meditationfrance


La voie du mouvement

WUTAO ASSIS

WUTAO ASSIS

« L’assise va réveiller des sensations
que nous avions oubliées. »

propos recueillis par Sandrine Toutard, enseignante de Wutao

La pratique assise en Wutao* est essentielle. Les créateurs de la discipline nous expliquent pourquoi...

La pratique assise fait partie de l’élaboration pédagogique globale du Wutao, et correspond à une étape spécifique du parcours de leurs fondateurs. Pour vous, Génération Tao a posé quelques questions à Pol Charoy et Imanou Risselard...

GTao : Le Wutao peut s’étudier et se pratiquer debout, au sol, ou bien encore assis : comment expliquez-vous cette recherche de supports multiples ?

Imanou Risselard : Il existe à la source du Wutao l’envie d’explorer toutes nos possibilités. Or, une fois que nous avons exploré toute une série de mouvements dans la station debout, nous avons naturellement cherché à explorer la station allongée, puis assise. En regardant comment nous passions de l’une à l’autre, c’est-à-dire, en étudiant les transitions.

Pol Charoy : Dans cette « involution régressive », nous avons refait le processus d’apprentissage de tout être humain. Nous naissons allongés. Puis le bébé essaie de se déplacer, mais il recule puisqu’il n’a pas les appuis des pieds pour se propulser en avant. Puis il peut commencer à se déplacer, en rampant, puis à quatre pattes, avant de se redresser et d’explorer la position verticale. Dans l’élaboration du Wutao, nous avons parcouru le chemin inverse : nous sommes partis de la station debout, en travaillant des postures étirées et enracinées, pour lesquelles nous parlons d’assise. Et nous avons réellement posé cette assise sur un tabouret, pour isoler les jambes, et travailler uniquement la colonne vertébrale.

GTao : Comment cette idée vous est-elle venue ?

P. C. : Ce fut une révélation, après avoir travaillé auprès d’handicapés moteur. Nous avons pu constater qu’il existait trois repères de stabilité : au sol, assis, debout, pour construire les transitions d’une station à une autre.

I. R. : L’assise permet de sentir un réel enracinement. Nous pouvons en effet à partir du Dan Tian trouver une mobilité qui soit en adéquation avec la justesse des appuis. Le coccyx-sacrum se relâche et ne peut plus basculer comme à son habitude. Le poids du plancher pelvien nous « révèle » son existence.

P. C. : La première verticalité de l’humain, c’est l’assise. C’est-à-dire que le bébé quand il commence à se redresser, se redresse assis sur ses fesses. Et c’est ce qui lui permet de sentir sa verticalité, le poids et les mouvements de son bassin. Il fait l’expérience qu’en allant trop loin dans certains mouvements, il perd l’équilibre. Et c’est une étape d’apprentissage nécessaire à son équilibre et à sa construction.

I. R. : Ce travail de l’assise va réveiller des sensations que nous avions oubliées. Ces premiers moments où l’enfant commence à construire son schéma nerveux. Nous faisons appel à cette mémoire de ressentis, de reconnexions, de l’enfant jusqu'à l’adulte, pour que l’adulte retrouve et réactualise ces sensations dans son propre corps, aujourd’hui.

GTao : Avez-vous rencontré des personnes qui ont manqué de cette exploration assise ?

P. C. : Bien sûr ! Par exemple, dans la pratique, toutes les personnes qui n’arrivent pas à se poser dans leurs postures.

I. R. : Ce manque d’assise est révélateur.

P. C. : Nous avons eu l’intuition que la pratique assise permettait de refaire le processus de développement neurologique de l’embryogenèse. Nous revisitons, dans le Wutao assis, le développement du système nerveux avec les nouvelles données de la pesanteur et de l’équilibre. Et nous restaurons des circuits nerveux.

I. R. : C’est pour cette raison que certaines personnes éprouvent des émotions pendant la pratique. Elles surgissent d’une mémoire primordiale, et sont attachées à ce moment précis du développement. Cela peut-être un soulagement et un bien-être parce qu’enfin les personnes réalisent quelque chose qui est là, qu’elles recherchaient, mais sans vraiment le savoir.

* Le Wutao est une discipline contemporaine, née du métissage entre les bio-énergétiques taoïste et reichienne, les arts martiaux et le Yoga. Ses principes sont notamment fondés sur l’ondulation de la colonne vertébrale et l’alchimie du souffle.

UN PEU DE PRATIQUE avec Sandrine Toutard...

La force du Dan Tian

Ma première rencontre marquante avec le Wutao fut la pratique assise. Plus particulièrement un mouvement que nous effectuions sur un large banc sans dossier, où, assis en quinconce, nous basculions en arrière, au bord du déséquilibre. Le mouvement de retour vers l’avant se déclenchait uniquement par le poids du Dan Tian et l’appui du plancher pelvien sur le banc. Cette sensation obligeait la colonne vertébrale à se déployer en une onde Yin-Yang. Nous ne devions pas nous servir de nos jambes pour stabiliser notre équilibre. Ce poids, ce sentiment d’avoir un centre et une base solides, cette émotion de pouvoir ouvrir des espaces du corps, cette prise de conscience de ma colonne vertébrale, tout cela ne m’a jamais quittée pendant ces dix années de pratique et lors de mon enseignement. Je pouvais enfin prendre appui sur cette zone obscure qu’était pour moi le plancher pelvien, et j’avais la révélation de pouvoir faire « pousser » de nouveaux appuis, de nouvelles jambes, plus fortes et plus conscientes.

1. En appui sur les ischions, penchez-vous vers l’arrière, au bord du déséquilibre. 2. Revenez vers l’avant, en accentuant le poids sur le dérouler du plancher pelvien. 3. Laissez se déployer l’ondulation de la colonne Yin jusqu’à la tête.
4. Revenez en position assise vers l’avant, presque en déséquilibre. 5. Relâchez le poids du coccyx en arc Yang, jusqu’à la tête. 6. Revenez en position assise, et répétez le mouvement !

LEGENDES PHOTOS (de Frédéric Villbrandt)


PORTRAITS

Pol Charoy et Imanou Risselard Pol Charoy et Imanou Risselard animent les « Ateliers de l’Eveil » avant de fonder ensemble le magazine Génération Tao en 1996. Riches de leurs expériences dans l’art du mouvement, ils créent en 2000 la discipline du Wutao. Ils ont aujourd’hui élaboré toute une gamme d’outils initiatiques pour « éveiller l’âme du corps » qu’ils ont regroupés sous le terme de Trans-analyse. Ils sont également à l’origine de la création du Centre Contemporain d’Arts Corporels Génération Tao.

Sandrine Toutard Archéologue de formation, Sandrine Toutard rencontre Pol Charoy et Imanou en 1998 avec qui elle se forme au Wutao et à la Trans-analyse®. Membre de la rédaction, elle est également co-fondatrice de l’Université des savoirs en sexualité. Elle est aussi aujourd’hui instructrice de Wutao, et spécialisée dans le Wutao assis.

POUR EN SAVOIR PLUS
Retrouvez toutes les infos concernant les stages et les cours de Wutao sur www.generation-tao.com & www.wutao.fr


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour