meditationfrance


Si le téléphone portable était dangereux, ça se saurait... !

Cet article a été rédigé par un reporter d'AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.

Il y a une quinzaine de jours, une des plus importantes études épidémiologiques concluait que le risque de développer une tumeur au cerveau était de 240% chez les utilisateurs de portables. Et ceci surtout pour les utilisateurs "précoces" (avant 20 ans) ou intensifs (plus d'une heure par jour). 48 millions de Français ont un portable. Pourtant, l'info est passée très discrètement dans la presse...

Soissante morts à l'autre bout de la planète et on a sorti les chars et les tanks de l'information... Ce n'est pas tant le nombre de morts qui compte, on m'a dit. C'est que, si ça arrive, la grippe aviaire, on risque de tous y passer. Ah... Vu la gravité, théorique, de la situation, la presse a fait son boulot. Elle a informé. Pendant des mois. En boucle. Du poulet, je n'en ai pas trop mangé, mais de la grippe aviaire, ça, j'en ai bouffé. A tous les repas.

Personnellement, cela m'a rassurée. Je me suis dit : bigre, ça ne rigole pas avec la santé. Genre, il y aurait un problème avec le portable, on le saurait illico. Je prends le portable, mais c'est juste à titre d'exemple... Parce que le téléphone portable, je ne crois pas que ce soit dangereux, ça n'émet rien : pas de fumée, pas d'odeur. On ne voit rien, on ne sent rien : la preuve que ce n'est pas nocif.

L'autre jour, c'était il y a une quinzaine de jours environ, je tombe sur une dépêche AFP. Oui, je reçois les dépêches AFP sur mon portable... Des fois qu'il y ait une information importante... Or donc, je reçois cette dépêche AFP. En gros la dépêche affirme qu'une des plus grandes études épidémiologiques jamais menées jusqu'ici conclu que le risque d'avoir une tumeur au cerveau, pour les utilisateurs de portables, est supérieure à 200%.

Avec beaucoup de détails, cette étude suédoise, menée par l'Institut national suédois du travail, dirigée par Kjell Mild, confirme l'accroissement du risque de tumeur au cerveau lié à l'usage du portable. Cette étude épidémiologique est une des plus importantes du genre. Parce que le portable s'est développé précocement en Suède, dès 1984, ce qui permet à l'étude en question d'avoir un certain recul. D'autre part, l'échantillon considéré n'est pas des moindres : 2200 personnes, dont 905 avaient une tumeur maligne au cerveau.

L'étude constate un risque accru de 240% pour les utilisateurs intensifs du portable (plus d'une heure par jour) ou les utilisateurs précoces (usage du portable avant l'âge de 20 ans). Et, last but not least, l'étude montre que la tumeur est située du côté de la tête où l'usager met son téléphone.

De peur, j'ai refermé l'écran de mon portable. Une heure par jour, entre les appels émis et les appels reçus, c'est peanuts. Mais eux, ils rangent ça dans la catégorie "usage intensif".... 48 millions d'utilisateurs de portable en France... 2,4 fois plus de risque d'avoir une tumeur au cerveau quand on utilise un portable plutôt qu'un coton tige pour se distraire l'oreille...

Ca allait faire l'ouverture du 20h, une information pareille. Peut-être un flash spécial. Interruption des programmes pour diffuser l'info en boucle. Parce que le portable, en France, à part les très jeunes enfants, le 4e âge et quelques babas-cools opiniâtrement opposés aux bienfaits du progrès technique, le portable, donc, tout le monde en a un. Le rhume des volailles en cage, à côté de la tumeur au cerveau des usagers de portable, c'est du pipi de chat.

Je suis rentrée fissa chez moi pour me jeter sur le poste de télévision. Histoire d'être informée, comme ils disent. Je suis bien tombée ; c'était pas encore le journal télévisé, c'était l'heure de la pub. Guess what ? Pour le dernier forfait illimité d'un de ces Fisher-Price. Communiquer sans compter, ils disaient. Avec ma mère, peut-être ?

J'ai attendu le 20h. Et là, rien. La speakerine, Claire Chazal, ronronnait comme d'habitude. Manifs, Sarkozy, fait divers, pédophile, promo d'un chanteur, météo. That's all folk ! TF1, France 2, M6, FR3, Canal+, Arte. Rien. Nada.Que dalle. Grosse déception.

Le lendemain, j'ai acheté la presse écrite. Celle qui est libre et indépendante. Le Figaro, Libération, Le Monde. Je ne suis pas sectaire. Même Charlie Hebdo. Parce qu'ils sont pour la liberté d'expression. Des courageux. Mais c'était kif-kif à tous les étages. Rien sur les tumeurs au cerveau des portables.

Le jour même, j'ai reçu, par mail cette fois, une dépêche de Reuters (je mange à tous les râteliers). La même dépêche, mais avec un petit commentaire final en plus : "Les résultats de l'enquête suédoise contredisent les conclusions d'autres chercheurs. Une étude menée par le Conseil néerlandais de la santé, qui avait passé en revue l'ensemble des travaux de recherche menés dans le monde, et une autre, britannique, menée sur quatre ans avaient toutes deux conclu que l'usage du portable ne présentait pas de risques pour la santé."

Ah, donc.... Parce que d'autres études (pas de détails les concernant : échantillon, recul, financeurs, etc.) avaient des conclusions différentes, il n'était donc pas utile de la ramener au sujet de cette nouvelle étude de l'Institut national suédois du travail? Un petit commentaire, bien placé, pour discréditer le contenu de la dépêche. Sournois, mais efficace.

D'ailleurs, je l'ai retrouvée dans des journaux, ma dépêche Reuters. Notamment dans La Dépêche du Midi, dans un journal informatique sur Internet, etc. Des médias de premier plan, quoi. La majorité des quelques journaux qui avaient relayé l'information n'avaient pas manqué de reprendre le commentaire final de Reuters. Pas vraiment recopié tel quel : paraphrasé. Je les comprends, les journalistes : pendant qu'on recopie, on ne réfléchit pas. Comme ça, le cerveau reste disponible pour des activités plus utiles que penser. Humain comme réflexe.

Quelques jours plus tard, le temps qu'elles lisent les journaux (elles n'ont pas l'AFP sur leur portable), les associations y sont allées de leur couplet habituel pour demander des mesures de la part du ministère de la Santé. Priartem, Agir pour l'environnement, Robin des Toits. C'est bien les seules à s'intéresser au portable et aux antennes relais. Les associations demandaient des mesures d'information sur les risques encourus et prônaient un usage "raisonné" du portable, surtout par les jeunes, qui, justement, utilisent le portable précocement et intensivement.

Un usage "raisonné" du portable ? Si même les associations se défilent... Il y aurait donc un usage "raisonné" du portable comme il y a un usage raisonné de la cigarette ? J'ai toujours dit à ma fille qu'il ne fallait pas qu'elle fume avant ses vingt ans. De fumer moins d'un paquet par jour, aussi. Et à mon mari, je lui interdis de fumer au volant... Au sujet d'un usage "raisonné" du portable, il existe une plaquette d'information, émanant d'un organisme du ministère de la Santé, datant de 2002 et diffusée à... 100 000 exemplaires. Comme à l'époque il y avait 35 millions d'usagers de portable, ça fait 1 plaquette pour 350 personnes. Collector, la plaquette. Heureusement, la pièce rare est visible sur leur site. Evidemment, pour aller consulter la plaquette sur Internet, faut déjà savoir qu'elle existe.

Sur cette plaquette, figurent donc des recommandations pour un usage "raisonné" du portable. A savoir, je cite :

1. "Eviter les conversations inutiles ou trop longues"
La définition du mot "inutile" fait défaut sur la plaquette.... De même pour "trop longue". C'est plus de 5 minutes comme le recommandent certains scientifiques chatouilleux du portable ? Ou bien c'est 1 heure ? Impossible de savoir.

2. "Soyez vigilant dans les zones de mauvaise réception (entre son niveau minimal et maximal, la puissance de votre téléphone mobile peut être multiplié par 1000)"
Décidément, il manque un lexique. "Vigilant" ? Mon dico à moi, il dit que "vigilant" signifie : surveiller de manière attentive et soutenue. Donc, si j'ai bien compris, quand je téléphone dans un endroit qui capte mal, faut que je zyeute mon bigophone, en douce, des fois qu'ils se mette à fumer ou péter un câble subitement ?

3. "Conseillez à vos enfants un usage modéré du téléphone mobile".
Je me répète, mais c'est eux qui ont commencé. "Modéré". C'est 3 fois par jour comme les repas, une fois par semaine comme le dimanche ou une fois par an comme les congés payés de 36 ?

4. "Evitez de téléphoner en vous déplaçant".
Là, c'est l'humour impayable des notices ministérielles. Comme le dit un porte-parole d'une association : avec le téléphone mobile, on a réinventé le téléphone fixe.

5. "Eloignez votre téléphone mobile des zones sensibles de votre corps (...) Pour limiter l'exposition de la tête un kit piéton peut aider" Mais, vu que c'est pas dangereux le portable, pourquoi que je l'éloignerais de mon corps, mon joujou sans fil à ondes pulsées ? Et si je l'éloigne de mon body, où que je le mets alors ? Rangé dans un placard à la maison ?



Haut de la page

retour