meditationfrance


Interview de Liao Yi Lin :
Aimer d’un amour plus spirituel !

Liao Yi Lin enseigne sous forme de stages le Qi Gong et la méditation Ch’an (zen). Elle vient de publier « L’art d’aimer à la chinoise », un livre qui parle d’amour à travers les fondements de l’alchimie taoïste sexuelle. Également réalisatrice, scénariste et productrice, elle se dit « être un pont entre l'Orient et l'Occident » pour diffuser la sagesse orientale.

Liao Yi Lin

1- Pourquoi, selon vous, « les Hommes et les Femmes en Occident ont du mal à s’aimer » ?

Ici, l’homme moderne est beaucoup dans le mental ou dans le biologique, plus beaucoup dans le cœur. La femme a surtout besoin d’amour avant la sexualité, c’est ce décalage qui les sépare. En Occident, la séparation est très fréquente car il y aussi un problème d’individualisme. Si chacun a un ego immense, ils ne peuvent se rencontrer. Il faut laisser tomber le mental, retrouver la sensation, le sentiment. L’Homme moderne a perdu sa spontanéité, son élan naturel à la joie. La civilisation a développé le matérialisme au prix de perdre l’amour, la nature. Dans les tribus primitives que j’ai visité en Chine ou en Amazonie, les activités principales sont le chant, le danse, l’amour. L’homme moderne doit retrouver le sens de la fête et un amour plus spirituel, plus profond.

2- Vous proposez des stages de Qi Gong pour apprendre à aimer mieux…

J’ai initié une série intitulée « parfum de femme » pour redonner à la femme sa grâce et sa féminité qu’elle a souvent égarée à travers son rôle et ses responsabilités accrues dans la société.Ces mouvements travaillent la fluidité, la beauté et permettent d’incarner la sagesse féminine et les qualités de générosité et d’indulgence. Quant aux hommes, ils ont parfois perdu leurs qualités masculines comme celle d’être solide comme une montagne, audacieux, généreux. Souvent, ils ont peur de la femme, des responsabilités du rôle de père alors que c’est un honneur d’avoir une femme à ses côtés et d’éduquer ses enfants. Le Qi-gong de l’homme l’aide à retrouver cette énergie dynamique, rassurante et à incarner son yang.

3- En quoi Yoga et Qi Gong se ressemblent-ils ?

J’aime beaucoup Osho. C’est pour moi un grand maître qui a été très mal compris et condamné. Il est temps de reconnaître son influence dans de nombreux mouvements spirituels. C’est un vrai spécialiste du Tantra et a beaucoup parlé de yoga et d’autres disciplines spirituelles d’une manière brillante. En le lisant, je me suis aperçue que le prana était la même chose que le Qi, énergie vitale et que le Yoga, comme le Qi Gong, fait le lien entre notre propre corps et le corps cosmique. Les Hindous parlent des sept chakras, les chinois parlent des trois Dan Tien, mais il s’agit de la même idée de divisions du mental pour comprendre l’énergie humaine. Toutes ces sagesses ont le même but, « on pointe sur la même lune ».Dans la pratique du Yoga comme du Qi Gong, il s’agit de développer la souplesse du corps, inspirer un bon air et expirer en chassant l’énergie négative. Certains mouvements de yoga sont très proches de ceux en Qi Gong et ont pour même but de faire circuler tout ce qui stagne afin de nous retrouver nous-même et être en accord avec le cosmos. Historiquement, lorsque les maîtres de yoga sont arrivés en Chine ancienne, Hindous et Chinois ont pu s’enrichir mutuellement en savoir et s’influencer.

4- Et sur le plan de la sexualité, quels liens existent t-ils entre Taoïsme et Tantra?

Il y a de nombreuses ressemblances puisque tous deux nous invitent à accepter et transcender la polarité. On donne de la place à l’amour, la sérénité et la spontanéité. Ce n’est pas comme au cinéma où l’on nous montre des scènes d’excitation, de passion, de vulgarité. La sexualité est tombée très bas. Le Taoïsme et le Tantra élèvent l’énergie sexuelle afin de vivre cette alchimie interne yin /yang et ainsi accéder à la lumière de l ‘amour. La sexualité, lorsque l’on dépasse ses névroses, ses obsessions nous permet l’accès au lien spirituel. En retrouvant la sensation, le toucher, le plaisir d’aimer, en amenant l’énergie vers le cœur, l’orgasme devient plus subtil et nous permet de rejoindre le cosmos.

5- Que pensez-vous de la culpabilité souvent associée à la sexualité occidentale ?

Les hommes et les femmes en Occident ont souvent du mal à entrer dans la joie de vivre car ils ont reçu une éducation catholique où l’Homme est coupable avec cette notion de sacrifice et de Christ souffrant. L’enfant se sent coupable de bouger ses hanches, d’être mauvais, de ne pas aimer assez ses parents et sa joie de vivre diminue. Beaucoup d’hommes ont du mal à aimer car ils sont restés ces enfants qui doivent aimer leur mère et n’arrivent pas à la dépasser. Il faut un travail psychothérapeutique pour mettre en lumière les névroses, les conditionnements issus de la famille, la religion ou la société. Personne n’est coupable dans l’amour. Aujourd’hui, la religion a moins de poids et la nouvelle génération est tombée dans une extrême liberté. Les jeunes ne croient plus en l’amour, ils sont sans foi, ni loi.Il y a toute une éducation morale à faire, une sagesse du monde à leur enseigner. En Occident, il y a beaucoup de philosophes et de saints capables de donner un chemin pour ces nouvelles générations qui ne croient plus en rien. En Asie, nous avons des sagesses anciennes. Je suis pour un monde de sagesses sans frontières .

6- Vos films semblent aussi aborder ce thème de « sagesse du monde »…

Dans « Le voyage à la source », un film que j’ai tourné sur le fleuve de Yangzi, j’ai voulu transmettre un peu de cette sagesse chinoise. La construction du barrage des trois gorges sur ce fleuve a causé beaucoup de dégâts naturels. C’est le symbole d’une Chine moderne qui cherche à s’enrichir au détriment de la nature. C’est aussi l’histoire de trois générations de femmes et de la transmission de l’amour à ma fille. Les films que j’ai fait ne sont pas des films commerciaux, mais plutôt des films de sagesse avec une cause à défendre comme en Amazonie où l’on a filmé une famille chamane pendant trois mois dans la foret, dans l’idée de défendre la nature.

7- Quels conseils nous donneriez-vous pour trouver le chemin de l’épanouissement dans l’amour ?

Il faut être vigilant de ne pas monter trop dans la tête. J’ai inventé un mouvement de Qi Gong intitulé « couper la tête ». Il s’agit de retrouver les sensations naturelles, redevenir un enfant innocent. Soit on est descendu trop bas dans les confins biologiques du sexe, soit on est monté trop haut dans la tête. Arriver à être dans le juste-milieu, dans le cœur comme un enfant plein de générosité et de joie, là est le chemin de l’amour. Chaque fois que l’on croit être amoureux, il faut se poser la question : Suis-je amoureux de cette personne ou de ma propre névrose ? Est-ce que le cœur est là ? S’il n’y a que la tête, si on réfléchit à plein de choses, on invente de faux prétextes qui nous empêchent d’aimer vraiment. Retrouver le silence, ce regard innocent sur l’amour sans peur, sans névrose. J’invite les gens à prendre conscience de leurs peurs. C’est souvent la peur d’être dévoré, la peur de perdre son ego, la peur de rencontrer l’autre… Regardez vos peurs et peu à peu elles disparaissent comme l’obscurité d’une chambre qui se dissipe avec la lumière de la flamme d’une allumette. Il ne sert à rien de fuir ses souffrances en se droguant ou en faisant l’amour avec n’importe qui. Avoir le courage de voir et d’écouter ses peurs puis les transformer en actions, exprimer ses sentiments, offrir un cadeau à l’être aimé... Je conseille à la femme d’avoir de la compréhension, de l’indulgence, de la compassion au lieu de se fâcher. Sinon, l’homme n’arrive pas à avancer. L’homme occidental a besoin de temps pour grandir.

Interview publiée par YOGA SANTE réalisé par Sophie Baignière

Pour en savoir plus :
# Lire « L’art d’aimer à la chinoise » de Liao Yi lin, Editions de La Martinière, 175 pages, 42 euros.
# Programme des stages de Qi Gong, massage et méditation avec Liao Yi Lin et possibilité de commander le livre sur son site : http://www.ecole-qigong.com

Inscriptions aux stages :
Tel: 01 42 54 85 31- 06 63 70 69 23

Liao Yi Lin, enseignante de Qi gong


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour