meditationfrance


Qu’est ce qui nous empêche de trouver la plénitude dans le quotidien ?

Marga Serratrice

Interview exclusive avec la thérapeute Marga Serratrice

Qu’est ce qui nous empêche de trouver la plénitude
dans le quotidien ?

Je vous dirai plutôt comment trouver la plénitude dans le quotidien. quand je suis totale dans ce que je fais, quand j’y mets mon âme, je me sens nourrie, je me remplis. Or très souvent nous remplissons notre vie par de l’activité, en cherchant à satisfaire des désirs qui ne correspondent pas à nos besoins réels et profonds.

Par exemple être célèbre, reconnue, je vais déployer toute une stratégie, une lutte afin de me projeter dans un futur où je serai reconnue, célèbre. Si par chance j’accède à cette reconnaissance la satisfaction reste de courte durée. Très vite la lutte et l’effort pour maintenir cet état de fait s’installent à nouveau. Si je m’adresse à mes besoins réels, je vais prendre le temps de me poser dans le moment présent, être « ici et maintenant » avec la conscience de mon corps, de l’air dans mes cheveux, de ma respiration, des bruits qui parviennent jusqu’à mes oreilles, de la chaleur du soleil sur ma peau… etc. Je vais être en harmonie avec ce qui m’entoure, en disant « oui » à la vie et à ce qu’elle m’apporte, consciente de ce que je fais et de ce qui est, avec le sentiment que l’existence est une amie, une alliée.

Dans cet état d’esprit je vais m’ouvrir à ce que je suis et à ce que j’ai toujours été et reconnaître par moi-même ce qui me nourrit. Une nouvelle façon d’être au monde peut s’installer. La reconnaissance ne viendra plus forcément de l’extérieur mais de moi-même. La reconnaissance de quand j’ai besoin de m’allonger, de me lever, de rencontrer telle personne ou telle autre, ou de rester seule par exemple.

Il est très difficile de trouver la plénitude dans le quotidien car le monde dans lequel nous vivons pour la plupart d’entre nous, s’appuie sur le système du « désir » c’est à dire sur le « je veux ». Ce « je veux » nous positionne dans le futur. Comment avoir ce que je n’ai pas dans le moment présent. Ce système va nourrir notre mental et notre mental va s’appuyer sur ce système. Il instaure la lutte avec l’existence, le « non » à ce qui est, un grand stress.

Posez vous la question : « ici et maintenant, qu’est ce que je ferais pour me sentir mieux ? » et laissez faire votre corps, peut-être changerez vous de pièce, peut-être vous allongerez vous, peut-être vous mettrez vous à courir ...

En quoi les stages et les séances que vous proposez, peuvent nous permettre d‘être mieux dans notre vie, dans notre travail, alors que la vie actuelle nous impose un rythme intense et très rapide où il est très difficile de se connecter à soi-même ?

C’est une idée de se dire que c’est difficile, quand on commence à nourrir la part de nous qui est vivante, qui vit dans le présent, une qualité d’être se développe et permet à la partie stressée de se transformer aussi. Cela devient contagieux.

Dans ce que je propose, nous expérimentons de façon simple que le corps est vivant, qu’il nous parle, qu’il est possible de l’approcher et qu’il nous permet d’aller plus profondément en soi. Par des exercices appropriés où nous rentrons en contact avec le corps dans ses parties ouvertes à la vie, nous faisons l’expérience du moment présent, de la conscience apportée à nos actions, nous soutenons, nourrissons la part de nous qui dit « oui » à la vie, qui sait se laisser aller à ce qui arrive, qui est la joie, nous nous rapprochons de notre être.

Nous apprenons à reconnaître les actions qui partent du mental, de notre « non » à la vie, et celles qui sont l’expression de notre vie, de notre créativité.

Dans le premier cas notre action demande beaucoup d’effort, nous luttons pour y arriver, dans l ‘autre cas elle devient simple, facile et donne beaucoup de joie, comme la rivière qui coule, ou le soleil qui se lève.

Etre conscient de ces deux façons de vivre nous rend responsable de nos actes quotidiens, nourrir la joie , comme nourrir la misère dépend alors de soi-même et non de l’extérieur comme par exemple le rythme trop rapide de la vie.

Ainsi dans le stage du 20-21 janvier 2007 « une plus grande source d’énergie », dans la conscience du moment présent, nous découvrons qu’il est possible d’aller au delà du mental et de trouver une plus grande source d’énergie directement disponible de façon simple et naturel. Nous découvrons le plaisir de vivre et d’être créatif dans l’instant à travers ce qui arrive. Ca peut être dans la façon de bouger, dans la rencontre avec quelqu’un, dans le contact avec la nature...

Nous allons dans la partie lumineuse en nous, ainsi à la lumière de notre conscience la transformation de ce qui est tendu , fermé, caché se fait naturellement. Un nouveau processus, une nouvelle vie, de nouvelles énergies apparaissent .

* Thérapeute expérimentée en Rebirth et en Gestalt depuis plus de 25 ans (psychologue de formation) Marga Serratrice inclue aussi une approche sur le corps et la conscience et la méditation. Son intérêt pour la relation du corps et de l’esprit à la santé l’a conduit au Népal vers la médecine tibétaine. Ses stages et ses séances individuelles en France favorisent un état de présence et d’éveil qui permet de vivre la vie quotidienne dans l’harmonie et la plénitude de façon joyeuse et créative.

Marga Serratrice


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour