pour véritablement transcender une souffrance puisqu'il fallait d'abord que j'accepte de la vivre pleinement. Dans d'autres cas cette alchimie de guérison se produisit plus rapidement. Dans les deux cas j'ai constaté que ce qui avant conditionnait ma vie n'en avait plus le pouvoir, j'en étais entièrement libéré.
Auparavant la souffrance ne pouvait pas être transcendée car j'essayais de l'éviter, de la nier, de ne pas la ressentir, et donc je la perpétuais inconsciemment en lui refusant l'attention bienveillante qu'elle réclamait (c'est une image). Il m'est arrivé aussi de prétendre que je l'accueillais mais avec l'intention de la faire disparaître, il va s'en dire qu'il ne s'agit pas dans ce cas d'un accueil complet et inconditionnel et donc cela ne permet évidement pas une réelle libération.

La libération passe-t-elle nécessairement par un chemin d'ouverture au ressenti et à l'intériorité?

En effet, c'est en portant mon attention à l'intérieur de moi que je fis pour la première fois l'expérience de l'auto-empathie, j'accueillais ma souffrance plutôt que de m'identifier à elle en blâmant les circonstances ou les autres.
Après avoir passé des années à chercher par tous les moyens d'éviter ou d'enterrer cette souffrance, je trouvais enfin la paix en la reconnaissant entièrement, en lui permettant de vivre en moi, de s'exprimer et faire son propre chemin de guérison.
En d'autres mots, je laissais aller ce que j'avais retenu depuis des années et je connus dès lors un allègement constant qui a complètement transformé mon expérience de la vie.
Désormais le stress, l'anxiété et les autres formes de souffrances étaient devenus des alliés plutôt que des ennemis, des révélateurs de parties de moi qui étaient restées dans l'ombre ou des élans de vie que je n'écoutais pas.

Certes l'expression de ces souffrances et les manifestations physiques qui les accompagnent ne sont pas toujours plaisantes, et au début ce n'est pas évident de les accueillir. Le premier réflexe est le plus souvent de les repousser ou de se couper de ce qu'on ressent. Je l'ai fais pendant des années et force est de constater qu'au lieu de disparaître, ces souffrances reviennent régulièrement et souvent de plus en plus fort.
De plus tout ce que nous refusons de voir et reconnaître en nous a le pouvoir de décider à notre place. Nous nous demandons ensuite ce qui nous a pris, mais ce qui nous a pris est en fait ces souffrances ignorées et accumulées qu'Eckhart Tolle appelle le corps de souffrance.

Thomas d'Ansembourg parle dans sont livre ''Cessez d'être gentil, soyez vrai'' de la théorie de la marmite à pression, à force de mettre le couvercle sur nos émotions et sentiments, on fait monter la pression à l'intérieur et le couvercle menace de sauter à chaque. Au contraire, lorsque nous nous habituons à ouvrir le couvercle pour accueillir et laisser sortir un peu de pression, notre expérience de vie est globalement allégée et transformée. C'est en goutant à la joie de la libération que la confiance grandit et que ce chemin d'ouverture au ressenti se construit.

Pour résumer, mon travail s'adresse à celles et ceux qui souffrent et qui sont démunis face à leurs souffrances et sont souvent submergés par elles.
J'ai le plus grand respect pour eux car mon père est mort dans cet état sans que je n'aie pu rien y faire et j'ai été de ceux-là la plus grande partie de ma vie.
Je propose ce travail avec amour et empathie pour les humains que nous sommes, je souhaite partager une expérience humaine vécue qui peut résonner éventuellement pour d'autres.
Je suis très touché lorsque je revois des participants aux ateliers ou à des séances d'accompagnement individuel qui me témoignent des changements profonds et durables qu'ils connaissent en pratiquant la présence dans leur vie.

Qu'est-ce qui peut selon vous aider à se libérer de l'anxiété et d'autres souffrances ?

La pratique de la présence au quotidien permet de prendre conscience d'un espace de paix à l'intérieur duquel il est possible d'accueillir et de transcender nos souffrances. Nous devons développer notre habilité à être présent et ouvert à tout ce que la vie met sur notre chemin afin que notre état intérieur ne dépende plus des circonstances extérieures. C'est plus difficile d'être présent lorsque nous faisons face à de grands défis, ainsi la présence est une aptitude qui se développe par la pratique et comme pour toute nouvelle discipline, il vaut mieux choisir un contexte favorable pour s'y exercer. Par exemple, on ne commence pas à pratiquer le ski sur une piste noire mais plutôt une piste verte ou bleue et ensuite en développant une aisance, on peut l'utiliser pour faire face progressivement aux contextes plus difficiles. Ainsi dans l'atelier pratique ''La présence au quotidien'' je propose des pratiques simples et concrètes qui peuvent être expérimentées et ensuite utilisées en toutes circonstances afin de faire de la présence une nouvelle façon de vivre. Il ne s'agit pas de pratiques contraignantes qui demandent du temps mais plutôt d'une autre façon d'être et de faire ce que l'on fait déjà en y mettant plus d'attention et donc, en élargissant le champ de notre présence à ce qui se passe non seulement à l'extérieur de nous mais aussi à ce qui se passe à l'intérieur du corps et ce, dans le même instant présent.

Il s'agit donc d'un processus de libération qui passe par la présence au ressenti ?

En effet cette aptitude à vivre en lien avec ce qui se passe dans le corps nous permet de comprendre de façon plus intuitive les enjeux réels des défis que nous rencontrons au quotidien et de retrouver notre pouvoir d'agir au lieu de réagir. En d'autres mots, nous pouvons agir plus consciemment et tendre vers une action juste et appropriée en lien avec nos besoins et nos aspirations au lieu de réagir de façon contre productive et inconsciente.
Ne vous êtes-vous pas déjà rendu compte que votre façon d'être vous apportait parfois le résultat contraire de celui escompté ?
L'apôtre Paul disait '' Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.'' . En faisant ce constat moi-même j'ai cherché à comprendre ce qui semblait agir en moi à ma place et à mon insu. J'ai découvert que lorsque je ne suis pas présent à mes pensées et à mes conditionnements, ils prennent les commandes.
En mettant mon attention sur mon ressenti, je peux alors voir clairement ce jeux et choisir consciemment les actions en cohérence avec mes besoins, mes intentions et mes élans de vie. Je suis en lien avec ce que la vie attend de moi et y répond sans être détourné et parasité par le mental. Mon mental est alors au service de la conscience plutôt que le contraire. La relation à l'existence est plus directe et intuitive au-delà des interprétations et programmations inconscientes. Avec cette attention dans la présence, les impostures sont révélées et la vérité s'impose d'elle-même.
De la même façon nos souffrances sont misent en lumière et reconnues pour ce qu'elles sont, c'est-à-dire une interprétation personnelle d'une situation, un point de vue qui manque de recul et qui est aveuglé par son identification au soi-disant problème.
Le mental à fait d'un évènement SON problème et c'est bien ce rapport à MOI (ego) qui est la cause de la souffrance. Soumis à la lumière de la présence, ces schémas de l'égo et du corps de souffrance se déconstruisent et se dissolvent d'eux-mêmes ne laissant que la présence consciente en harmonie avec ''ce qui est''.

Concrètement, une séance commence par une pratique de pleine conscience suivi d'une observation neutre des impressions et ressentis corporels en lien avec ce qui semble être un problème à résoudre, une peur à dépasser, un mal-être dont nous pensons connaître l'origine ou non ou un choix important à faire dans notre vie.
Notre façon habituelle d'aborder une difficulté nous incite à générer des tas de pensées et d'hypothèses dans l'espoir de trouver une solution, une idée qui va nous aider à en sortir. Au fil de notre réflexion, les pensée se bousculent, se recoupent les unes les autres et rentrent souvent en contradictions. Alors que nous pensons approcher du dénouement, un doute s'installe et une autre pensée semble être plus appropriée, elle-même est remplacée par une autre et parfois 3 ou 4 pensées tournent en rond ainsi pendant des heures. Soudain par chance ou grâce à un léger relâchement du mental causé par la lassitude nous venons de toucher une pensée qui résonne en nous et là enfin nous ressentons physiquement une impression de soulagement, d'apaisement.
C'est donc notre ressenti qui nous indique la justesse de nos pensées, Eckhart Tolle dit ''si il semble y avoir un conflit entre le mental et le corps, la mental mentira alors que le corps dira la vérité''. Le processus d'accompagnement par la présence part des sensations et des impressions corporelles qui se traduisent ensuite en pensées, ce chemin est beaucoup plus direct et évite tous les méandres du mental. C'est une démarche plus intuitive qu'intellectuelle et c'est pour cela qu'elle me convient car elle me protège des ''embrouilles'' de mon mental très productif.

Quels sont selon vous les bénéfices retirés d'une telle démarche ?

Ils sont nombreux mais je pourrais dire en autre qu'elle nous permet d'être plus conscient de notre réalité, de faire la différence entre la réalité et nos perceptions conditionnées, d'être plus ancré dans notre corps et moins dans notre mental, d'être plus en lien avec qui nous sommes vraiment et nos intuitions, d'être en relation plus harmonieuse avec ceux qui nous entourent (conjoint, enfants, amis, patron, collègues de travail, etc.), de nous sentir vivant, heureux et libre, d'être plus créatif (dans nos relations, notre travail, notre expression), de vivre la plénitude de la vie que nous avons choisie, d'être surpris de découvrir tout ce que nous sommes capable d'accomplir que nous pensions jusque là impossible, de jouir d'un bien-être, d'une plénitude et d'une paix intérieure sans aucune raison extérieure.


Suivez Meditationfrance.com sur facebook