meditationfrance


Le développement personnel arrive dans l’entreprise !

sidoun

L'exemple de l’entreprise d’informatique Software Sidoun

Avec son siège à Fribourg, et ses agences à Munich, Hambourg, Berlin, Cologne, Bielefeld et Rostock, Software Sidoun est aujourd'hui la plus importante société en Allemagne pour les programmes informatiques en architecture. Fondée quelques 25 ans auparavant, la compagnie a une centaine d' employés et a récemment étendu sa production en créant des logiciels pour la formation des cadres, les campagnes de marketing et le conditionnement des produits.

Hans Sammer, le fondateur de la compagnie, commença son exploration de la méditation il y a 14 ans quand il participa à un groupe de thérapie et qu'il découvrit les méditation Vipassana et Kundalini. Pendant l'année suivante, il continua à faire les méditations et commença aussi à suivre des cours de Hatha-Yoga et de Prana Healing.

" Ce fut la vrai clé dans ma vie. Je découvrais que je n'avais besoin de personne d'autre pour changer, la méditation, vous pouvez la faire seul." Dans le passé, il avait toujours cherché a l'extérieur comment changer l'intérieur "mais ça n'a jamais marché.

Hans continua son travail à Software Sidoun et commença à expérimenter de nombreuses approches innovantes et radicales pour que la méditation soit réellement pratiquée dans son entreprise. Le tournant fut pris il y a environ 4 ans. L' entreprise allait assez bien, mais n'était pas encore numéro un. "Nous étions bloqués sur le plan commercial, parce que les agences ne voulaient pas prendre de risques ni investir en expansion. Et nous n'avions pas réellement introduit la méditation dans le travail…

"Ainsi, c'était en 99, je pris le taureau par les cornes. Je définis des règles pour la firme. D'abord, si les agences ne voulaient pas croître, nous allions créer nos propres agences ; ensuite, nous allions méditer tous les jours ensemble. Ceux qui n'aimaient pas cela pouvaient quitter l'entreprise. Et nous aussi faire un groupe de thérapie une fois par semaine avec un thérapeute extérieur. Nous rendîmes la méditation disponible au bureau, chacun pouvant en faire une au choix chaque jour…"A cette époque, j'avais le sentiment que le monde entier était contre moi : "pour qui se prend-il pour nous demander de méditer? "Beaucoup quittèrent la société, et une des agences se sépara même et vint en compétition contre nous avec ses propres programmes. Un ami thérapeute de Cologne m'aida beaucoup à cette époque. Il participa à l'une des séances de groupe avec nous et me permit de voir réellement clair : je devais faire les choses pour moi-même… C'est ma vie, si je ne le fais pas, qui le fera ?
" Sur la plan pratique le premier grand changement fut d'avoir des séances de groupe chaque semaine. Pendant que l'on "restructurait" l'intérieur, les effets commencèrent à se faire sentir sur le plan extérieur et notre expansion redémarra.
Les séances de groupe furent une ouverture très importante. Quand vous parlez de méditation dans la vie active, n'oubliez pas la thérapie. C'est un si grand saut que le travail de thérapie de groupe aide beaucoup. Nous avons beaucoup travaillé le cœur, fait des groupes de rencontre, et d'éclaircissement. "l'argent avait toujours été un problème. Comment pouvions-nous le traiter ensemble ? ressortit des séances de groupe que l'argent est un sacré symbole… Ce n'est pas seulement de l'argent, c'est un symbole d'appréciation, de valeur personnelle, de pouvoir, d'acceptance, d'amour… Chaque semaine, quelqu'un venait demander davantage d'argent, alors que la vraie question était "Est-ce que vous m'aimez? "Et quand il n'y avait plus d'argent à partager, la réaction était "vous ne m'aimez pas". L'argent est un moyen de compare. Il est facile de comparer des salaires. "Il y avait tant de discussions à propos d'argent, mais elles n'étaient pas réalistes. A cette époque, notre masse salariale mensuelle était de 70000 DM.

Alors, un jour, je suis venu avec la totalité dans une valise; je suis entré comme un cow-boy avec ses pistolets, et j'ai répandu l'argent sur le sol. Puis nous avons constitué des piles. Ce fut très fort pour les gens. Pour la première fois, ils pouvaient voir et sentir la différence : certains avaient une grosse pile, certains avaient une petite pile, ce n'était plus seulement une question de chiffres… des gens pleuraient, quelques uns ajoutèrent de l'argent sur les piles d'autres, et cela changea les idées de chacun à propos de l'argent.

Jusqu'alors, les gens avaient toujours eu l'idée qu"ils" (la société) donnaient l'argent, comme Dieu, et les gens ne voulaient pas voir qu'il n'y avait pas"eux" (les autres), mais seulement des "nous", et que c'était seulement cette quantité d'argent qui était disponible. Après cela, nous avons tenté une expérience. Chacun devait écrire combien il voulait, et il l'obtiendrait comme salaire. C'était après que nous ayons fait de nombreux groupes : il y eut assez de maturité pour que personne ne demandât trop. Cela provoqua une véritable explosion de sociabilité.

Depuis, les gens travaillèrent ensemble d'une manière très différente. "Depuis lors, l'entreprise a grandi très, très vite, une croissance de 50% l'an. L'année dernière, nous avons eu un chiffre d'affaire de 5 million d'euros, et nous sommes maintenant à la tête dans ce domaine en Allemagne. Sur le plan intérieur, nous sommes une "société beaucoup plus méditative". Nous méditons ensemble tous les matins, pendant 15 minutes, et quelquefois avant les repas, et nous avons une salle réservée à la méditation, constamment disponible. Une fois par semaine, nous nous réunissons pour partager nos sentiments, comment nous nous sentons, et occasionnellement nous faisons venir encore des thérapeutes de l'extérieur.

Pour Hans, il est temps pour ceux qui méditent de quitter leur chambre et d'apporter leur méditation sur la "place du marché". "Les entreprises, les administrations", nous dit-il ont besoin de transformer la conception même du travail. Le travail n'est pas une "contrainte" mais bien au contraire l'opportunité de rendre notre générosité visible…

DOSSIER réalisé par Meditationfrance


Haut de la page

** Cliquez ici pour voir les articles des mois précédents

retour